Dominique Séraphin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Séraphin.
Dominique Séraphin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
LongwyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Dominique Séraphin de son vrai nom Dominique–Séraphin François ( Longwy - Paris) est le véritable fondateur en France des ombres chinoises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir passé sa jeunesse à Longwy ou Metz, il suit une troupe de comédiens et voyage en Allemagne et Italie où il apprend l’art des marionnettes.

En 1776 il s’installe à Versailles où il crée un Théâtre d'ombres. Admis plusieurs fois à divertir la famille royale, il obtint pour son théâtre, le 22 avril 1781, le titre de Spectacle des Enfans de France. En 1784, il transporte son établissement au 121 galerie de Valois au Palais-Royal.

Il épousa en 1795 une femme plus âgée que lui mais le couple n’eut pas d’enfants. Ce sont ses neveux qui reprirent le théâtre à sa mort et continuèrent de l’exploiter jusqu’en 1870 après l’avoir transféré Boulevard Montmartre vers 1857.

Venez garçons, venez fillettes
Voir Momus à la silhouette ;
Ou chez Séraphin, venez voir
La belle humeur en habit noir
Tandis que ma salle est bien sombre
Et que mon acteur n’est que l’ombre,
Puisse, messieurs votre gaîté
Devenir la réalité

On peut consulter les textes de ses principales pièces sur Gallica.

Peu avant de mourir, il créa une dernière pièce : "le chat huant de Montmorillon".

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond-Denis Manne, Charles Ménétrier : Galerie historique des comédiens de la troupe de Nicolet: notices sur certains acteurs et mimes qui se sont fait un nom dans les annales des scènes secondaires depuis 1760 jusqu'à nos jours N. Scheuring, 1869 -
  • Feu le théâtre de Séraphin, 1872, est un livre qui retrace l'historique de ce théâtre et qui apporte le répertoire des pièces d'ombres et de marionnettes qui y ont été représentées (voir en ligne [1])
  • Théâtre de Séraphin ou les ombres chinoises, 1816, de Flamand-Grétry, Louis-Victor, est un ouvrage de lecture destiné au enfants et qui présente des dialogues parlant des saynètes jouées dans ce théâtre et donnant de précieuses indications sur celles-ci. (voir en ligne [2] et [3]).
  • Le Séraphin de l'enfance : recueil de pièces d'ombres chinoises, dédiées à la jeunesse, 1843, édité par Dembour et Gangel, présente quelques pièces d'ombres de ce théâtre (voir en ligne [4]).
  • Bibliographie des marionnettes, 1926, de Paul Jeanne, propose une bibliographie (reprise ici) de certains ouvrages sur le théâtre Séraphin (voir en ligne [5]).
  • Feu Séraphin, 1875, présente, outre l'histoire de ce théâtre, des pièces d'ombres et de marionnettes (citées dans Feu le théâtre de Séraphin) qui y ont été représentées (voir en ligne [6]).