Dominique Moïsi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Moïsi en 2008.

Dominique Moïsi, né en 1946, est un politologue et géopoliticien français. Il est conseiller spécial de l'IFRI (Institut français de relations internationales), après en avoir été le directeur adjoint. Il a enseigné à l'université Harvard et au Collège d'Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils unique de Jules Moïsi (Jules Moise)[1], déporté par le Convoi no  61 en date du 28 octobre 1943[2],[3] - numéro 159721[4] sur dénonciation d'un collègue, et survivant d'Auschwitz[5]. Sa mère s'est convertie au début des années 1930 au catholicisme[6].

Élève au lycée Buffon et à Sciences Po Paris, il obtient un doctorat à l'université hébraïque de Jérusalem, sous la direction de Saul Friedländer[6].

Après des études de sciences politiques et de droit à la Sorbonne[réf. nécessaire], il va à Harvard grâce à une bourse de la fondation Arthur Sachs proposée par Roger-Gérard Schwartzenberg, et y fréquente le Centre d'études européennes de Harvard fondé par Stanley Hoffmann[6].

Il enseigne ensuite à l'École nationale d'administration, à l'École des hautes études en sciences sociales et à l'Institut d'études politiques de Paris.

Il a été l'assistant de Raymond Aron.

Expert en géopolitique et spécialiste en politique internationale, il est de 2001 à 2008 titulaire de la chaire de géopolitique européenne au Collège d'Europe de Natolin, orienté vers les institutions européennes[7].

Dominique Moïsi publie des articles dans le Financial Times, le New York Times, Die Welt et d'autres quotidiens.

Spécialiste des relations internationales et du Moyen-Orient, il est l'auteur de plusieurs ouvrages et a publié Géopolitique de l'émotion chez Flammarion en 2009.

Il est membre du groupe Bilderberg.

Il a épousé l'historienne italienne Diana Pinto, rencontrée à Harvard[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un juif improbable, Flammarion, 2011
  • La géopolitique de l'émotion, Flammarion, 2009[8]
  • Les cartes de la France à l'heure de la mondialisation Hubert Védrine dialogue avec Dominique Moïsi (Fayard, 2000). Ce livre a été traduit en américain par Philip H. Gordon sous le titre France in an age of Globalization (Brookings Institution Press), printemps 2001
  • Le nouveau continent : plaidoyer pour une Europe renaissante en collaboration avec Jacques Rupnik, Paris, Calmann-Lévy, 1991

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir, Klarsfeld, 1978.
  2. Voir, la liste du Convoi 61 dans Klarsfeld, 1978.
  3. Voir, Jules Moïsi.
  4. Voir, Andrew Gardner. A World of clashing emotions? European voice.com 2/7/2009.
  5. Le pari Hilary Clinton, Information juive, décembre 2008, page 8.
  6. a, b, c et d Sylvie Kauffmann, « Un juif improbable, de Dominique Moïsi : comment devenir européen », Le Monde, 7 juin 2011.
  7. Site du Collège d'Europe, introduction
  8. Fiche de lecture de Michel Audetat dans L'Hebdo, 6/11/2008

Liens externes[modifier | modifier le code]