Dommage collatéral (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dommage collatéral
Titre québécois Dommages collatéraux
Titre original Collateral Damage
Réalisation Andrew Davis
Scénario David Griffiths
Ronald Roose
Musique Graeme Revell
Acteurs principaux
Sociétés de production Bel-Air Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Mexique Mexique
Genre Action
Durée 108 minutes
Sortie 2002


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dommage collatéral ou Dommages collatéraux au Québec (Collateral Damage) est un mexico-film américain réalisé par Andrew Davis, sorti en 2002.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Gordon « Gordy » Brewer est capitaine des pompiers à Los Angeles. Avec son épouse Anne, infirmière, ils ont un fils, Matt. En attendant Gordon, Anne et Matt s'achètent à manger et s'installent sur une terrasse au pied d'un immeuble. Un policier gare sa moto le long du trottoir et verbalise le conducteur d'une automobile, puis il observe les alentours en déambulant. Un convoi de voitures officielles arrive et se gare devant l'immeuble qui héberge le consulat colombien. Des agents de sécurité en descendent pour escorter les personnalités. Gordon arrive en voiture et se gare à proximité. Il demande aussitôt au policier s'il peut laisser sa voiture stationnée là juste cinq minutes; le policier l'autorise. Matt aperçoit son père qui approche et ils se font signe. La délégation se dirige vers l'entrée du bâtiment lorsqu'une bombe cachée dans la moto de Police explose. Brewer veut courir vers sa famille, mais un taxi qui passe dans la rue le percute et le blesse.

Les secours sont arrivés et s'activent. L'attentat a blessé une vingtaine de personnes et en a tué neuf : Anne et Matt, des militaires colombiens, des militaires américains et des agents de la CIA. Peter Brandt, agent spécial de la CIA chargé de la Colombie, ainsi que le vice-ministre des affaires étrangères, chargé de l'Amérique latine sont indemnes. Gordon est emmené à l'hôpital; hébété, il ne dit presque rien. Jack, Roman puis Ronnie, ses collègues et amis pompiers lui tiennent compagnie. Ronnie annonce que la bombe était cachée dans une moto de Police volée. Brewer dit qu'il a parlé à un policier et quitte l'hôpital. Il est reçu par Joe Phipps, agent spécial de la brigade antiterroriste du FBI. Brewer visionne les bandes de vidéosurveillance et reconnait le policier. Phipps lui révèle que c'est le terroriste colombien Claudio Perrini, qui se fait appeler « El Lobo » (Le Loup). Brewer culpabilise, car c'est parce qu'il avait du retard qu'Anne et Matt l'attendaient là. Phipps lui présente Brandt qui lui donne sa carte de visite. La télévision diffuse une vidéo envoyée aux responsables du contre-terrorisme du Ministère des affaires étrangères, dans laquelle un homme masqué se présentant comme « El Lobo » revendique l'attentat, en le justifiant comme représailles à l'oppression de la Colombie par les États-Unis. Brandt est durement réprimandé pour ce qui est arrivé par un Comité de surveillance du Sénat, qui met immédiatement fin à toutes les opérations de la CIA en Colombie. Brewer téléphone à Brandt, qui lui dit que, pour des raisons politiques, la traque d'El Lobo est bloquée pour le moment. Brewer décide de venger sa famille lui-même. Brandt en colère retourne à Mompós et rencontre ses alliés paramilitaires pour planifier une offensive majeure pour éliminer El Lobo.

Brewer se rend en Colombie pour débusquer Claudio personnellement. L'unité de Brandt est alerté de la présence de Brewer en Colombie. Après des péripéties, il arrive au port de Mompós. Il doit alors se procurer un laissez-passer pour entrer dans la zone de guérilla en amont. Un vendeur à la sauvette l'aborde et le reconnait au signalement qui a été diffusé pour son entrée illégale sur le territoire colombien. Il va le dénoncer à la police. Des guérilleros ont repéré Brewer et commencent à l'encercler discrètement pour tenter de l'enlever. À cet instant la police intervient et l'interpelle ainsi qu'une partie des guérilleros. Ils sont emprisonnés. Brewer fait connaissance avec son voisin de cellule Sean Armstrong, mécanicien canadien, qui refuse de lui vendre son laissez-passer. El Lobo et ses guérilleros attaquent la prison pour faire évader leurs camarades et enlever Brewer, et ensuite réclamer une forte rançon contre sa libération. Brandt, informé de l'attaque de la prison, organise une vaste opération dans la précipitation. Mais un incendie se déclenche et se propage vite dans la prison. Après avoir libéré ses hommes, El Lobo renonce à s'emparer de Brewer et le laisse brûler dans sa cellule. Brant et ses hommes interviennent trop tard. Brewer a réussi à s'échapper et à soutirer son laissez-passer à Armstrong en le sortant de sa cellule où il aurait périt carbonisé. Armstrong lui dit de se faire passer pour son remplaçant comme mécanicien. Brewer remonte le fleuve. Le bateau est arraisonné par celui des guérilléros.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Version française (V. F.)[1] Version québécoise (V. Q.)[2]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu à Los Angeles, New York et Washington, D.C.. Les scènes représentant la Colombie sont tournées dans la ville de Coatepec en Veracruz, au Mexique[3].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Graeme Revell :

  • Century City Bombing (4:25)
  • Remembering (0:48)
  • The CIA (2:01)
  • Journey to Columbia (4:28)
  • The Roadblock (3:35)
  • Journey up the river (3:11)
  • The Lone Wolf (2:11)
  • Selena's Story (1:33)
  • Village Massacre (2:58)
  • On the Trail (2:07)
  • Going Down (2:26)
  • Subterranean Chase (1:19)
  • End Game (2:34)
  • It's Over (1:48)

On peut également entendre dans le film : Sindrome de caim (Bang Bang-Long) de DJ Jamaika (pt), Chegando Devagar de DJ Jamaika et Selena's Song de Salvatore Basile, ainsi que la musique non mentionnée dans le générique Amazing Grace de John Newton (1779).

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Le film devait initialement sortir fin 2001 aux États-Unis, mais les attentats du 11 septembre ont contraint la production à repousser la date[réf. nécessaire].

Critiques[modifier | modifier le code]

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film récolte 19 % d'opinions favorables pour 142 critiques[4]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 33100 pour 34 critiques[5].

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 2,15 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 15 titres de presse[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage français du film » sur VoxoFilm
  2. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec
  3. (en) Dommage collatéral sur l’Internet Movie Database (consulté le 12 septembre 2021)
  4. (en) « Dommage collatéral (2002) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le ).
  5. (en) « Dommage collatéral Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le ).
  6. « Dommage collatéral - critiques presse », sur Allociné (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]