Dominique Chryssoulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Romancière et auteure dramatique, née le [1], Dominique Chryssoulis a été, jusqu’en 2013, chargée de mission au ministère de l’éducation nationale. Aujourd’hui, elle se consacre totalement à l’écriture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa première pièce La Fenêtre est mise en onde sur France Culture en 1989. La trilogie Sonate [2](La FenêtreMonsieur Tell, Du sable dans les chaussures) est montée en 1991 à Paris par Georges Bonnaud (avec une aide à la création du ministère de la culture) et publiée chez Actes Sud-Papiers.

Elle se tourne ensuite vers le roman, en publie sept, dont deux reçoivent un prix littéraire.

Elle revient au théâtre avec Vie de Mathilde Sincy[3], adapté à la scène et créé à Paris en 2007 par René Albold (Avec une aide à la création de la SACD).

Depuis, elle alterne romans et pièces de théâtre. En 2010, Saltimbanque [4]est mis en scène par Elisabeth Commelin à Paris. En 2011, son roman La tectonique des plaques[5] est adapté à la scène et monté à Paris par Camille Dalo. En 2012, Ile-variations [6]est créé par Jeanne Coret et Jimmy Lanoë à Lorient. En 2013, Anamrhart [7]est lu en public au théâtre du Rond-Point dans une version pupitre de Jean-Luc Paliès, aux Mardis Midi de Louise Doutreligne.

En 2015, Nos otages est créé au Théâtre Berthelot de Montreuil [8]dans une mise en scène d'Élisabeth Commelin.

En 2016, La mer qu'on voit danser [9]est créé au Théâtre Berthelot de Montreuil dans une mise en scène d'Herman Delikayan.

En 2017, cette pièce est traduite en anglais (The crossing) et créée en langue anglaise au Théâtre de l'Opprimé à Paris dans une mise en scène de Tonya Trappe.

À l'automne 2017 elle crée avec Simone Balazard, directrice des éditions Le Jardin d'Essai, La nouvelle revue [10]du Jardin d'Essai.

En 2018 paraît au Jardin d'Essai son roman Samson de la nuit[11], sur le pianiste Samson François.

À paraître en 2018 : L'Assoluta de Cuba[12], aux éditions L'Échappée belle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Textes de théâtre
    • La fenêtre,
    • Monsieur Tell,
    • Du sable dans les chaussures, trilogie publiée sous le titre de Sonate aux éditions Actes Sud-Papiers, 1991.
    • Ile – variations, éditions Le Manuscrit, 2005.
    • Anamrhart, Le Manuscrit, 2009.
    • Saltimbanque, Le Manuscrit, 2010.
    • La mer qu'on voit danser / The crossing, Le Jardin d'Essai, 2018 (édition bilingue Anglais/Français)

Dans l’ouvrage de l’université de Louvain Femmes de théâtre, pour une scène sans frontières, son écriture est présentée comme « un travail d’élagage sur le verbe". "Elle recherche l’ellipse, ménage des blancs et des respirations. (...) Écriture sensible qui se nourrit de la rupture, de la fêlure, et où rôde, sous-jacente, la peur... »

  • Romans et nouvelles
    • Nine, autofiction, Le Manuscrit, 2002.
    • Lettre à Hélène, Le Manuscrit, 2003.
    • Ile – variations, nouvelles dialoguées, Le Manuscrit, 2005.
    • Vie de Mathilde Sincy, Le Manuscrit, 2007. Prix du premier « roman en ligne » 2008, décerné par un jury de professionnels de la culture et des médias sous le patronage du ministère de la culture.
    • La Tectonique des plaques, roman, Le Manuscrit, 2008.
    • Anamrhart ou recommencer, roman, Le Manuscrit, 2009.
    • Fantaisies d’été, roman, Le Manuscrit, 2010. Prix du « roman en ligne » 2010, décerné par un jury de professionnels de la culture et des médias sous le patronage du ministère de la culture.
    • Samson de la nuit, Le Jardin d'Essai, 2018.
    • À paraître aux éditions L'Échappée belle en 2018 : L'assoluta de Cuba, roman, sur la danseuse étoile cubaine Alicia Alonso.
  • Textes courts dans des livres collectifs :
    • D'où ça vient, in L'auteur dramatique en première ligne[13], L'Avant-scène théâtre, 2010.
    • Le combat, in Marilyn après tout[14], Les Cahiers de l'égaré, 2012.
    • Tout était en l'air au château de Fleurville, in La comtesse de Ségur et nous[15], Le Jardin d'Essai, 2012.
    • À Sophie pour la vie, in Diderot pour tout savoir[16], Les Cahiers de l'égaré, 2014.
    • Le piano de Chopin, in Lire George Sand[17], Le Jardin d'essai, 2014.
    • La moitié de l'humanité, in Elle s'appelait Agnès[18], Les Cahiers de l'égaré, 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chryssoulis, Dominique (1953-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 10424-frfre (consulté le 21 février 2018)
  2. Dominique Chryssoulis, Sonate, Actes Sud-Papiers
  3. Dominique Chryssoulis, Vie de Mathilde Sincy, Le Manuscrit
  4. Dominique Chryssoulis, Saltimbanque, Le Manuscrit
  5. Dominique Chryssoulis, La tectonique des plaques, Le Manuscrit
  6. Dominique Chryssoulis, Ile-Variations, Le Manuscrit
  7. Dominique Chryssoulis, Anamrhart, Le Manuscrit
  8. « Théâtre Berthelot de Montreuil »
  9. Dominique Chryssoulis, La mer qu'on voit danser, Le Jardin d'Essai
  10. La nouvelle revue, Le Jardin d'Essai
  11. Dominique Chryssoulis, Samson de la nuit, Le Jardin d'Essai
  12. Dominique Chryssoulis, L'Assoluta de Cuba, L'Échappée Belle
  13. L'auteur dramatique en première ligne, L'Avant-Scène
  14. Marilyn après tout, Les Cahiers de l'Égaré
  15. La comtesse de Ségur et nous, Le Jardin d'Essai
  16. Diderot pour tout savoir, Les Cahiers de l'Égaré
  17. Lire George Sand, Le Jardin d'Essai
  18. Elle s'appelait Agnès, Les Cahiers de l'Égaré

liens externes[modifier | modifier le code]