Dolus-d'Oléron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dolus-d'Oléron
La Grande-Rue, artère historique du centre-ville. Au second plan, le clocher de l'église Saint-André (XVIIe siècle).
La Grande-Rue, artère historique du centre-ville. Au second plan, le clocher de l'église Saint-André (XVIIe siècle).
Blason de Dolus-d'Oléron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Canton Île d'Oléron
Intercommunalité Communauté de communes de l'Île-d'Oléron
Maire
Mandat
Gregory Gendre
2014-2020
Code postal 17550
Code commune 17140
Démographie
Gentilé Dolusiens
Population
municipale
3 253 hab. (2014 en augmentation de 2,42 % par rapport à 2009)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 43″ nord, 1° 15′ 35″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 20 m
Superficie 29,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Dolus-d'Oléron

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Dolus-d'Oléron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dolus-d'Oléron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dolus-d'Oléron
Liens
Site web www.ville-dolus-oleron.fr

Dolus-d’Oléron est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Dolusiens et les Dolusiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'anse de la Perroche.

Localisée dans la partie méridionale de l'île d’Oléron, cette cité commerçante de plus de 3 200 habitants est située à peu près à égale distance de Saint-Pierre-d’Oléron et du Château-d'Oléron, les deux principales villes de l'île. Pôle économique majeur du Pays Marennes-Oléron, elle abrite une importante zone d’activité comprenant un des principaux hypermarchés de l’île et plusieurs dizaines d’entreprises et de commerces de toutes sortes. Bénéficiant d’une double façade maritime – sur l’océan Atlantique à l’ouest et sur la rade des Basques à l’est, elle compte sur la présence de plusieurs plages et d’une anse naturelle, l’anse de la Perroche, où de petits bateaux de plaisance viennent mouiller. La commune accueille également un des principaux centres aquatiques du département.

En dehors du centre-ville historique, Dolus-d’Oléron se compose de nombreux « villages » à l’identité forte, organisation traditionnelle de l’habitat sur l’île, qui tendent cependant à être rattrapés par l’urbanisation. L’un des principaux est La Perroche, qui conserve un prieuré roman du début du XIIe siècle.

Sur un plan plus général, la commune de Dolus-d'Oléron est localisée dans la partie sud-ouest de la France[Note 1], au centre de la côte atlantique dont elle est riveraine, faisant partie du « Midi atlantique »[2].


Histoire[modifier | modifier le code]

L'édification de plusieurs constructions mégalithiques sur l'île atteste d'une présence humaine dès le Néolithique. Ces monuments sont désormais détruit, déplacé ou enseveli :

  • Le mégalithe de La Parée, désormais détruit, était composé de deux pierres. La première de forme arrondie mesurait 2 m de long sur 1,50 m de large pour une épaisseur de 0,60 m. Elle était légèrement creusée en auge. La pierre,en forme de disque (diamètre 2 m pour 0,50 m d'épaisseur), était surnommée le Palet de Gargantua par les habitants de l'île. L'ensemble laisse supposer qu'il s'agissait d'une pierre close, du même type que les Pierres Closes de Charras.
  • La Galoche de Gargantua se dressait en limite de commune, près du hameau de Pinturbat, le long du chemin menant de Saint-Pierre à Dolus. Il a été depuis déplacé au Musée de l'Île d'Oléron. Sur sa face supérieure, on peut observer une cupule.
  • La Piare des Brandes était une énorme pierre visible à marée basse dans le chenal des Brandes. Désormais enseveli sous les sédiments depuis le début du XIXe siècle, il n'est plus possible de déterminer le type de ce mégalithe.

La commune est mentionnée pour la première fois en 1391[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : au 1er d'argent au renard de gueules, passant la tête de face, au 2e losangé d'azur et d'or au pal de sinople brochant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Dolus-d'Oléron appartient à la Communauté de communes de l'île d'Oléron, structure intercommunale regroupant 21 889 habitants (2011). Une partie de son domaine maritime est compris dans la réserve naturelle nationale de Moëze-Oléron et dans le parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis, dont le siège est à Marennes.

Le conseil municipal a adopté, le , une motion opposée au traité de libre-échange transatlantique[4].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1998 2014 Jean-Jacques Bazerbes    
2014 en cours Grégory Gendre SE Cadre supérieur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[5].

De plus, la commune de Dolus d'Oléron adhère à la charte Terre Saine du Poitou-Charentes depuis le , s'engageant ainsi à ce que les services des espaces verts de Dolus n'utilisent aucun pesticide[6].

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2014, la commune comptait 3 253 habitants[Note 2], en augmentation de 2,42 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : +3,32 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 082 2 101 1 698 2 011 2 182 2 169 2 174 2 200 2 228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 087 2 199 2 211 2 209 2 225 2 212 2 165 2 055 2 058
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 075 2 029 1 946 1 763 1 736 1 658 1 677 1 663 1 604
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 744 1 786 2 006 2 145 2 440 2 723 3 043 3 176 3 253
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-André du début du XVIIe siècle.
  • Prieuré Saint-Médard de La Perroche formant un ensemble comprenant un logis et une chapelle de style roman (début du XIIe siècle).
  • La commune de Dolus d'Oléron dispose de plusieurs plages dont certaines permettent la pêche aux coquillages et crustacés ; la plage de la Perroche est quant à elle un spot de windsurf et de kite-surf.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maurice Renard (1875-1939), romancier, inhumé au cimetière de Dolus.
  • Jean Ricou, coureur cycliste professionnel de 1959 à 1962, y est né le 23 septembre 1933.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe : Île d'Oléron.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Certains y voient une appartenance géographique au Midi de la France — en référence au « Midi atlantique » cher au géographe Louis Papy - ainsi Dolus-d'Oléron comme le département de la Charente-Maritime peuvent être rattachés à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le Midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984, p.21
  3. Dolus d'Oléron sur le site touristique officiel de l'île d'Oléron et du bassin de Marennes
  4. Commune de Dolus d'Oléron, « Délibération n°2015-03/19-01 – Motion sur le traité Transatlantique de libre-échange (TAFTA) » [PDF], sur www.collectifstoptafta.org (consulté le 22 septembre 2017)
  5. Site des villes et villages fleuris, consulté le 25 décembre 2016.
  6. « Terre saine - Votre commune sans pesticides », sur www.terresaine-poitou-charentes.fr (consulté le 22 septembre 2017)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :