Doria Achour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Achour.
Doria Achour
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (26 ans)
Nationalités
Activités
Père

Doria Achour, née le 1er mars 1991, est une actrice et une réalisatrice franco-tunisienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Doria Achour est née le 1er mars 1991. Son père est l'auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de cinéma franco-tunisien Lotfi Achour, et sa mère, d'origine russe, est une dramaturge. Enfant, elle accompagne ses parents lors de leurs répétitions et tournages, et s'intéresse naturellement à l'industrie du spectacle. À neuf ans, grâce à une annonce de casting remarquée par sa mère dans le journal Libération, elle obtient le rôle de la fille du couple joué par Sergi López et Sylvie Testud dans un film de Manuel Poirier, Les Femmes... ou les enfants d'abord..., sorti en 2002.

Elle prend par la suite des cours de théâtre et s’inscrit dans une agence qui s’occupe des enfants. Elle apparaît ainsi dans quelques films les années suivantes, tels que L'Ennemi naturel de Pierre Erwan Guillaume sorti en 2004, L'Annulaire de Diane Bertrand sorti en 2005, L'École pour tous d'Éric Rochant sorti en 2006, etc. Elle continue pour autant ses études. Elle fait hypokhâgne et khâgne. Elle obtient ensuite une licence de lettres modernes à l'université Paris-Diderot, puis un master de cinéma à l'université Paris-Sorbonne[1],[2],[3].

Elle reprend ensuite son parcours dans le cinéma comme actrice, jouant notamment en 2012 un personnage inspiré de la jeunesse de Cheyenne Carron, dans La fille publique. Elle est retenue par Sylvie Ohayon, pour le premier rôle de son film Papa Was Not a Rolling Stone, aux côtés de Marc Lavoine et Aure Atika[1]. En 2014, elle joue dans le long métrage réalisé par son père, Demain dès l’aube, consacré à la révolution tunisienne et sorti en 2016[1].

En 2013, elle réalise son premier court métrage, Laisse-moi finir avec Anissa Daoud, consacré également à la Tunisie et au Printemps arabe[1]. Il obtient le Prix du public du concours de courts métrages Made in Med, en juin 2014. Elle co-réalise ensuite Être-là avec Johan Mohamed-Cassim, puis Le reste est l’œuvre de l’homme qui obtient le prix international du jury Sundance TV 2017[1],[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jacques-Alexandre Essosso, « Doria Achour, un travelling entre Paris et Tunis », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Doria Achour, la révélation de Papa was not a Rolling Stone », L'Express,‎ (lire en ligne)
  3. « Doria Achour », sur voici.fr (consulté le 8 juin 2017)
  4. « La réalisatrice tunisienne Doria Achour obtient le prix international du jury Sundance TV 2017 », HuffPost,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]