Dominique Molard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Molard et Frères Molard.
Dominique Molard
Description de cette image, également commentée ci-après

Dominique Molard au festival de Cornouaille 2016 à Quimper.

Informations générales
Naissance
Saint-Malo, Bretagne
Activité principale musicien
Genre musical musique bretonne, musique celtique, musiques du monde
Instruments percussions
Années actives Depuis les années 1970
Site officiel dominique-molard.com

Dominique Molard est un musicien français d'origine et de culture bretonne, incontournable dans la musique bretonne.

Il joue divers instruments de percussions (bodhrán, batteries, derbouka), de la caisse claire écossaise aux tablas indiens, des os aux bambous, et des instruments de la famille des idiophones (steel-drum, balafon, hang)[1]. Il fait le lien entre la musique traditionnelle bretonne et les différentes influences rythmiques de la musique du monde entier.

Les frères Molard sont reconnus en tant qu'experts dans la pratique de leurs instruments (Patrick pour les cornemuses, Jacky au violon).

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Molard avec le Ars'ys quintet à Camaret le 30 juillet 2012.

Dominique Molard, né en 1954 à Paramé (Saint-Malo), est le deuxième fils d'une famille de quatre frères musiciens. Il commence la musique bretonne à onze ans après avoir vu le défilé des caisses claires écossaises du Pipe Band de la Police d’Édimbourg. Le pupitre caisses claires du bagad Quic-en-Groigne de St Malo étant complet, il démarre à la bombarde. L'année suivante il suit des cours de caisse claire et rejoint vers 1969 le Pipe Band « An Ere » de Rennes où il rencontre deux grands batteurs écossais, George Crawford et Alex Duthart. Il crée avec Patrick, son aîné, et quatre autres musiciens, le groupe de fest-noz Satanazet. Après un passage aux côtés de Myrdhin, il rencontre Alan Stivell (Pen sonneur du Bagad Bleimor où Dominique se trouve à ce moment-là) et l’accompagne dans ses tournées au bodhran, bones et à la caisse claire.

"Ogham" est sa nouvelle formation où il joue du bouzouki avec ses trois frères (Patrick aux uilleann pipes, Jacky au violon, et Claude à la guitare, au concertina et au bodhran). Il est chef de pupitre batterie des Bagadoù de la Kevrenn Brest Sant Mark, Saint-Malo, Bleimor et Douarnenez et devient professeur de guitare, bombarde, caisse claire écossaise et batterie à l’École de Musique de Douarnenez. Après un séjour en Galice, où il entre aux master-classes des conservatoires de Vigo et Orense, il s'engage pleinement dans la musique bretonne.

Continuant de perfectionner ses connaissances, il passe en 1989 le Diplôme d’État en caisse claire écossaise à Villeurbanne, qui n’existait pas auparavant. Il s’intéresse aux autres percussions du monde. La rencontre avec Yvan Cassar en 1993 lui permet de participer avec Patrick au spectacle "De toutes les couleurs" où il découvre les tablas (percussions indiennes) et fait la connaissance de Shyamal Maïtra, son futur maître d’apprentissage.

Il jouera par la suite dans de nombreuses formations : Celtic Procession de Jacques Pellen, les frères Boclé, frères Guichen et des groupes de fest-noz comme Bleizi Ruz, Diaouled ar Menez, les groupes Les Pires, Road 66 (Pat O’May, Stéphane de Vito), Gwendal, Kern, Kémia, Andarta (Claude Le Brun), Satanazed, Jade (Issar Marachli)... Il joue avec Alain Genty, Yann-Fanch Perroches, Jean-Michel Veillon, Ronan Le Bars ou encore auprès de chanteurs comme Nilda Fernandez, Jacques Higelin, Manu Lannhuel, Pat O'May, Denez Abernot, Gérard Delahaye, Melaine Favennec, Gilles Servat, Maxime Piolot, Georges Jouin... Son travail reste attaché à certaines œuvres, comme Breton Connexions (Georges L. Jouin), Digor (Soïg Sibéril), Prises de Becs (Zap, collectif fondé par Jean-Louis Le Vallégant)[2].

Le hang est un instrument qu'il utilise souvent lors de ses prestations

La création "Bal Tribal" des frères Molard est Prix régional à la création artistique 2000 du conseil régional. Ils rassemblent plusieurs musiciens de renom dont la chanteuse bulgare Kalinka Vulcheva. Il joue dans la création "Toud'Sames" (Jean-Michel Veillon, Alain Genty, David Hopkins, Lorent Jouin).

En 2001 il crée son groupe "Stock an Dañs" (frappe la danse, en breton). Le Festival de Cléguérec (Morbihan) lui donne "carte blanche" en 2001 pour concrétiser son rêve : créer un groupe uniquement composé de percussions de toutes origines : Stéphane Sotin (Gilles Servat, Skeduz, Awatah), Jacques Moreau (Taÿfa, Doo the Doo, Honey Men), son fils Yvon Molard (David Pasquet group, Forzh Penaos, Trucek 5, Colin Quartet, In Memorium) avec qui il remporte au concours de Gourin 2003 le Prix de l’originalité... En 2003, Olivier Leroy (Shafali, Pandip, Mukta, Bollywood Orchestra) ajoute sa voix au groupe. La danse traditionnelle bretonne devient universelle et jouent leur musique aux Vieilles Charrues, au festival du Bout du Monde… En 2008, leur nouvelle création "Armorythmes" associe la compagnie de danse "Marumba" de Nantes et "Moral Soul" de Brest avec Herwann Asseh[3].

Il continue de jouer, dans différents styles, avec Skolvan, Bugel Koar (Marthe Vassalo, Philippe Ollivier), Toud’Sames, Nijal (Eric Liorzou, Alain Rouquette)...

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview pour Divroet newez 11/07/2011
  2. Tamm-Kreiz
  3. Jean-Luc Poussier, « Vingt ans après, les clés du succès du Quartz à Brest. », La Croix,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Morvan (photogr. Bernard Galéron), Bretagne, Terre de musiques, e-novation, , 144 p. (ISBN 978-2-9516936-0-9), « Sonner (son) : Les maîtres de cérémonie. Les Frères Molard : Dominique, le frappeur de danse », p. 34-35
  • Dominig Molard, « Porter la danse et la musique... », Musique bretonne, n°173, juillet 2002, p. 30-31, lire en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :