Dominique Vincetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Vincetti
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 26 ans)
CastaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
RésistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Conflit
Dominique Vincetti stèle de Casta.png
Vue de la sépulture.

Dominique « Dumenicu » Vincetti (né à Silvareccio en Haute-Corse le et abattu le à Casta[1] est un résistant corse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guerre civile espagnole[modifier | modifier le code]

Communiste, il est des volontaires internationaux qui combattent les fascistes durant la guerre civile espagnole, durant laquelle il est gravement blessé à une jambe par une balle explosive à la cuisse .

Résistance en Corse[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est l'un des animateurs de la Résistance en Corse, où il fait partie du comité départemental du Front national pour la libération[2]. Dominique Vincetti est le responsable de l'armement de ce groupe de résistance[2]. Il est chargé de diriger la récupération et de la distribution des armes parachutées par les alliés ou livrées par des sous-marins anglais ou français comme le Casabianca[2].Il boitait, ce qui le rendait repérable par l'occupant. Son frère d'armes du même village Paul-Hyacinthe Arrighi l'accompagne régulièrement.Le 9 juin 1943, ils seront présents lors du débarquement à l'embouchure du Travo (fleuve). Du Travo, Dominique et Hyacinthe rapportèrent des armes mais surtout un poste de radio. C’est de ce poste que le 8 septembre 1943, du clocher de Porri , le Radio Bertrand enverra à Alger le message du soulèvement populaire décidé pour le lendemain 9 septembre[3].

Débarquement d'armes sur la plage de Saleccia, combat à Casta[modifier | modifier le code]

Il dirige les opérations de répartition de vingt-sept tonnes d'armement débarqué par le sous-marin Casabianca sur la plage de Saleccia en . Lors de ce débarquement il est dénoncé ainsi que ses amis par un traitre[4]. Ils sont alors encerclés et sommés de se rendre par les Chemises noires et les carabiniers, le [2]. Vincetti refuse et parvient à tuer onze ennemis avant d'être abattu[2] ainsi les armes à la main à Casta à l'entrée du désert des Agriates. Il meurt le , alors que la Libération de la Corse approchait.

Jean Simi relate ainsi les faits : « Ils ouvrirent le feu. Les munitions épuisées, ils essayèrent de forcer le barrage. Vincetti tombait, Galletti par miracle passait. Chemises noires et carabiniers s'abattaient sur Casta par centaines. Maisons défoncées, pillées, incendiées. Vingt-trois hommes étaient arrêtés, tous les autres prenaient le maquis. Pourchassés par des bataillons entiers, ils vécurent des heures terribles. Dominique Agostini, blessé à une jambe, resta quatre jours terré sous un buisson sans manger et boire. ».

Une stèle rappelle son action à Casta, il est enterré à Silvareccio où son corps est transféré le 25 janvier 1944.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Croix de guerre 1939-1945 Croix de guerre 1939-1945 avec palme[2],[5]. Citation à l’Ordre de l’Armée « Patriote corse, ayant au cœur l’amour de son pays et la haine de l’envahisseur. Fut parmi les premiers qui organisèrent la Résistance dans l’île, participa à tous les coups de main, aux missions périlleuses et s’y distingua toujours par son audace, son courage et son esprit de sacrifice. Tombé sous les balles italiennes, ayant lutté jusqu’au bout, seul contre cent, au soir d’une mission dangereuse qu’il venait de conduire à bonne fin, est mort en criant sa foi dans la libération de la patrie et sa joie de mourir pour elle."
  • Medaille de la Resistance ribbon.svg Médaille de la Résistance française[6]. par décret du 31 Mars 1947

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Maitron et Antoine Olivesi, « Vincetti Dominique », sur fusilles-40-44.maitron.fr, Le Maitron (consulté le ).
  • François Giacomini, L'Implantation du PC en Corse 1920-1939, Aix-en-Provence, 1972.
  • Francis Pomponi (dir.), Le Mémorial des Corses, t. 4 : L'île éprouvée, 1914-1945, Ajaccio, 1979, p. 205 et 460.
  • Maurice Choury Tous bandits d'honneur! Résistance et Libération de la Corse juin 1940-Octobre 1943 Nouvelle édition revue et corrigée et augmentée nouvelle préface Paul Silvani Préface Arthur Giovoni Postface général d'armée Fernand Gambiez 2011 pages 30,64,67,76,86,87,95,96.
  • Antoine Ciosi Une odeur de figuier sauvage Une enfance corse Albin Michel 1999 p 158 et 159.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Maitron
  2. a b c d e et f Jean Maitron et Antoine Olivesi, « Vincetti Dominique », sur fusilles-40-44.maitron.fr, Le Maitron (consulté le ).
  3. ANACR 2B, Opération Casta 60eme anniversaire de la libération de la Corse, Bastia, , 4 p.
  4. Maurice Choury, Tous bandits d'honneur!, Alain Piazzola, , 295 p. (ISBN 978-2-915410-99-0), p. 95
  5. Giraud, « citation à l'ordre de la croix de guerre », Journal officiel de la République Française 'Alger),‎ , p. 151 (lire en ligne)
  6. « Médaille de la Résistance Française », sur Ordre de la libération, médaillé par décret du 31 mars 1947

Liens externes[modifier | modifier le code]