Donjon de la Toque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Donjon de la Toque
Image dans Infobox.
Donjon de la Toque
Présentation
Type
Donjon
Style
Médiéval
Début de construction
XIIe siècle
Propriétaire actuel
Commune d'Huriel
Patrimonialité
État de conservation
En ruine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Région historique
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Allier
voir sur la carte de l’Allier
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le donjon de la Toque est, avec son enceinte, le dernier vestige du château d'Huriel. Cette tour seigneuriale élevée au XIIe siècle se dresse sur la commune d'Huriel (France).

Situation[modifier | modifier le code]

Le donjon de la Toque est situé au centre de la commune de Huriel, dans le département de l'Allier (dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, anciennement Auvergne).

Description[modifier | modifier le code]

Le donjon de la Toque est l'exemple type d'un donjon roman. De plan rectangulaire à contreforts, il mesure 33 m de hauteur. Il a été bâti en granit de Jarges[Note 1]. La porte placée très haut était desservie par une passerelle amovible qui aboutissait au sommet de la chemise enveloppant le donjon[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le donjon a été construit en partie au XIIe siècle. Un remaniement des parties hautes semble dater du XIIIe siècle. Des aménagements ont été faits au XVIe siècle pour améliorer le confort (fenêtres à meneaux, cheminées).

La seigneurie d'Huriel a appartenu successivement aux Humbault (attestés au XIe siècle), puis à la maison de Déols. Vers 1265, Marguerite de Déols apporte Huriel par mariage à la famille de Brosse. Jean de Brosse, maréchal de France, naît au château d'Huriel en 1375. Jean II de Brosse vend Huriel en 1478 à Jean de Bourgogne, comte de Nevers. Par la suite, Huriel, devenu baronnie, va changer plusieurs fois de propriétaires (familles Hurault de Cheverny, Chaumejean, Le Lièpvre de La Grange) avant d'entrer en 1673 dans la famille Jehannot de Bartillat[3].

Le donjon et son enceinte font l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques par arrêté du [1].

Musée[modifier | modifier le code]

Le donjon de la Toque abrite aujourd'hui un musée qui présente, d'une part, l'histoire des seigneurs d'Huriel et, d'autre part, le passé vigneron de la cité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Pizon, La Toque d'Huriel, Yzeure, Impr. réunies, 1984, 86 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur la commune de Saint-Martinien, à la limite d'Archignat et près du village de Jarges, se trouvait une carrière de granit bleu, très anciennement exploitée. Cf. site de la Communauté de communes du Pays d'Huriel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ancien château fort dit "La Toque" », notice no PA00093122, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. J. F. Fino, Forteresses de la France médiévale, p. 109.
  3. René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), pp. 371-372.