Dolmen de Marsois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dolmen de Marsois
Image illustrative de l’article Dolmen de Marsois
La Pierre Tournante en 2018.
Présentation
Nom local Pierre Tournante
Type dolmen
Période Néolithique
Fouille 1875-1876
Protection Logo monument historique Classé MH (1949)
Caractéristiques
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 34″ nord, 5° 18′ 28″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Grand-Est
Département Haute-Marne
Commune Nogent

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Dolmen de Marsois

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Dolmen de Marsois

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

(Voir situation sur carte : Haute-Marne)
Dolmen de Marsois

Le dolmen de Marsois ou de la Pierre Tournante, nommé aussi Pierre Branlante est situé sur la commune de Nogent, dans le département de la Haute-Marne.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Itinéraire descriptif, Arthur Daguin rapporte que « du temps de la Révolution, alors que les alliés étaient en France, me dit-on, on égorgeait les ennemis sur la pierre tournante »[1].

Le dolmen est fouillé sous l'impulsion de Daguin en 1875 ou 1876 par le Père Bonaventure, capucin se trouvant temporairement à Vitry-lès-Nogent pour une enquête en vue de la canonisation du Père Honoré de Chaumont[2].

Au début du XXe siècle, un jeune bûcheron décide de renverser le dolmen pour un pari contre deux litres de vin. Ce dernier réussi partiellement son entreprise à l'aide d'un énorme tronc de chêne, d'un système de rouleaux, de coins et de leviers, ce qui fait que la table est désormais déplacée d'environ 75 cm vers l'est[2]. Suite à des fouilles effectuées sur l'ensemble de la forêt du Marsois entre 1941 et 1948, l'édifice est classé en 1949 par le Ministère de l'Éducation nationale au titre des monuments historiques[3],[4].

Description[modifier | modifier le code]

La chambre mesure 3 m de longueur sur 1,30 m de largeur et 0,90 m de hauteur. Elle est orientée sensiblement nord-sud. Elle est recouverte par une monumentale table de couverture (4,30 m de longueur sur 3,80 m de largeur et 0,40 m d'épaisseur)[5].

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

En 1875-1876, le Père Bonaventure recueillit des outils en silex (3 pointes de flèches à pédoncule et ailerons), des fragments de céramique (un fragment de vase à fond plat, des tessons comportant un décor de lignes de points) et des ossements humains fragmentés. Selon le décompte des dents humaines retrouvées opéré par M. Derelle, la chambre aurait accueilli au moins sept individus (quatre adultes, un adolescent et deux enfants). En 1982, la découverte d'un bouton en os à perforation en « V » a conforté l'attribution de la sépulture au Campaniforme qui avait été pressentie en fonction du mobilier archéologique précédemment découvert[5].

Folklore[modifier | modifier le code]

La table de couverture est une pierre tournante : elle fait un tour sur elle-même en 100 ans. Selon la légende, si l'on pose la main dessus on peut ressentir son mouvement de rotation[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur Daguin, Itinéraire descriptif : Nogent-en-Bassigny (Haute-Marne) et son canton, t. 1, Nogent, Albert Marchal, , p. 47.
  2. a et b Michel Derelle et Louis Lepage, « Le dolmen de « la pierre tournante » à Nogent-en-Bassigny (Haute-Marne) », Bulletin de la société de sciences naturelles et d'archéologie de la Haute-Marne, vol. 23,‎ , p. 250.
  3. Luc Thomas et Evelyne Thomas, « De la préhistoire à la protohistoire », Bulletin de la société de sciences naturelles et d'archéologie de la Haute-Marne, vol. 22,‎ , p. 293.
  4. « Cimetière mixte (tumulus) », notice no PA00079161, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. a b et c Mahieu 2005, p. 39

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eric Mahieu, Itinéraires mégalithiques - La Haute-Marne, Theix, Actilia Multimédia, , 64 p. (ISBN 2-915097-06-2), p. 39

Articles connexes[modifier | modifier le code]