Dolmen de Laverré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dolmen de Laverré
Image illustrative de l’article Dolmen de Laverré
Vue générale de l'édifice
Présentation
Type Dolmen
Période Néolithique
Protection Logo monument historique Classé MH (1889, 1958)
Caractéristiques
Matériaux calcaire
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 18″ nord, 0° 19′ 28″ est
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Commune Aslonnes
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Dolmen de Laverré
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Dolmen de Laverré
Géolocalisation sur la carte : Vienne
(Voir situation sur carte : Vienne)
Dolmen de Laverré

Le dolmen de Laverré est situé sur le territoire de la commune d'Aslonnes, dans le département de la Vienne.

Historique[modifier | modifier le code]

Le monument aurait été fouillé à la fin du XVIIIe siècle par Dom Fonteneau[1]. En 1865, Le Touzé de Longuemar en dresse un premier plan[1]. Le dolmen est classé au titre des monuments historiques par la liste de 1889[2]. Le pierrier alentour est classé par arrêté du [3].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un dolmen de type angoumoisin. Il dolmen est enserré dans un grand tumulus de 25 m de diamètre dont la partie nord a été amputée par une construction domestique. Selon le plan dressé par Le Touzé, il semblerait qu'il était entouré d'un péristalithe constitué, côté sud-est, de huit blocs bas et arrondis. La chambre est de forme quadrangulaire. Elle mesure 3 m de long sur 2,50 m de large. Elle était délimitée par huit orthostates, dont six sont encore en place. Les autres blocs correspondent au début d'un couloir[1].

En 1939, Étienne Patte y effectua un petit sondage. Le site est victime d'une fouille clandestine en 1953 qui contribue à saccager l'intérieur de la chambre. É. Patte parvint toutefois à récupérer une partie du mobilier, constituée de deux poignards en silex, de treize armatures de flèches à pédoncule et ailerons, d'une plaquette carrée en calcaire arrondie aux angles et perforée au centre, de quatre perles (1 en marbre, 1 en calcaire, 1 en limonite gréseuse, 1 en quartz bleu), d'une canine de cerf perforée et polie et de tessons de céramiques correspondant à une vingtaine de vases (vases à fond rond, vases cylindroïques à fond plat, divers récipients)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Pautreau et Montserrat Mataro I Pladelasala, Inventaire des mégalithes de la France, 12 : Vienne, Chauvigny, A.P.C, , 319 p. (ISBN 2-909165-15-9), p. 41-42. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Étienne Patte, « Quelques sépultures du Poitou du Mésolithique au Bronze moyen », Gallia préhistoire, vol. 14, no 1,‎ , p. 223-227 (lire en ligne)

Liens internes[modifier | modifier le code]