Dominique Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel.
Dominique Michel
Nom de naissance Aimée Sylvestre
Surnom Dodo
Naissance (86 ans)
Sorel, Québec
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Profession Chanteuse
Humoriste
Comédienne
Films notables J'ai mon voyage !
Le Déclin de l'empire américain
Les Invasions barbares
Séries notables Bye Bye
Moi et l'autre

Dominique Michel, nom de scène d'Aimée Sylvestre (née Marie Marguerite Jeannette Aimée Sylvestre à Sorel le ), est une chanteuse, humoriste et actrice québécoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Jean-Noël Sylvestre, mécanicien, et d'Émérentienne Dupuis[1], Aimée Sylvestre, de Sorel, déménage dans la petite enfance dans le quartier Rosemont de Montréal. Elle prend des cours de piano classique à l'école supérieure de musique de Lachine et plus tard au Conservatoire de musique de Montréal, ainsi que des cours d'art dramatique chez Madame Audet[2].

Au cabaret[modifier | modifier le code]

Elle entame sa carrière très jeune (19 ans) dans les cabarets comme chanteuse, notamment au Café Montmartre à Montréal. Elle change son nom en s'inspirant du comédien français Michel Auclair. Elle y obtient un certain succès et rapidement sera engagée dans de nombreux cabarets montréalais et en province. Elle est de plus en plus connue et fait des tournées des cabarets au Québec avec les vedettes de l'époque : Armande Cyr, Guylaine Guy, Colette Bonheur, Jeanne-D'Arc Charlebois, Conrad Bouchard, Roméo Pérusse, etc.[3] C'est au cours de cette période qu'elle rencontre Denise Filiatrault, qui deviendra sa grande complice.

Elle reçoit un appel de Jacques Normand pour faire partie de la revue du Cabaret Saint-Germain-des-Prés (au coin des rues Sainte-Catherine et Saint-Urbain à Montréal). À cette époque, Jacques Normand est la grande vedette du Québec et cet engagement propulsera sa carrière et lui permettra de côtoyer certaines des grandes vedettes de l'époque tels Paul Berval et Gilles Pellerin.

Puis, en 1954, elle réalise un rêve et fait un long séjour à Paris où elle tente sa chance comme chanteuse avec plus ou moins de succès. Elle y rencontre toutefois de nombreux artistes québécois et français : Félix Leclerc, Charles Aznavour, Michel Legrand et la chanteuse québécoise Guylaine Guy[4]. Lors de ce séjour, elle rencontre aussi Raymond Lévesque, qui lui écrit ses premières chansons : La Petite Canadienne, La Famille[4].

Dès son retour à Montréal, elle sera de la troupe Le Beu qui rit de Paul Berval, le cabaret le plus populaire et estimé de l'époque. Elle y travaillera avec Paul Berval, Denis Drouin, Jacques Lorain, Denise Filiatrault, Jean-Claude Deret, Odile Adam et Roger Joubert pendant plusieurs années. La troupe du Beu est invitée ponctuellement à la télévision, notamment à l'émission Music-Hall de Radio-Canada, présentée par Michelle Tisseyre. Dominique Michel y fera donc ses premières présences à la télévision.

À la télévision[modifier | modifier le code]

Grâce à Jean Bissonnette (réalisateur à l'émission Music-Hall), elle devient coanimatrice avec Normand Hudon et Pierre Thériault de l'émission Au p'tit café, à la télévision de Radio-Canada, en 1956. L'année suivante, elle enregistre son plus grand succès, En veillant su'l'perron, qui se vendra à plus de 100 000 exemplaires, un succès phénoménal pour l'époque[5].

Elle participe à plusieurs autres émissions de variétés avant la grande aventure de la comédie de situation Moi et l'autre (1966-1972), dont elle partage la vedette avec Denise Filiatrault. Cette série connaît un immense succès pendant les six années de sa diffusion à l'antenne de la télévision de Radio-Canada.

De 1977 à 1982, elle obtient plusieurs premiers rôles dans des séries télévisées (Dominique, Chère Isabelle et Métro-boulot-dodo), en plus de démontrer maintes fois ses multiples talents dans les revues de fin d'année Bye Bye de Radio-Canada. Elle participe à 17 de ces rendez-vous annuels du réveillon du Jour de l'an.

Elle est également humoriste. Elle a notamment partagé la vedette avec Daniel Lemire et fait l'animation à plusieurs reprises du Festival Juste pour rire[6]. Elle participe à quelques galas de Juste pour rire, en particulier un avec Patrick Huard. Elle a assuré la mise en scène d'un des one-woman show de Cathy Gauthier.

Elle joue dans le téléroman Virginie le rôle de Geneviève Leblanc, directrice générale de l'école secondaire Sainte-Jeanne-d'Arc.

En septembre 2017, Dominique Michel accorde une rare entrevue à l'animateur Paul Arcand sur les ondes de TVA, où elle se confie sur plusieurs pans de sa vie. L'entrevue permet d'apprendre, entre autres, qu'elle ne parle plus à Denise Filiatrault, pour des raisons saugrenues. Les deux personnalités demeurent dans les mêmes immeubles à condominiums, à Montréal et en Floride, mais ne s'adressent plus la parole.

À l'automne 2018, le musée Grévin de Montréal inaugure pour souligner les 50 ans du Bye Bye, une exposition consacrée à ce phénomène télévisuel. Le musée, par la même occasion, dévoile la statue de cire de Dominique Michel.

Le 31 décembre 2018, Dominique fait une apparition dans le Bye Bye de fin d'année à Radio-Canada, à l'occasion des cinquante ans de l'émission.

À l'hiver 2019, les Enfants de la télé présente une émission spéciale consacrée à Dominique Michel, où René Simard, Patrice L'Écuyer, Cathy Gauthier, Sylvie Moreau et plusieurs autres personnalités ayant marqué la carrière de Dominique Michel sont invités. L'émission a été enregistrée à la fin septembre 2018.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Au cinéma, elle joue pour la première fois dans Tiens-toi bien après les oreilles à Papa, avec Yvon Deschamps, en 1971. Elle joue pour le cinéaste Denys Arcand dans deux films qui connaissent un grand retentissement au Québec et à l'extérieur du Québec : Le Déclin de l'empire américain et Les Invasions barbares. Elle fait aussi partie de la distribution de plusieurs films, à partir de 1987 jusqu'à aujourd'hui.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Mariée au joueur de hockey Camille Henry en 1958[7]. Leur mariage est très médiatisé et est célébré dans une Église de Montréal.

En 1974, Dominique Michel est victime d'une fraude financière majeure de la part de son avocat de l'époque. Comme elle travaillait beaucoup, Dominique avait signé des chèques en blanc qu'elle a remis à son avocat afin de faciliter le paiement de ses factures. En effectuant un achat dans un centre commercial, le paiement à la caisse est refusé pour fonds insuffisant d'où elle entreprend des démarches qui la mèneront à apprendre les mauvaises intentions de son avocat. Au total, Dominique Michel a perdu plus de 450 000 $ dans cette affaire.

Elle a publié une autobiographie très publicisée en 2006 comportant plus de 500 pages[8]. Dans cette autobiographie, elle se confie comme elle ne l'a jamais fait auparavant. Le public en apprend d'ailleurs un peu plus sur sa relation amicale avec Denise Filiatrault qui n'a pas toujours été de tout repos.

Le 16 juin 2010, elle divulgue qu'elle souffre d'un cancer colorectal[9]. Le 18 juin elle se fait opérer, avec succès, fait-elle savoir : il y a espoir qu'elle puisse reprendre le travail bientôt. Elle est maintenant en rémission.

Dans un article publié dans le Journal de Montréal le 23 septembre 2012 intitulé Bilan « Je vis au jour le jour », on apprend que Dominique Michel lègue tous ses souvenirs aux Archives du Québec.

Le fonds d'archives de Dominique Michel est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[10].

En août 2018, Dominique Michel est victime d'un malaise cardiaque. Par une chaude journée d'été, Dominique, sur la zone gazonnée devant le lobby de Tropiques Nord, où elle demeure, s'effondre par terre. Personne ne vient lui porter secours, car personne ne l'a vue chuter. Elle parvient à se relever et à se rendre à son unité, in extremis. Elle contacte les secours, est ensuite hospitalisée et doit se faire opérer d'urgence pour lui installer un stimulateur cardiaque.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 1959 : Dominique Michel (Music-Hall, 33-105; Réédition Adagio, 298005)
  • 1962 : Dominique Michel en personne (1962, Vénus, VL-305)
  • 1963 : Un p'tit bout de femme (Apex, ALF-1559; Réédition Lero, L-743)
  • 1966 : Moi, j’aime Dominique (Apex, ALF-1587)
  • 1971 : Rendez-vous avec Dominique (Trans-Canada, TSF 1438)
  • 1979 : Showtime, Dominique, Showtime (Énergie, ENG-4201)
  • 1982 : Dominique en forme (Exercices de conditionnement physique) (CBS, PFCX-80073)

Simples[modifier | modifier le code]

  • 1954 : Une petite canadienneLe Rapide blanc (Barclay, 60001)
  • 1954 : La GrenouilleSimone, la pâtissière (Barclay, 60002)
  • 1957 : Sur l'perronLa Famille (Pathé, PAM 77.132)
  • 1957 : Cigarettes & WhiskyLes Plaines d'Abraham (Music Hall, 45-103)
  • 1958 : Reviens BillyCoco polka (Music Hall, 45-111)
  • 1958 : Qu'on est bienAllô ! Mon cœur (Music Hall, 45-126 / avec Jean Coutu)
  • 1958 : CarolineLes Dimanches (Music Hall, 45-127)
  • 1959 : La VoisineAh! (Music Hall, 45-129)
  • 1960 : Ne joue pasPilou pilou hé (Music Hall, 45-136)
  • 1960 : Le Ruine-babinesLa Voisine (Music Hall, 45-138)
  • 1960 : La Petite VoleuseUne femme m'a dit bonjour (avec Paul Bédard) (Variétés, 45-7023)
  • 1962 : L'ÉtéUn clair de lune à Saint-Tite (Vénus, VS 3028)
  • 1962 : Jus d'orange et café (avec Normand Hudon) – Le Sauvage du nord (Apex Français, 13231)
  • 1963 : La PitouneC'est ça qui m'intéresse (Vénus, VS 3031)
  • 1963 : On a juste l'âgeTu ne penses qu'à ça (Apex, 13310)
  • 1964 : Dix petits indiensMerci (Apex, 13358)
  • 1964 : C'est bien joli d'être copains – Le Chou chou de la classe (Apex, 13365)
  • 1965 : Il ne faut pas pleurerJe me souviens (Apex, 13385)
  • 1965 : Un garçonPuisque tu pars (Apex, 13399)
  • 1965 : Une grenouille dans le ventRola lee rolalum (Apex, 13421)
  • 1966 : Ces bottes sont faites pour marcherCe que je veux surtout (Apex, 13438)
  • 1966 : Il va falloir te faire soignerSonny (Apex, 13455)
  • 1967 : Je crois que je vais pleurerJe t'aime (avec Michel Louvain) (Apex, 13476)
  • 1967 : La Mini-jupeLes Mal-aimés (Jupiter, JP.1087)
  • 1967 : Opération TVMontréal (Jupiter, JP 1108)
  • 1968 : Y'a du soleilLaid' comm' qu'a l'est (Jupiter, JP 1143 / Avec Denise Filiatrault)
  • 1970 : Je suis amoureuse d'un pompierEnroulés de soleil (Jupiter, JP.1203)
  • 1971 : Où sont passés tous mes amisUn homme (Trans-Canada, TC 3352)
  • 1971 : Pauvre playboyGrand-mère (avec Nana de Varennes) (Trans-Canada, TC 3361)
  • 1971 : Mommy, daddy (avec Marc Gélinas) – Instrumental (Trans-Canada, TC 3406)
  • 1972 : Le Grande Patente (avec Danielle Ouimet et Benoît Marleau) – Je drague (par Danielle Ouimet) (Trans-Canada, TC 3441)
  • 1973 : Y'a toujours moyen d'moyenner (avec Willie Lamothe) – Tu parles d'un beau char (inst.) (London, LF. 1042)
  • 1974 : Un hommeMarie-toi (par Aglaé) (Millionnaires, MF-100331 - réédition)
  • 1975 : Les Aventures d'une jeune veuveInstrumental (Franco FD, FR-4906)
  • 1976 : Tu me veuxInstrumental (Solo, SO-11404)
  • 1978 : La Saison de l'amour (avec Jacques Thisdale) – Instrumental (Visa, VI-5804)
  • 1978 : Je suis up, je suis downInstrumental (Disques Énergie, ENG 801)
  • 1979 : Hiver maudit (J'hais l'hiver)[11]Instrumental (Disques Énergie, ENG 4201)
  • 1982 : Dodo pas à peu prèsInstrumental (Saisons, SNS-6511)
  • 1982 : S'aimer comme avant (avec Jacques Boulanger) – Instrumental (Paroles & Musique, PM-004)
  • 1985 : Les Yeux de la faimLes Yeux de la faim (Fondation Québec-Afrique, projet collectif « Les Yeux de la faim ») (Kébec-Disc, KD-12-1985 ; Réédition Kébec-Disc, KD-1985)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Dominique Michel (RCA Victor Gala, CGP-287)
  • 2006 : 25 chansons souvenirs (Disques Mérite, 22-2468)
  • 2006 : 28 chansons souvenirs (Disques Mérite, 22-2469)

Collaborations et performances en tant qu'artiste invité[modifier | modifier le code]

  • 1957 : 12 chansons canadiennes (Pathé, PAM 68.000 ; Réédité en 1976 En veillant sur le perron avec titres supplémentaires, Capitol, SKB 70047)
  • 1959 : Difficultés temporaires (Music-Hall, 33-107)
  • 1963 : Muriel Millard et Dominique Michel (Coda, KV.609)
  • 1966 : Moi et l'autre (avec Denise Filiatrault) (Jupiter, JDY-7005)
  • 1985 : Juste pour rire (TBS, 505)

Consulter également la Discographie de l'émission Moi et l'autre.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dominique Michel, Y'a des moments si merveilleux, Montréal, Éditions La Semaine, 2006 (ISBN 9782923501109)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom à la naissance, le nom des parents et le métier du père sont tirés de l'acte de baptême (baptême 70, feuillet 18v, Registre de la paroisse de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours-de-Sorel, 1932).
  2. Y'a des moments si merveilleux, p. 43
  3. Y'a des moments si merveilleux, p. 57-58
  4. a et b Y'a des moments si merveilleux, p. 79 à 84
  5. Y'a des moments si merveilleux, p. 99
  6. Festival Juste pour Rire.
  7. Dominique Michel et Camille Henry
  8. De Repentigny, Alain. Dominique Michel : Dodo telle qu'en elle-même, dans La Presse, le 28 octobre 2006.
  9. Site Canoe du 16 juin 2010.
  10. Fonds Dominique Michel (P888) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  11. Notice du disque et de son titre exact
  12. a b c et d Dominique Michel - Filmography by TV series
  13. Québec Info Musique - Dominique MICHEL

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]