Donnezac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Donnezac
Donnezac
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Blaye
Intercommunalité Communauté de communes Latitude Nord Gironde
Maire
Mandat
Jean-François Joyé
2020-2026
Code postal 33860
Code commune 33151
Démographie
Gentilé Donnezacais
Population
municipale
910 hab. (2018 en augmentation de 3,17 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 55″ nord, 0° 26′ 32″ ouest
Altitude Min. 23 m
Max. 82 m
Superficie 35,75 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Nord-Gironde
Législatives Onzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Donnezac
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Donnezac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Donnezac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Donnezac

Donnezac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Blayais, limitrophe avec la Charente-Maritime.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Livenne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 908 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1984 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records DONNEZAC (33) - alt : 62m, lat : 45°14'30"N, lon : 00°26'30"W
Statistiques établies sur la période 1984-2010 - Records établis sur la période du 01-02-1984 au 04-07-2021
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,7 1,8 3,6 5,6 9,3 12,1 13,6 13,5 10,6 8,8 4,5 2,3 7,3
Température moyenne (°C) 5,7 6,7 9,3 11,6 15,5 18,5 20,5 20,6 17,5 14,2 8,9 6,3 13
Température maximale moyenne (°C) 9,7 11,6 15 17,5 21,8 25 27,4 27,8 24,3 19,7 13,4 10,2 18,7
Record de froid (°C)
date du record
−18,1
16.01.1985
−13,8
10.02.12
−12
01.03.05
−4,4
04.04.1996
−1,9
02.05.21
2,1
01.06.06
5,8
13.07.1993
3,4
30.08.1986
1,1
25.09.02
−5,1
30.10.1997
−9
17.11.07
−11,6
16.12.01
−18,1
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
19
13.01.1993
26,5
27.02.19
29
20.03.05
33,3
30.04.05
36
27.05.05
40,5
26.06.11
40,5
23.07.19
43,2
04.08.03
38,4
03.09.05
31,6
01.10.11
24,7
08.11.15
21,4
16.12.1989
43,2
2003
Précipitations (mm) 90,7 68,8 65,6 79,8 75,8 64,4 51,9 55,1 73,2 92,4 103,2 105,5 926,4
Source : « Fiche 33151001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Donnezac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (65,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (63,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57 %), zones agricoles hétérogènes (20,8 %), prairies (9,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,5 %), cultures permanentes (2,5 %), zones urbanisées (1,3 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Donnezac Le seul nom de Donnezac témoigne de la richesse de l’histoire de la commune. En effet Donnezac provient du latin dominus « maître » et du suffixe du possession -acum. Le nom a ensuite évolué en Domnitiacus « La Maison du maître », puis en Domitiacus, et au XIVe siècle Ecclesia de Dompnezaco.

L’histoire de Donnezac commence dès l’antiquité. En effet, on trouve dans ce village des abris antiques au bord de la Livenne, un tumulus à la Nauve-Sèche et une nécropole à la Grande-Vallée. On a aussi découvert des silex taillés, des grattoirs, des couteaux et une hache à talon avec anneau en bronze au Nid-de-la-Tourtre.

Les célèbres Romains se sont vraisemblablement aussi installés à Donnezac, puisque l’on a trace d’un camp romain à la Grande Poline, et même d’une voie romaine à Terson. Cette dernière reliait Blaye à Périgueux. Datant de la même époque, on a également découvert des pièces de monnaie frappées à l’effigie du « tyran » gaulois Tetricus ou de l’empereur romain Gallianus. Selon l’avis des experts, ces pièces dateraient de 260-270.

Par la suite, les restes d’une motte féodale au nord-est du Bourg prouvent la pérennité de Donnezac au cours du Moyen Âge.

Au XIIe siècle, Donnezac se dote d’une église.

Toujours durant le Moyen Âge, Donnezac et tout le duché d’Aquitaine a été annexé par l’Angleterre de 1189 à 1452. Puis, après la reconquête de la Guyenne par la France, la commune de Donnezac a dépendu de la juridiction de Vitrezay, laquelle regroupait d’autres villages avoisinant encore aujourd’hui Donnezac.

Des témoignages prouvent que durant la Renaissance, Donnezac (et de tout Vitrezay) a été acheté par François I.

En 1611 un pèlerinage à la Chapelle du Gablezac existait déjà. Ce pèlerinage s’effectuait le , jour de la Saint-Roch, jusque dans les années 1950. La Chapelle, dont on ne connaît pas la date de construction, a d’ailleurs d’abord été dédiée à Saint-Roch, puis à la Vierge. Aujourd’hui, elle a été restaurée et elle abrite un autel en bois sculpté datant du XVIIIe siècle.

En l’an 1733, Donnezac se fait remarquer par une querelle entre le curé qui y officiait et le sieur Chapuzzet, Sieur de la Moulinasse et procureur local, car ce dernier voulait recevoir l’eucharistie avant le Seigneur de Montendre.

Quelques années plus tard, s’est construit sur les bords de la Livenne un moulin à papier dont le propriétaire était notaire royal.

Autre point intéressant : durant la révolution de 1789, dans la juridiction de Vitrezay, seuls le prêtre et le vicaire de Donnezac ont refusé de jurer.

Village finalement plus chargé d’histoire qu’il n’y parait, il se pourrait même que Donnezac ait reçu la visite du célèbre Baron Haussmann qui était sous-préfet à Blaye de à .

Cette année 1848, précisément, en mai près de 600 Donnezacais se soulèvent pour éviter le rétablissement de la dîme que la révolution de 1789 avait abolie.

En 1816, la Chapelle du Gablezac a été affermée avec une métairie appartenant au sieur Brad.

En 1826, le , l’abbé Jrisson, curé de Saint-Savin, fait un rapport sur la situation de la Chapelle du Gablezac. Le sieur Brad affirme que la Chapelle lui appartient, ce qui lui évite la vente exigée par les agents révolutionnaires.

En 1860, démarre la construction d’une nouvelle église sous la direction de l’architecte Pierre BONNORE. Cette église remplace celle du XIIe siècle. Elle domine encore de nos jours le bourg. Sa construction a été achevée le et elle a été consacrée en 1869. Son clocher, bâti à partir de 1866, abrite une cloche fondue datant de 1756 qui porte l’inscription « Ad Majorem Dei Gloria Ecclesiae Donnezac. L.S.D. Fondeur Samuel Joseph ». Des vitraux ont été offerts lors de son édification. L’église accueille également une Vierge à l’Enfant de 1671.

En 1892, débute la construction de la mairie et du groupe scolaire qui sont achevés trois ans plus tard, le . Les édifices sont en pierre et en brique rouge et les travaux se font sous la direction de l’architecte NADAUD qui s’est inspiré de la Renaissance pour le dessin des bâtiments. Il en résulte que la façade du groupe scolaire affiche d’une magnifique tour à cinq pans.

Au tournant du XIXe siècle, Donnezac était relevé comme étant plus peuplé et plus actif qu’aujourd’hui. En effet, en 1900 on dénombrait pas moins de 1115 habitants, et les commerçants, artisans et meuniers y étaient présents en un nombre certain.

En 1911, une troisième classe est construite dans le groupe scolaire de la commune. Le style est le même que pour les bâtiments déjà présents.

En 1922, est installé devant le groupe scolaire le monument aux morts. Celui-ci représente un poilu mourant en bronze ciselé, dont le modèle original a été exécuté par le statutaire Jules Dechin. Le monument a été financé par souscription et son socle est en granit bleu de Huelgoat (Finistère).

Enfin, dernier élément anecdotique de l’histoire de Donnezac : durant la seconde Guerre Mondiale, Donnezac était compris dans la zone initiale d’occupation allemande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 2014 Bernard Prince    
mars 2014 En cours Jean-François Joye   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2018, la commune comptait 910 habitants[Note 4], en augmentation de 3,17 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2568739019001 0061 0481 1361 2401 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1671 1561 1301 1461 1581 1271 1291 1111 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0701 1151 1171 0351 009956951880962
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
873825763781780778806858897
2018 - - - - - - - -
910--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Notre-Dame.
  • La chapelle Notre-Dame de Gablezac, anciennement Saint-Roch.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :