Domenico Bartolucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bartolucci.
Domenico Bartolucci
Image illustrative de l'article Domenico Bartolucci
Biographie
Naissance
Borgo San Lorenzo Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Ordination sacerdotale pour le diocèse de Florence
Décès (à 96 ans)
Rome Drapeau de l'Italie Italie
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par Benoît XVI
Titre cardinalice Cardinal-diacre de SS. Nomi di Gesù e Maria in via Lata
Autres fonctions
Fonction religieuse
« Maître perpétuel » du Chœur pontifical de la sixtine (1956 -1997)
Fonction laïque
compositeur, chef de chœur

Blason
« Psallam Deo Meo »
(it) Notice sur www.vatican.va
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Domenico Bartolucci (né le à Borgo San Lorenzo, en Toscane et mort le à Rome[1]) est un cardinal italien de l'Église catholique. « Maître perpétuel » du Chœur pontifical de la chapelle Sixtine et membre de l'Accademia nazionale di Santa Cecilia, il s'est fait connaître dans le monde de la musique à la fois comme compositeur et comme chef de chœur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Domenico Bartolucci entre très jeune au séminaire de Florence où il est recruté en tant que cantore (chantre-choriste).

À la mort de son maître Bagnoli, il lui succède comme directeur de la chapelle de la cathédrale de Florence. Au cours de ces années, il commence à composer ses premières messes, ses premiers motets, des pièces pour orgue, des madrigaux et de la musique de chambre.

En 1942, il se rend à Rome pour approfondir ses connaissances en musique sacrée. Après avoir été chef de chœur adjoint à la basilique Saint-Jean-de-Latran, il est nommé maître de chapelle à la basilique Sainte-Marie-Majeure en 1947. En 1952, il est nommé chef assistant du Chœur pontifical de la chapelle Sixtine, auprès de Lorenzo Perosi. À la mort de Perosi en 1956, Pie XII lui confie la charge de « Direttore Perpetuo » (directeur perpétuel) de ce chœur prestigieux.

À l'approche du concile Vatican II, la situation de ce chœur est incertaine, mais elle est assainie par l'implication personnelle de Bartolucci et l'intérêt que lui porte le pape Jean XXIII. Bartolucci était opposé à l'abandon du latin et à l'impact d'un tel abandon sur le répertoire de musique sacrée en usage au cours des célébrations. Ses références majeures en ce domaine sont la musique polyphonique de Palestrina et le chant grégorien.

Il reste à ce poste de maître de chapelle de la Sixtine jusqu'au , date à laquelle il est remplacé par Giuseppe Liberto.

Il est considéré comme un des meilleurs interprètes de Giovanni Pierluigi da Palestrina. Il a fait de nombreuses tournées de par le monde avec le chœur de la chapelle Sixtine et avec le chœur de l'Accademia nazionale di Santa Cecilia.

Il a de plus dirigé le chœur de la RAI (la Radio-télévision nationale italienne) et les principaux chœurs et orchestres italiens à Rome, Venise, Trieste ou Palerme.

En 2006, il a dirigé, à la demande du pape Benoît XVI, un concert dans la chapelle Sixtine au cours duquel a été créé le motet à six voix Oremus pro Pontifice nostro Benedicto, dédié au pape.

Il est créé cardinal par Benoît XVI lors du consistoire du 20 novembre 2010, sans avoir reçu auparavant la consécration épiscopale. Il reçoit le titre de cardinal-diacre attaché à l'église des SS. Nomi di Gesù e Maria in Via Lata. Âgé de plus de 80 ans, il ne participe pas au conclave de 2013.

Il est décédé le , ses funérailles ont été célébrées par le cardinal Angelo Sodano, et les dernier rites par le Pape François[2].

L'activité de compositeur[modifier | modifier le code]

Bartolucci se consacre tout autant à l'enseignement et à la direction qu'à la composition. Le corpus de ses œuvres publiées comprend actuellement plus de quarante volumes avec des messes, des madrigaux, des motets, des pièces pour orgue et pour orchestre symphonique et de la musique de chambre… Mais c'est avant tout ses oratorios qui ont contribué à sa notoriété. Il faut aussi mentionner Brunellesco, un opéra en trois actes qui n'a pas encore été représenté.

Son style est marqué par l'influence de Lorenzo Perosi et d'Ildebrando Pizzetti[3]. L'esthétique de ce compositeur est un hommage à la tradition musicale sur la base de laquelle se fonde une certaine austérité du chant, soutenu par une polyphonie claire et solide (préface de son premier livre de Motets).

Décorations[modifier | modifier le code]

ITA OMRI 2001 GC BAR.svg
Chevalier grand-croix de l'Ordre du Mérite de la République italienne, sur proposition du président de la République, Rome, 1er août 1994
Equestrian order of the Holy Sepulcher of Jerusalem BAR.svg
Chevalier Grand-croix de l'Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem
SMOM-gcs.svg
Bailli grand-croix de l'Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, Rome, 28 mai 2013

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) 24. BARTOLUCCI, Domenico (1917-2013)
  2. (it) Vatican, « Messe funéraire pour le cardinal Domenico Bartolucci », sur press.vatican.va, (consulté le 22 décembre 2013)
  3. Lucio Lamarque (dir.), Encyclopédie de la musique, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Encyclopédies d'aujourd'hui », (réimpr. 1995), 1142 p. (ISBN 978-2-253-13035-2), p. 52

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]