Dongola (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dongola et Bandiagara.

Dongola
Image illustrative de l’article Dongola (cheval)
Région d’origine
Région Drapeau du Soudan Soudan, Drapeau de l'Érythrée Érythrée Drapeau du Mali Mali, Drapeau du Tchad Tchad
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle
Taille 1,42 m à 1,52 m
Robe Généralement baie ou alezane.
Tête Profil convexe
Autre
Utilisation Courses

Le Dongola est une race de chevaux de selle rare d'Afrique subsaharienne, présente notamment au Cameroun, au Tchad et au Soudan. Plusieurs types sont distingués, l'un des plus réputés étant le Bahr el-Ghazal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce cheval de selle est connu sous les noms de Dongola, Dongolaw et Dongalawi[1],[2]. La tradition populaire lui attribue pour berceau d'origine la province de Dongola, dans le Soudan, mais cette information n'a pu être vérifiée[2].

Sélectionné pour la guerre au XIXe siècle, son modèle est marqué par le Barbe, avec une influence de chevaux européens. Le Dongola a influencé la race du Hunter irlandais. L'élevage du Dongola est toujours actif dans la région de Gama, dont il a fait la fortune pendant la guerre.

Description[modifier | modifier le code]

Cheval de Dongola au modèle, d'après gravure ancienne

D'après le guide Delachaux, ces chevaux toisent de 1,48 m à 1,52 m[3]. Les mesures moyennes des populations érythréennes[1] et soudanaises[4], enregistrées sur la base de données DAD-IS, sont de 1,40 m chez les mâles comme chez les femelles.

C'est un cheval de selle léger, généralement plus grand que les chevaux arabes, au profil très convexe.

La couleur de robe est unie, baie, alezane ou noire, souvent avec de grandes marques blanches sur la tête et sous le ventre, et un œil bleu[1],[3].

Types et variétés[modifier | modifier le code]

Plusieurs types et variétés de chevaux de Dongola sont décrits[5]. L'une de ces variétés locales est appelée le Bandiagara, ou Gondo. La race est élevée au Mali dans la région de la falaise de Bandiagara, et toise 1,42 m en moyenne. Le Nigérian est rattaché à la famille du Dongola[5]. Le Bahr el-Ghazal (ou Kréda, ou Ganaston), le Bornu et le Hausa sont parfois décrits comme des chevaux de Dongola[5].

Utilisations[modifier | modifier le code]

C'est un bon cheval de selle et de course[1]. Il est utilisé pour la fantasia, pendant des fêtes populaires.

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

En Érythrée, ces chevaux sont présents dans l'Ouest du pays[1]. Au Soudan, la race est élevée dans l'Ouest et au nord-ouest de la province du Darfour, parmi les tribus nomades qui voyagent entre le Soudan et le Tchad[4]. L'unique recensement, effectué en 1994 et considéré comme peu fiable, signalait la présence d'un cheptel situé entre 6 100 et 10 000 chevaux en 1994 dans les pays africains répertoriant la race, avec tendance à la baisse des effectifs[1],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f DAD-IS - Érythrée.
  2. a et b Hendricks 2007, p. 158.
  3. a et b Rousseau 2014, p. 408.
  4. a b et c DAD-IS - Soudan.
  5. a b et c Porter et al. 2016, p. 462.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]