Dominique Toscan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dominique Toscan, né vers 1743 dans la région du Congo, est un esclave affranchi qui servit comme marin lors d'expéditions de traite négrière au départ de Bordeaux. Pour aussi surprenante qu'elle puisse paraître, sa trajectoire n'est pas isolée parmi ses pairs.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

L'homme est né vers 1743 sous un nom africain qui ne nous est pas parvenu, dans la vaste région qu'on appelle alors Congo. Il est adolescent quand il est réduit en esclavage[1]. Abel Castaing — un capitaine négrier bordelais qui effectue au moins quatre voyages de traite triangulaire entre 1746 et 1771 aux commandes des navires La Liberté (!), La Garonne, La Naïade et L'Utile[2] — l'achète et l'emploie comme domestique. C'est lui qui lui donne le sobriquet de "Toscan"[1].

Article connexe : Traite négrière à Bordeaux.

Castaing l'emmène vivre quelque temps à Bordeaux, puis l'embarque en 1768 à bord de son navire de traite La Naïade[1], qui déportera 257 esclaves de l'Angole (on désigne alors ainsi non seulement la côte de l'actuelle Angola, mais surtout celle, au nord de l'embouchure du Zaïre, des royaumes du Congo[3]) jusqu'à Saint-Domingue[2]. En 1771, Toscan a été baptisé du prénom de Dominique ; il repart avec Castaing à bord de L'Utile[1], pour transporter 335 esclaves de Malimbe au Cap Français[2]. Dans l'expédition, il sert officiellement d’interprète et est rémunéré 30 livres par mois[1],[4].

Ils rentrent à Bordeaux en 1772. Castaing y décède trois ans plus tard, affranchissant par testament son esclave le 6 avril 1775[1].

Aussitôt, Dominique Toscan s'embarque sur Le Fortuné, à destination directe de Saint-Domingue, payant sa traversée en travaillant à bord comme marin[1],[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Julie Duprat, « Dominique Toscan : un Africain sur les navires bordelais », La petite histoire,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c Eric Saugera, Bordeaux port négrier XVII°-XIX° siècles, Paris, Karthala, , 382 p. (ISBN 9782865375844), p. 352-354
  3. « La traite à la « côte d'Angole » », sur www.histoire-image.org, (consulté le 27 février 2018)
  4. Archives Départementales de Gironde, registres d’équipage, 6 B 470, consultable en ligne
  5. Archives Départementales de Gironde, registres d’équipage, 6 B 507, consultable en ligne