Dominique Cardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cardon (homonymie).
Dominique Cardon
D.Cardon.JPG

Dominique Cardon lors d'une conférence au CNRS.

Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Conseil scientifique de Wikimédia France (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Dominique Cardon, né le [1], est un sociologue français, professeur à Sciences Po/Medialab[2] depuis novembre 2016. Il était auparavant membre du centre de recherche Orange Labs[3] et professeur associé à l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée au sein du Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS)[4]. Laboratoire au sein duquel il a soutenu en 2015 une thèse en sociologie intitulée "L'espace public élargi. Opinion, critique et expressivité à l'ère d'internet"[5]. Il est également membre affilié au Centre d’études des mouvements sociaux de l'EHESS[6].

Ses recherches portent sur les transformations contemporaines de l’espace public, notamment sur les infrastructures de médiation offertes par les nouvelles technologies, sur le rôle de la critique dans le débat public, ainsi que sur les dynamiques d’individualisation et de participation à la production d’expression publique.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Chorégraphier la générosité. Le Téléthon, le don, la critique. Dominique Cardon (avec Jean-Philippe Heurtin), Paris, Économica, 2016.
  • À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l'heure des Big Data, Paris, Seuil, 2015[7].
  • La démocratie internet. Promesses et limites, Paris, Seuil, 2010[8].
  • Médiactivistes (avec Fabien Granjon), Paris, Presses de Science-Po, 2010.
  • Dominique Cardon, Antonio Casilli, Qu'est-ce que le Digital Labor ?, Bry-sur-Marne, INA, coll. « Études et controverses », 2015, 104 p., (ISBN 978-2-86938-229-9)[9].
  • Tommaso Venturini, Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet (dir.), Méthodes digitales. Approches quali/quanti des données numériques, Réseaux, no 188, 2015, 276 p., La Découverte[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cardon, Dominique (1965-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 23 septembre 2016)
  2. « SPIRE, l’archive ouverte de Sciences Po », sur https://spire.sciencespo.fr, (consulté le 22 avril 2017)
  3. Les chercheurs en activité, Les sciences humaines et sociales à Orange Labs.
  4. Dominique Cardon sur le site du LATTS.
  5. Thèse de Dominique Cardon en sociologie intitulée "L'espace public élargi. Opinion, critique et expressivité à l'ère d'internet"
  6. Dominique Cardon sur le site du Centre d’études des mouvements sociaux.
  7. Thibault De Meyer, « Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes », Lectures,‎ (lire en ligne)
  8. Marin Dacos, « Dominique Cardon, La démocratie Internet. Promesses et limites », Les comptes rendus,‎ (lire en ligne)
  9. Compte-rendu : Olivier Cléach, « Dominique Cardon, Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le digital labor ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 novembre 2015, consulté le 17 janvier 2016. URL : http://lectures.revues.org/19584
  10. Compte-rendu : Marie-Anne Paveau, « Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet et Tommaso Venturini, « Méthodes digitales. Approches quali/quanti des données numériques », Réseaux, no 188, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 17 janvier 2016. URL : http://lectures.revues.org/17895