Domaine public en droit de la propriété intellectuelle français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Domaine public.
Évolution comparée de la durée du droit d'auteur et de l'espérance de vie.

En droit de la propriété intellectuelle, le domaine public est un statut sous lequel sont placés les biens intellectuels (œuvres, inventions…) pour lesquels, au terme de leur durée de protection, il n'est plus nécessaire de demander une autorisation d'exploitation quelconque. On dit alors qu'ils sont « tombés dans le domaine public » ou de façon plus neutre « entrés dans le domaine public ».

Appliqué à la musique, chaque interprétation est un bien intellectuel distinct de l'œuvre interprétée.

Les inventions brevetées sont protégées durant vingt ans à compter du jour de dépôt de la demande. Les marques sont protégées pendant dix ans à compter de leur dépôt, cette période étant renouvelable indéfiniment.

Entrée dans le domaine public d'une œuvre[modifier | modifier le code]

Quand l’œuvre entre-t-elle dans le domaine public ?[modifier | modifier le code]

L'article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle précise : « L'auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d'exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent »[1]. Ainsi la plupart des œuvres, qui suivent ce régime général, entrent dans le domaine public un 1er janvier.

Contrairement à d'autres juridictions (comme aux États-Unis), il n'est pas possible techniquement de mettre une œuvre volontairement dans le domaine public, l'auteur ne pouvant légalement céder tous ses droits, et notamment le droit moral, qui possède un caractère inaliénable. Certaines licences, telle la licence CC0, tentent de se rapprocher le plus possible du domaine public, en permettant de renoncer à autant de droits que l'autorise la loi[2].

Prorogations[modifier | modifier le code]

Lorsque l'auteur est mort pour la France les droits sont prorogés d'une durée de trente ans (art. L 123-10 du CPI). S'ajoutent à ce délai des prorogations liées aux guerres mondiales (art. L 123-8 et 9 du CPI). Cependant, ces prorogations sont appliquées aux « droits accordés par la loi du 14 juillet 1866 » (art. L 123-8 et 9 du CPI), qui correspondent à une base de cinquante ans, non de soixante dix. Les œuvres bénéficiant de ces prorogations peuvent ne pas entrer dans le domaine public un 1er janvier, comme ce fut par exemple le cas des œuvres de Guillaume Apollinaire entrées dans le domaine public le 29 septembre 2013[3].

Article détaillé : Prorogations de guerre.

Œuvres posthumes[modifier | modifier le code]

L'article L 123-4 précise également : « Pour les œuvres posthumes, la durée du droit exclusif est celle prévue à l'article L 123-1. Pour les œuvres posthumes divulguées après l'expiration de cette période, la durée du droit exclusif est de vingt-cinq années à compter du 1er janvier de l'année civile suivant celle de la publication »[4].

Cela concerne les œuvres littéraires et artistiques (textes, livres, musiques, dessins, peintures...) mais ni les interprétations, ni les films qui sont soumis à un régime spécial.

Quand l’interprétation entre-t-elle dans le domaine public ?[modifier | modifier le code]

L'interprétation d'une œuvre (par un orchestre, par exemple) appartient à ce que le Code de la propriété intellectuelle nomme les « droits voisins » (articles L 211-1 et suivants).

Sont protégées par les droits voisins :

  • L'interprétation de l’œuvre (pour les artistes interprètes),
  • La première fixation du phonogramme ou du vidéogramme (pour les producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes),
  • La première communication au public des programmes (pour les entreprises de communication audiovisuelle).

Ces droits voisins bénéficient aux interprètes (acteurs, musiciens, chanteurs…) et aux producteurs (phonographiques, cinématographiques). Leur durée est de 50 ans à compter de l'interprétation, la première fixation de l'interprétation, la première publication de cette première fixation. Les transferts d'un même enregistrement audio ou vidéo sur d'autres supports et la restauration ou renumérisation d'un vieil enregistrement n'ouvrent pas une nouvelle période de 50 ans de droits (seules la première fixation ou sa publication comptent).

La violation des droits voisins fait l’objet de sanctions civiles et pénales[modifier | modifier le code]

La loi punit de 3 ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende toute fixation, reproduction, communication ou mise à la disposition du public, à titre onéreux ou gratuit, ou toute télédiffusion d’une prestation, d’un phonogramme, d’un vidéogramme ou d’un programme, sans l’autorisation, lorsqu’elle est exigée, du titulaire des droits (CPI, art. L 335-4). L’importation ou l’exportation de phonogrammes ou de vidéogrammes réalisées sans l’autorisation du titulaire des droits est puni des mêmes peines (CPI, art. L 335-4).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphanie Choisy, Le domaine public en droit d'auteur, Paris, Litec,‎ , 289 p. (ISBN 2-7111-3410-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Code de la propriété intellectuelle - Article L123-1 », sur Légifrance,‎ version en vigueur au 1er juillet 1995.
  2. Le romancier Pouhiou, avec son Cycle des NoéNautes édité par Framasoft, et le projet Open Goldberg Variations ont ainsi fait le choix de placer directement leurs œuvres dans le domaine public en optant pour la licence Creative Commons Zéro.
  3. Calimaq, « Apollinaire et le domaine public : pourquoi il FAUT que ça change ! »,‎
  4. « Code de la propriété intellectuelle - Article L123-4 », sur Légifrance,‎ version en vigueur au 1er juillet 1995.