Dominique Appia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dominique Appia
Image dans Infobox.
Plafond du Victoria Hall
Naissance

Genève
Décès
(à 90 ans)
Genève
Nom de naissance
Dominique Appia
Nationalité
Activité
Peinture, art dans l'espace public, affiche, dessin, sérigraphie, lithographie, collage, scénographie, graphisme, illustration, peinture murale
Formation
Site web

Dominique Appia, né à Genève le , et mort le [1], est un artiste suisse[2].

Biographie et parcours artistique[modifier | modifier le code]

Dominique Appia est né à Genève en 1926, d'un père protestant et d'une mère catholique, dans un milieu de bonne bourgeoisie. Il fait partie d'une famille où les préoccupations artistiques étaient de mise. Son grand-oncle, Adolphe Appia fut un grand théoricien de la mise en scène de théâtre à la fin du XIXe siècle. Après une enfance qu'il décrit comme difficile, il finit sa scolarité obligatoire à 12 ans. Entre 20 et 25 ans, il touche à différents domaines : de chasseur d'hôtel à chauffeur de taxi, il s'initie à la retouche photographique et à l'imprimerie puis persévère, pendant 15 ans, comme dessinateur dans un bureau d'architecte ou il est confronté aux dessins de précision et au respect des proportions. Il commence son parcours artistique à 40 ans en véritable autodidacte[3]. Ses thèmes de prédilection sont très variés : les villes, les toits de Genève, la rade, le Salève, la cathédrale Saint-Pierre de Genève, le Jet d'eau de Genève ainsi que les trains, les gares, les cheminées, les instruments de musique pour n'en citer que quelques-uns. Ses œuvres sont le plus souvent peintes à l'acrylique et très structurées. Elles suggèrent des mondes oniriques, insolites et étranges. Elles font parfois référence à l'histoire de l'art : la Renaissance et le surréalisme. Dominique Appia est l'auteur de nombreuses décorations murales dans des bâtiments publics ou privés et, en particulier, le plafond du Victoria Hall à Genève. Il réalise aussi plusieurs affiches, notamment en 1979, pour l'exposition itinérante Le temps des gares[4] qui lui vaudra le Grand prix de l'affiche française. Il s’implique, comme illustrateur, pour promouvoir des causes humanitaires, culturelles ou écologistes. Il crée, entre autres, une affiche pour une association française de protection de l'environnement, qui représente l'arche de Noé sous la forme d'un navire sans mâts ni voiles remplis d'une végétation exubérante et, en 1985, l'affiche de l'exposition Le visage multiplié du monde : quatre siècles d'ethnographie à Genève pour le Musée d'ethnographie de Genève. En 1982, il prend part au débat démocratique genevois, en réalisant une affiche à l'occasion de la votation sur le projet de destruction de la Promenade de l'Observatoire à Genève[3].

« Les titres de ses œuvres témoignent de son sens de l'humour. Les trains sont mis en bouteille, la mer rentre dans le salon, les portes s'ouvrent sur des espaces étranges, les tableaux montrent des mondes variés, les objets ont une vie qui échappe à leur réalité, au poids, à la gravitation. Les saisons, le jour, la nuit se complètent et se mélangent. »

— Dominique Dérobert, Artistes à Genève : De 1400 à nos jours / sous la dir. de Karine Tissot, Genève : L'APAGe : Notari, 2010, (ISBN 9782940408153)

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1970 : Prix Calame (paysage), Genève
  • 1970 : Prix Harvey (portrait), Genève
  • 1972 : Prix Calame (paysage), Genève
  • 1974 : Prix Harvey (portrait), Genève
  • 1979 : Grand Prix de l'affiche française

Réalisations[modifier | modifier le code]

Sélection de dessins et peintures[modifier | modifier le code]

Année Titre de l'œuvre Technique Dimension
1966 Le palais gouache sur carton 98 X 68 cm
1967 Maturité gouache 34 X 24 cm
1967 Au jardin botanique stylo feutre 21 X 30 cm
1968 Entre la lumière et l'ombre acryl sur toile 116 X 89 cm
1970 La visite litho sur plaque offset 51 X 38 cm
1971 autoportrait acryl 116 X 89 cm
1971 Où va le temps qui passe ? acryl sur toile 81 X 116 cm
1971 Le grand voyage acryl sur toile 116 X 81 cm
1971 Le songe retrouvé gouache 34 X 24 cm
1974 Le silence gouache 30 X 40 cm
1974 Berthe vue à vol d'oiseau litho sur plaque offset 41 X 58 cm
1975 Le génie de la liberté I crayon 70 X 50 cm
1975 Le génie de la liberté II crayon 35 X 50 cm
1975 Le génie de la liberté III crayon 50 X 50 cm
1975 Le génie de la liberté IV crayon 35 X 50 cm
1976 Oui, montagneuse est ma passion encre de Chine 20 X 30 cm
1976 13 bis rue des Canettes gouache sur carton
1976 Désidérata acryl sur toile 61 X 50 cm
1976 On a la chance que l'on mérite litho sur plaque offset 41 X 58 cm
1978 Architecture de la Renaissance acryl sur toile 200 X 240 cm
1978 Crystal Palace acryl sur toile 125 X 85 cm
1979 Les pages du dictionnaire acryl sur toile 73 X 116 cm
1979 Au pied du mur photomontage
1980 En Provence crayon 30 X 42 cm
1984 La Place du cirque acryl sur toile 50 X 61 cm
1978 Le temps des gares

Décors[modifier | modifier le code]

Décorations murales[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Hot-Dog Palace, Genève
  • 1982 : Hôtel Métropole, Genève
  • 1984 : Villa à Cologny, Genève
  • 1987 : Plafond du Victoria Hall, Genève
  • 1994 : Rolex, Genève, Phases de la Lune", du "Pendule de Foucault", de l'"Ecliptique", des "Plaisirs de la table", et de l'"Avenir de la tradition"

Intégration à l'architecture[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Fondation Jura-Latour, Meyrin, Genève, fenêtres en trompe-l'œil
  • 1994 : Rolex, Genève, bassin en mosaïque, 3 sculptures-fontaines en granit
  • 1995 : Mosaïque murale avec anamorphose
  • 1998 : Rolex, Genève, labyrinthe en dalles de granit

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Galerie Aurora, Genève
  • 1973 : Galerie Aurora, Genève
  • 1974 : Galerie du Port, Rolle
  • 1977 : Galerie Bernard Letu, Genève
  • 1981 : New York, Swiss Center Gallery
  • 1998 : Galerie AREA, Paris
  • 2006 : Le Manoir, Cologny

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Galerie Aurora, Genève
  • 1972 : Galerie Aurora, Genève
  • 1977 : "Portraits", Exposition collective d'autoportraits, Genève, Musée Rath[5].
  • 1978 : "Le Temps des gares", Paris, Centre national d'art et de culture Georges Pompidou.
  • 1979 : "Maisons de bois", Paris, Centre national d'art et de culture Georges Pompidou[6].
  • 1979 : "Exposition collectives des peintres genevois", Genève, Musée Rath[7].
  • 1988 : "Châteaux Bordeaux", Paris, Centre national d'art et de culture Georges Pompidou[8]
  • 2004 : FIAC, Foire internationale d'Art contemporain, Paris
  • 2014 : "Smoking up ambition", Genève, Pavillon Sicli : du 27 août au 7 septembre 2014

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC), 2 pièces
  • Commune de Cologny, 1 pièce

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • En vrac..., ou, "Vaste intimité" / Dominique Appia ; un livre d'Alin Avila, Paris : Area, 1998
  • Dominique Appia : un plafond pour un autre / Théodore Blaise, Paris : Aréa, 1987
  • Dominique Appia ou l'imaginaire de Genève / Cecilia Maurice de Silva, Dominique Appia, In: Alerte. - Genève. - No 135(printemps 2016), p. 2
  • Dominique Appia préfère être ému plutôt qu'étonné : artiste genevois / Michel Bonel, In: Tribune des arts. - Genève. - N⁰ 168(1995), p. 41
  • Le temps des gares : exposition conçue et réalisée par le Centre de création industrielle, département du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou : Paris du 13 décembre 1978 au 9 avril 1979
  • Dominique Appia, Genève : B. Letu, 1976
  • L'artiste Dominique Appia peignait une Genève rêvée : l'auteur de la fresque du plafond du Victoria Hall est décédé dimanche à l'âge de 90 ans, In: Tribune de Genève. - Genève. - 10 janvier 2017
  • Décès du peintre Dominique Appia : carnet noir. In: Le Courrier. - Genève. - 13 janvier 2017, p. 5Document utilisé pour la rédaction de l’article

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Appia, mémoires d'une œuvre de Nasser Bakhti. Long-métrage documentaire 98 min.
  • 1982 : Dominique Appia [Enregistrement vidéo] : des rêves pour Genève / réal. Liliane Roskopf et Constantin Fernandez, Genève : Radio Télévision Suisse Romande [prod.]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tribune de Genève
  2. « Dominique Appia », sur SIKART Dictionnaire sur l'art en Suisse.
  3. a et b Dominique Appia / textes de Hubert Monteilhet & de Jean Dethier, [Paris] : Julliard ; [Lausanne] : L'Âge d'homme, 1985, (ISBN 9782260004394)
  4. Le temps des gares : exposition conçue et réalisée par le Centre de création industrielle, département du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou : Paris du 13 décembre 1978 au 9 avril 1979
  5. Autoportrait ? :exposition organisée par le CARAR avec la collaboration du Musée d'art et d'histoire de Genève, Musée Rath, 10 décembre 1977-15 janvier 1978
  6. "Maisons de bois", Exposition conçue et réalisée par le Centre de création industrielle, département du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou : Paris du 19 décembre 1979 au 25 février 1980
  7. Artistes de Genève 1980 : Musée Rath, Genève, 13 décembre 1979 - 10 février 1980
  8. "Châteaux Bordeaux", Paris, / [conçue et réalisée par Centre de Création Industrielle du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou à Paris en 1987 et 1988]

Liens externes[modifier | modifier le code]