Donald Moffat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moffat.
Donald Moffat
Naissance
Plymouth, Angleterre,
Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Anglais
Décès (à 87 ans)
Sleepy Hollow, État de New York,
États-Unis
Profession Acteur
Films notables The Thing
L'Étoffe des héros
Danger immédiat
Séries notables Docteur Quinn, femme médecin
À la Maison-Blanche

Donald Moffat est un acteur britannique, né le à Plymouth en Angleterre au Royaume-Uni et mort le à Sleepy Hollow dans l’État de New York aux États-Unis[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formations[modifier | modifier le code]

Né à Plymouth dans le Devon, Donald Moffat est fils unique de Kathleen Mary (née Smith) et de Walter George Moffat, agent d’assurance. Ses parents dirigeaient une pension à Totnes. Après des études à l’école locale King Edward VI et un service national dans l’armée de terre, il suit une formation à la Royal Academy of Dramatic Art de Londres[1],[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Donald Moffat commence sa carrière comme acteur de théâtre à Londres, dans la compagnie de l'Old Vic[3].

Il part s'installer aux États-Unis, où il travaille d'abord comme barman et bûcheron dans l'Oregon, l'État d'origine de son épouse. Mais, selon ses dires, « au bout de six mois, je me suis rendu compte que j'étais un acteur et que je le serai toujours. Et le propre d'un acteur c'est de jouer. J'ai donc recommencé à jouer »[4]. Il est engagé en tant qu'acteur à Princeton, dans le New Jersey. Dans le même temps, il exerce la profession de menuisier, et sa femme fait du repassage pour compléter son salaire de vingt-cinq dollars par semaine[2].

Il rejoint l'Association des artistes producteurs (APA), une compagnie de répertoire de Broadway, et est nommé pour un Tony du meilleur acteur dans une pièce de théâtre en 1967 pour ses rôles dans Le Canard sauvage (The Wild Duck) d'Ibsen et À chacun sa vérité (Right You Are If You Think You Are) de Pirandello[5].

Il est nommé aux Drama Desk Awards dans la catégorie meilleur acteur de théâtre (« Outstanding Actor in a Play ») pour son travail dans Play Memory (1984) et dans la catégorie meilleur acteur dans un premier rôle (« 0utstanding featured Actor ») dans la reprise du Marchand de glace est passé (The Iceman Cometh, 1986) d'Eugene O'Neill, où il a Jason Robards pour partenaire[6]. Il remporte un Obie pour Painting Churches de Tina Howe[7]. Il apparaît également dans de nombreuses pièces de théâtre de Broadway et off-Broadway, dont A Few Stout Individuals de John Guare – dans le rôle d'Ulysses S. Grant[8], Painting Churches, The Heiress[9], La Cerisaie (The Cherry Orchard)[10], Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing)[11], L'École de la médisance (The School for Scandal)[11], The Affair[12] et Hamlet[13].

Au cinéma, il interprète notamment Garry, le chef de la station polaire, dans The Thing de John Carpenter (1982), Lyndon B. Johnson dans L'Étoffe des héros (The Right Stuff) de Philip Kaufman (1983), et le président corrompu des États-Unis dans Danger immédiat (Clear and Present Danger) de Phillip Noyce (1994).

Pour la télévision, il joue Rem, un robot androïde, dans la série de science-fiction de CBS L'Âge de cristal (Logan's Run, 1977-1978), le révérend Lars Lundstrom dans le drame d'ABC The New Land (1974), et Enos dans la mini-série western de CBS The Chisholms (1979-1980). Dans les années 1990, il est également apparu dans Les Chroniques de San Francisco (Tales of the City, 1993), où sa performance en tant qu'Edgar Halcyon, cadre mourant, lui a valu de nombreux nouveaux fans, Docteur Quinn, femme médecin (Dr. Quinn, Medicine Woman, 1993-1998), et dans À la Maison-Blanche (The West Wing, 1999-2006). En 1998, il est nommé au Prix Gemini du meilleur acteur pour son interprétation de l'avocat Joe Ruah dans la mini-série de la CBC, The Sleep Room[14]. L'un de ses derniers rôles est celui du commissaire du baseball Ford Frick dans le téléfilm HBO, 61* (2001). En revanche, son dernier rôle est celui du juge dans un épisode de New York, cour de justice (Law and Order: Trial by Jury) en 2005[15].

Après presque cinquante ans de carrière, il prend sa retraite en 2005[15].

Mort[modifier | modifier le code]

Donald Moffat est décédé le à Sleepy Hollow à New York des suites d'un accident vasculaire cérébral à l'âge de 87 ans[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Donald Moffat est marié à l'actrice Anne Murray ; ils ont une fille, Wendy, et un fils, Gabriel[1]. Il épouse ensuite l'actrice Gwen Arner[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Robert D. McFadden, « Donald Moffat, 87, a Top Actor Who Thrived in Second Billings, Dies », sur The New York Times, (consulté le 29 janvier 2019).
  2. a et b (en) William Glover, « He's Still Broke But Has Grown As Actor », The Danville Register, Virginia, Danville,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  3. (en) « Familiar Face », sur The Irish Times (consulté le 29 janvier 2019).
  4. a et b (en) « Waiting for Rem », San Antonio Express, Texas, San Antonio,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  5. (en) « ("Donald Moffat" search results) », sur Tony Awards (consulté le 29 janvier 2019).
  6. (en) « Donald Moffat » [archive du ], sur Playbill (consulté le 29 janvier 2019).
  7. (en) « 1980s » [archive du ], sur OBIE Awards, Village Voice and American Theater Wing (consulté le 29 janvier 2019).
  8. (en) Charles Isherwood, « A Few Stout Individuals », sur Variety, (consulté le 29 janvier 2019).
  9. (en) Laurie Winer, « Cruelty Forges a Shining 'Heiress' », sur Los Angeles Times, (consulté le 29 janvier 2019).
  10. (en) James N. Loehlin, Chekhov: The Cherry Orchard, Cambridge University Press, , 119 p. (ISBN 9780521825931, lire en ligne).
  11. a et b (en)Alexa Criscitiello (2018) "Award-Winning Actor and Director Donald Moffat Passes Away At Age 87" Broadway World, 20 décembre 2018. consulté le 29 janvier 2019.
  12. (en) Gerald Bordman, American Theatre: A Chronicle of Comedy and Drama, 1930-1969, Oxford University Press, USA, , 382 p. (ISBN 9780195090796, lire en ligne).
  13. (en) Val Adams, « C.B.S. Series Plans Part Of 'The Brig'; Play Will Be a Segment of 'Look Up and Live' », sur The New York Times, (consulté le 29 janvier 2019).
  14. "The Sleep Room", The Canadian Historical Review, Vol. 80, numéro 4, décembre 1999, pp. 698-705.
  15. a et b (en) Ross Lincoln, « Donald Moffat, ‘The Right Stuff’ and ‘The Thing’ Actor, Dies at 87 », sur The Wrap (consulté le 29 janvier 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]