Dominique Dalcan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Dalcan
Description de l'image Dominique Dalcan 2.jpg.
Informations générales
Pays d'origine Paris
Drapeau de la France France
Genre musical Pop, electro, chanson
Années actives 1991 - présent
Labels Ostinato
Site officiel www.dominiquedacan.com

Dominique Dalcan est un auteur-compositeur-interprète français né à Beyrouth au Liban. Il est issu d'une famille d'image plutôt que de musique. Il passe son enfance et son adolescence à Noisy-le-Grand, en banlieue parisienne. Dominique Dalcan ne reçoit aucune véritable éducation musicale. Il se met pourtant à composer en autodidacte des pièces au piano, puis travaille un temps avec le groupe rennais Complot Bronswick.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il sort en 1992 son premier album Entre l'étoile & le carré chez Crammed Discs. Sa collaboration avec Marc Hollander, le fondateur de ce label belge, durera une décennie. Dalcan est considéré comme un précurseur de la nouvelle chanson pop made in France en mélangeant la musique électronique et acoustique.

En 1994, Dominique revient avec Cannibale dont sont extraits Le danseur de Java et Brian. L'album est influencé par les orchestrations anglo-saxonnes. Il s'entoure de l'arrangeur David Whitaker et du musicien Bertrand Burgalat. À la sortie du disque, Dominique effectuera alors une grande tournée en France avec différentes formations pour terminer sur la grande scène du festival des francofolies de la Rochelle en 1995.

En 1996, Dalcan veut aller plus loin dans son expérimentation musicale et devient bicéphale. Il monte un projet musical parallèle : Snooze. On ne parle pas encore de French touch mais Dominique est cité dans la presse anglaise en compagnie de Laurent Garnier, Air, Daft Punk ou Motorbass. Initialement instrumental, The Man in the Shadow sera son premier album sous le nom de Snooze et sera internationalement acclamé. Le son, tout en apnée, mélange le dub, le jazz, le hip hop et la drum&bass.

En 1997, il sort l'album Ostinato. Le son se veut beaucoup plus latin. Dominique enregistre d'ailleurs avec des musiciens brésiliens comme Vinicius Cantuaria, collaborateur d’Arto Lindsay et de Caetano Veloso, Paolo Braga et Cyro Baptista ainsi que le chef d'orchestre Clare Fischer, arrangeur entre autres de Prince et de João Gilberto. Les singles de l'album sont : L'air de rien un duo avec la chanteuse Nancy Danino (déjà présente sur The Man in the Shadow le premier album en 1996 de Snooze), Individualistic et le très bossa nova Plus loin mais jusqu'où.

L'année suivante, Dalcan travaille pour le cinéma avec Ma vie en rose d’Alain Berliner (Golden Globe du meilleur film étranger et une nomination aux victoires de la musique pour Dominique).

Il revient dans la musique électronique sous le pseudonyme de Snooze avec Goingmobile en 2001. Ce dernier est plus lumineux. Grâce à des architectures sonores et de percussions latines, Snooze livre un album dense et pertinent. Trois chanteuses participent à cet album : Nancy Danino, l'Américaine Nicole Graham ainsi que Deborah Brown, une légende du jazz basée à Atlanta, qui a contribué à faire du titre Quiet Alone l’un des plus émotionnel de l'album. Les collaborations se multiplient avec des mixeurs comme Señor Coconut ou encore Isolée.

Après deux ans d'écriture, c'est en janvier 2005 que sortira le troisième album de Snooze intitulé Americana. Le troisième album de Snooze mais le premier sur son propre label Ostinato. Sur ce disque, on s’aventure vers un folk moderne, où la country, le jazz oblique se mélangent avec élégance. Dalcan se charge lui-même de toutes les parties vocales en anglais, en modifiant parfois le timbre de sa voix. Americana réunit pour la première fois les deux facettes d'un même artiste : Dalcan et Snooze.

En 2006, Dominique Dalcan sort sur son label, le Best of intitulé Music hall qui réunit ses plus grandes chansons pop avec aussi quelques inédits. Il est consacré par le quotidien Le Monde comme « le pionnier de la pop française ». La même année, il sera victime d'un infarctus. Dominique s'éloigne alors de la musique pendant deux années.

En 2008, il collabore avec la jeune slameuse Luciole. Dominique Dalcan compose une grande partie de ses chansons et assure la réalisation artistique. Son premier album Ombres sort en février 2009, récompensé par L'Académie Charles-Cros.

En 2010, Dominique sort un nouveau single en français Paratonnerre et retrouve le chemin des ondes en 2011.

En 2013, il assure certaines premières parties des concerts de Vanessa Paradis lors de la tournée Love Songs Tour.

En 2014, Dominique sort chez Pias, l'album Hirundo . C'est un remarquable retour sur la scène hexagonale.

Dominique Dalcan (aka Snooze)

Discographie Dominique Dalcan[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Simples[modifier | modifier le code]

  • Comment faut-il faire ?
  • Les années bleues
  • Le danseur de java
  • Brian
  • Aveugle et sourd
  • L'air de rien
  • Plus loin mais jusqu'où ?
  • Individualistic
  • Music-Hall
  • Paratonnerre
  • Sometimes
  • Transhumance

Discographie Snooze[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Simples[modifier | modifier le code]

  • Your Consciousness Goes Bip
  • Middle Class Lady
  • The Chase EP
  • Good Morning As Usual
  • Did I Give You Much
  • Quiet Alone

Participations extérieures[modifier | modifier le code]

  • 1992  : Chante Ophélie sur l'album Sahara Blue hommage à Arthur Rimbaud d'Hector Zazou
  • 1993 : Reprise de Plus je te vois, plus je te veux sur l’hommage à Joe Dassin L'équipe à Jojo
  • 1995 : Inédit The Spy from Ankara pour la compilation électronique Freezone 2
  • 1996 : Générique de l'émission sur le cinéma de Canal+ Atmosphère
  • 1996 : Musique pour le court-métrage Clueur de Nicolas Baz
  • 1996 : Chanson pour le film Des nouvelles du bon Dieu de Didier Le Pêcheur
  • 1996 : Inédit Dub Angel pour la compilation Freezone 3
  • 1996 : Chasseur d'Ivoire, d'Alain Chamfort, enregistré avec Les Innocents à Taratata
  • 1997 : Remix de Supersex pour Morphine, le groupe de l'américain Mark Sandman
  • 1997 : Remix de Corpo el alma pour le japonais Ryūichi Sakamoto
  • 1997 : Réalisation du titre Fils de interprété par Kent sur l’album hommage à Jacques Brel Aux suivants
  • 1998 : Chante Sa raison d’être et compose Ninoutchki sur l’album Ensemble contre le sida
  • 2001 : Remix de New-York USA sur l’album hommage à Serge Gainsbourg I love Serge
  • 2001 : Largo song écriture et réalisation du générique pour la série télévisée Largo Winch
  • 2002 : Composition et réalisation du titre B.O pour Kemar, le chanteur de No One Is Innocent, sur son album solo Prénom Betty
  • 2002 : Musique pour The Truth about Charlie de l’américain Jonathan Demme
  • 2002 : Musique pour Nature mortelle le téléfilm d'Alain Tasma.
  • 2003 : Participation au conte musical L’héroïne au bain d'Olivier Libaux
  • 2006 : Musique pour Comme des voleurs du suisse Lionel Baier
  • 2008 : Chante La baie sur l'album de reprise d'Étienne DahoTombés pour Daho
  • 2009 : Compose et réalise l'album Ombres de la chanteuse française Luciole
  • 2008 : Création radiophonique en collaboration avec Matali Crasset et Luciole de Floom, un conte musicale pour enfant.
  • 2010 : Remixes pour le groupe pop 1973
  • 2011 : Compose Québec November Hotel pour le chanteur français Hubert-Félix Thiéfaine
  • 2012 : Musique et sound design pour le site web de la créatrice de mode Elsa Schiaparelli
  • 2013 : Réalisation et production du video clip pour la chanson Sometimes
  • 2014 : Composition et sound design pour Ikea en collaboration avec la designer Matali Crasset
  • 2014 : Réalisation et production du video clip pour la chanson Transhumance
  • 2014 : Sound design pour les ateliers Tersi en collaboration avec la designer Matali Crasset
  • 2014 : Réalisation du court métrage From Here To Eternity en collaboration avec le plasticien Julien Salaud
  • 2015 : Sound design pour l'exposition Lignes de ville à Genève, en collaboration avec le photographe Gérard Beulac

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Davet, Dominique Dalcan reprend son vol, in Le Monde, 7 février 2014, p. 12)

Liens externes[modifier | modifier le code]