Domitilla la Jeune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flavia Domitilla (homonymie) et Flavie.
Denarius inventé en l' honneur de Domitilla à titre posthume par son frère Domitien

Flavia Domitilla la Jeune (en latin Flavia Domitilla minor), souvent appelée tout simplement Domitilla, née vers 45, morte avant 69, est la fille du futur empereur romain Vespasien et de Domitilla l'Aînée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est ainsi la sœur des futurs empereurs Titus et Domitien. À 15 ans, elle est mariée à un général de rang élevé au service de son père, qui selon Brian Jones pourrait être Quintus Petillius Cerialis[1]. Le couple a une fille, qui porte elle aussi le nom de Flavia Domitilla, souvent confondue avec la sainte chrétienne Flavia Domitilla qui est fille de Plautilla, demi-sœur du « consul Clément ». Depuis sa première publication en 1583 jusqu'à récemment[2][réf. insuffisante], le Martyrologe romain indique comme sainte Flavia Domitilla, fille de Plautilla et nièce de Flavius Clemens, pendant que le Bréviaire romain, dont la dernière édition est apparue[pas clair] en 1959, décrit la sainte comme nièce non pas de Flavius Clemens, mais des empereurs Titus et Domitien. Pour autant, à la naissance de la critique historique, il y a deux siècles, pour la tradition chrétienne la sainte Flavia Domitilla n'était pas la nièce de Titus Flavius Clemens, mais sa femme, une fille de Domitilla la Jeune. Malgré les preuves archéologiques apportées à la fin du XIXe siècle[réf. insuffisante], montrant qu'il s'agissait de deux femmes différentes[réf. insuffisante], il est possible que dans la dernière édition du Martyrologe romain, la sainte ne soit plus la nièce de Flavius Clemens, mais sa femme[2][réf. insuffisante].

Elle meurt avant même l'accession de son père à l'empire. Sous Domitien sa mémoire (à moins que ce soit celle de sa mère) reçut de nombreux honneurs, parmi lesquels l'attribution à titre posthume du titre d'Augusta[3] et l'apothéose (rangée parmi les dieux elle était à présent qualifiée de diva)[4]. En outre, à Ferentium, un temple lui fut consacré[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brian Jones, The Emperor Domitian, 1993, Routledge, Londres, p. 47.
  2. a et b Nominis : Sainte Flavia Domitilla
  3. CIL 06, 40452 = CIL 6, 31287.
  4. CIL 5, 2829 = D 06692
  5. AE 1962, 272 = AE 1963, 00083. Au sujet des honneurs posthumes on comparera avec Paul Veyne: Les honneurs posthumes de Flavia Domitilla et les dédicaces grecques et latines. In: Latomus. Vol. 21, 1962, pp. 49–98. Que les honneurs aient été attribués à la mère de Domitilla, c'est ce que soutient Helmut Castritius dans « Die flavische Familie. Frauen von Vespasian, Titus und Domitian », dans Die Kaiserinnen Roms. Von Livia bis Theodora paru sous la direction de Hildegard Temporini-Gräfin Vitzthum. C. H. Beck, Munich 2002, ISBN 3-406-49513-3, S. 171–173.