Dominique Alexandre Godron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique-Alexandre Godron
Dominique Alexandre Godron.jpg
Fonction
Recteur d'académie
Biographie
Naissance
Décès
Abréviation en botanique
Godr.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Membre de
Distinction

Dominique-Alexandre Godron est un médecin, botaniste, géologue et spéléologue français, né le à Hayange (Moselle) et mort le à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille modeste, d'un père employé aux forges d'Hayange qui décède alors que Dominique-Alexandre n'a que cinq ans, il effectue des études secondaire au collège Stanislas à Paris grâce au mécénat de la famille de Wendel, propriétaire des forges. De retour auprès de sa mère gravement malade, il devient commis aux forges.

Après le décès de sa mère en 1827, il entre à la faculté de médecine de Strasbourg et obtient son doctorat en 1833 grâce à une thèse sur « L'implantation du placenta sur l'orifice interne du col utérin ». Néanmoins, en parallèle de ses études, il s'intéresse à la botanique. Il ouvre un cabinet à Metz avant d'être nommé professeur à l'école de médecine de Nancy en 1835. Il est alors successivement recteur des académies de Haute-Saône, de l'Hérault et du Doubs[1]. Durant ces années, il prépare un doctorat en sciences consacré à l'étude de l'hybridité chez les végétaux, qu'il obtient le à Strasbourg.

En 1854, il est nommé professeur d'histoire naturelle dans la toute jeune faculté des sciences de Nancy et devient directeur du jardin botanique de Nancy qu'il transforme et auquel il donne l'aspect actuel. En 1855, il devient doyen de la faculté des sciences de Nancy.

Il est membre de la Société royale des sciences, lettres et arts de Nancy en 1844, comme Médecin, et est également, de 1862 à 1871, membre correspondant du Comité des travaux historiques et scientifiques puis membre correspondant de l'Académie des sciences en 1877. En tout il fut membre ou correspondant de 31 sociétés savantes régionales, nationales ou internationales.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Dominique-Alexandre Godron a écrit 140 publications (articles, ouvrages ou notes) qui traitent de médecine, de botanique, de phytogéographie, de géologie ou de spéléologie. En particulier, il a établi les fondements de la génétique et de l'hybridation trois ans avant Gregor Mendel grâce à ses expériences de croisement. Il a laissé son nom à divers végétaux, comme l'œillet de Godron[2].

La section vosgienne du Club alpin français (CAF) a été fondée à Nancy le . À cette occasion, Dominique-Alexandre Godron en a été fait, à l'unanimité, président d'honneur à cause de ses travaux sur la flore lorraine et le massif des Vosges. Trois mois plus tard, lors de la première assemblée générale du Club alpin français (CAF) le , il a été nommé membre correspondant du CAF pour les Vosges[3]. Jusqu'à sa mort il a été un collaborateur de l'Annuaire de la section vosgienne du CAF. Dès la première année de parution de l'Annuaire, Godron y publie des articles scientifiques, le premier en date étant intitulé « Migration de quelques végétaux dans les vallées de la Moselle et de la Meurthe ». En 1877 il publie, dans les Mémoires de l'Académie de Stanislas 1876 (CXXVIIe année, 4e série, tome IX, Nancy, 1877, p. 46-67), « Du passage des eaux et des alluvions anciennes de la Moselle dans les bassins de la Meurthe en amont de Nancy et de la Meuse par la vallée de l'Ingressin »[4], participant ainsi aux premiers travaux autour de la capture de la Moselle par la Meurthe. Il s'intéresse également à la spéléologie et écrit, en 1877, un article sur les grottes de Pierre-la-Treiche dans lequel il invite les cafistes à explorer ces cavernes comme ils le font des sommets.

Décorations[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur (décret du 12 août 1864).

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Essai sur les renoncules à fruits ridés transversalement, 1840[5].
  • Flore de France ou description des plantes qui croissent naturellement en France et en Corse, avec Charles Grenier :
  • tome 1, Paris : J.-B. Baillière, 1848 [6] ;
  • tome 2, Besançon : Sainte-Agathe aîné & Lyon : Charles Savy, 1850[7] ;
  • tome 3, Paris : F. Savy, 1853[8].
  • De l'Ægilops triticoïdes et de ses différentes formes, 1856[9].
  • Flore de Lorraine, tome 1, 1857[10].
  • Flore de Lorraine, tome2, 1857[11].
  • De l'espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l'unité de l'espèce humaine, tome 1, 1859[12].
  • De l'espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l'unité de l'espèce humaine, tome 2, 1859[13].
  • Essai sur la géographie botanique de la Lorraine, 1862[14].
  • Zoologie de la Lorraine, 1863[15].
  • Examen ethnologique des têtes de St Mansuy et de St Gérard évêques de Toul, 1864[16].
  • Des hybrides et des métis de Datura étudiés spécialement dans leur descendance, 1873[17].
  • Notice sur les explorations botaniques faîtes en Lorraine de 1857 à 1875 et de leurs résultats, 1875[18].
  • Le rôle politique des fleurs, 1879[19].

Un certain nombre de plantes portent son nom, notamment :

  • Artemisia godronii ;
  • Cirsium godronii ;
  • Onopordum godronii ;
  • Cuscuta godronii ;
  • Althaea godronii ;
  • Elytrigia godronii (Kerguélen), Holub ;
  • Batrachium godronii ;
  • Thalictrum godronii, Jord. (uk) ;
  • Rubus godronii ;
  • Rubus godronii ;
  • Diplacus godronii, ex E.Morren (uk) ;
  • Verbascum godronii, Boros ;
  • Verbascum × godronii, Boreau (uk).

Publications dans des périodiques[modifier | modifier le code]

  • (1865) - « Mémoire sur des ossements humains trouvés dans une caverne des environs de Toul », Mémoires de l'Académie de Stanislas 1864[20].
  • (1877) - « Arrivée à Nancy de l'Elodea canadensis L. Cl. Rich. », Bulletin de la Société des sciences de Nancy, Série II Tome III Fascicule VI[21].
  • (1877) - « Du passage à la fin de la période quaternaire des eaux et des alluvions anciennes de la Moselle dans les vallées de la Meurthe, au-dessus de Nancy et de la Meuse par la vallée de l'Ingressin », Annuaire du Club alpin français[22].
  • (1877) - « Du passage des eaux et des alluvions anciennes de la Moselle dans les bassins de la Meurthe en amont de Nancy et de la Meuse par la vallée de l'Ingressin », Mémoires de l'Académie de Stanislas 1876[23].
  • (1878) - « Histoire des premières découvertes faites aux environs de Toul et de Nancy de produits de l'industrie primitive de l'Homme », Bulletin de la Société des sciences de Nancy[24].
  • (1878) - « Les migrations des végétaux qui se sont produites dans les bassins de la Moselle et de la Meurthe », Bulletin de la Société des sciences de Nancy[25].
  • (1879) - « Les cavernes des environs de Toul et les mammifères qui ont disparu de la vallée de la Moselle », Mémoires de l'Académie de Stanislas 1878[26].

Hommage posthume[modifier | modifier le code]

À Nancy, la rue des Champs a été renommée Rue Godron en 1889 en hommage à Dominique-Alexandre Godron.

Rétrocédé en 1993 à la ville de Nancy, celle-ci donne son nom actuel à l'ancien jardin botanique de Nancy, en hommage à Dominique-Alexandre Godron : le Jardin Alexandre-Godron.

Le samedi , ont été ouvertes les festivités du bicentenaire de la naissance d'Alexandre-Dominique Godron au muséum-aquarium de Nancy, à l'occasion d'une séance publique de l'Académie de Stanislas. À cette occasion, un lilas Godron vulgaris (double classe 3 bleu, no 170 du catalogue de Victor Lemoine de 1908) a été planté dans le jardin par Anne-Marie Marc-Breuil, arrière-arrière-petite-fille de Godron, et André Rossinot, maire de Nancy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice d'autorité de Dominique-Alexandre Godron », sur le site de la Bibliothèque nationale de France (B.N.F.) (consulté le 30 avril 2014)
  2. œillet de Godron.
  3. (fr) CAF de Nancy (2000) - Le Club alpin français à Nancy : de la création de la section vosgienne du CAF en 1875 à l'an 2000, Imp. Apache Color, Nancy, p. 2-3
  4. « Du passage des eaux et des alluvions anciennes de la Moselle dans les bassins de la Meurthe en amont de Nancy et de la Meuse par la vallée de l'Ingressin ».
  5. Essai sur les renoncules à fruits ridés transversalement, Nancy, impr. Grimblot, Raybois et Cie, (lire en ligne).
  6. Flore de France ou description des plantes qui croissent naturellement en France et en Corse, 1ome 1, Paris : J.-B. Baillière, 1848.
  7. Flore de France ou description des plantes qui croissent naturellement en France et en Corse, tome 2, Besançon : Sainte-Agathe aîné & Lyon : Charles Savy, 1850.
  8. Flore de France ou description des plantes qui croissent naturellement en France et en Corse, tome 3, Paris : F. Savy, 1853.
  9. De l'Ægilops triticoïdes et de ses différentes formes, Nancy, impr. Grimblot et veuve Raybois, (lire en ligne).
  10. Flore de Lorraine : Deuxième édition, Tome premier, Paris, J.-B. Baillière, (lire en ligne).
  11. Flore de Lorraine : Deuxième édition, Tome second, Paris, J.-B. Baillière, (lire en ligne).
  12. De l'espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l'unité de l'espèce humaine : Tome premier, Paris, J.-B. Baillière, (lire en ligne).
  13. De l'espèce et des races dans les êtres organisés et spécialement de l'unité de l'espèce humaine : Tome second, Paris, J.-B. Baillière, (lire en ligne).
  14. Essai sur la géographie botanique de la Lorraine, Nancy, impr. de l'Académie de Stanislas, (lire en ligne).
  15. Zoologie de la Lorraine : ou catalogue des animaux sauvages observés jusqu'ici dans cette ancienne province, Nancy, impr. de l'Académie de Stanislas, (lire en ligne).
  16. Examen ethnologique des têtes de St Mansuy et de St Gérard évêques de Toul, Nancy, impr. de l'Académie de Stanislas, (lire en ligne).
  17. Des hybrides et des métis de Datura étudiés spécialement dans leur descendance, Nancy, impr. de Berger-Levrault, (lire en ligne).
  18. Notice sur les explorations botaniques faîtes en Lorraine de 1857 à 1875 et de leurs résultats, Nancy, impr. de Berger-Levrault, (lire en ligne).
  19. Le rôle politique des fleurs, Nancy, impr. de Berger-Levrault, (lire en ligne).
  20. « Mémoire sur des ossements humains trouvés dans une caverne des environs de Toul », Mémoires de l'Académie de Stanislas 1864, Nancy, p. 166-181
  21. Bulletin de la Société des sciences de Nancy, Série II Tome III Fascicule VI, Nancy, p. 99-102.
  22. « Du passage à la fin de la période quaternaire des eaux et des alluvions anciennes de la Moselle dans les vallées de la Meurthe, au-dessus de Nancy et de la Meuse par la vallée de l'Ingressin », Annuaire du Club alpin français, 3e année, 16 p.
  23. « Du passage des eaux et des alluvions anciennes de la Moselle dans les bassins de la Meurthe en amont de Nancy et de la Meuse par la vallée de l'Ingressin », Mémoires de l'Académie de Stanislas 1876, CXXVIIe année, 4e série, tome IX, Académie de Stanislas, Nancy, p. 46-67.
  24. Bulletin de la Société des sciences de Nancy, Série II Tome IV Fascicule VIII, Nancy, p. 47-55.
  25. Bulletin de la Société des sciences de Nancy, Série II Tome IV Fascicule X, Nancy, p. 65-78.
  26. « Les cavernes des environs de Toul et les mammifères qui ont disparu de la vallée de la Moselle », Mémoires de l'Académie de Stanislas 1878, CXXIXe année, 4e série, tome XI, Académie de Stanislas, Nancy, p. 1-28.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Godr. est l’abréviation botanique standard de Dominique Alexandre Godron.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI