Dolmen de Bagneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dolmen de Bagneux
Saumur Dolmen Bagneux 2007.jpg

Dolmen de Bagneux

Présentation
Type
Dolmen
Construction
Propriétaire
privé
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
56 rue du DolmenVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Maine-et-Loire
voir sur la carte de Maine-et-Loire
Red pog.svg

Le dolmen de Bagneux, appelé aussi La Grande Pierre Couverte ou La Roche-aux-Fées ou Le Grand Dolman est un monument mégalithique situé dans la commune de Saumur (Maine-et-Loire). Le dolmen de Bagneux est un des plus grands dolmens de France. Sa régularité ainsi que sa taille en font l'un des dolmens les plus imposants et caractéristiques de la période néolithique.

Protection[modifier | modifier le code]

Le dolmen est classé monument historique en 1889[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un certain Dolomieu aurait fouillé le dolmen en 1775, sans rien y trouver. Il est décrit une première fois en 1812 par J.F. Bodin, dans ses Recherches historiques sur la ville de Saumur, ses monuments et ceux de son arrondissement. En 1839, Ampère mentionne un dolmen «au pied duquel on a trouvé un squelette avec un couteau de pierre dans le flanc »[2],[3].

Le dolmen de Bagneux est désormais une propriété privée, dont la visite est soumise à un droit d'entrée.

Description[modifier | modifier le code]

Dimension et plan[modifier | modifier le code]

Vue intérieure du dolmen.

Le dolmen mesure 4,25 m de large à l'entrée, et s'élargit pour atteindre 5,40 m au fond de la chambre. Celle-ci s'étire sur 17,30 m de longueur[4].

La chambre est délimitée par quatre orthostates de chaque côté et une dalle de chevet de 7,30 m de long. Une dalle verticale, perpendiculaire à la dalle de chevet, constitue vraisemblablement une cloison intérieure. La chambre est recouverte de quatre tables de couverture, dont la dernière, qui est aussi la plus grande, est fendue. La chambre ouvre au sud-est.

L'entrée, réduite à 1,30 m de large, est délimitée par deux dalles, dont seule celle de gauche est d'origine (celle de droite, plus mince, ne figure pas sur les gravures du XIXe siècle). Les quatre autres dalles visibles juste devant l'entrée, correspondraient selon de nombreux auteurs aux vestiges d'une antichambre. Ainsi, selon Michel Gruet, le dolmen de Bagneux serait plus grand dolmen angevin à portique[2].

L'existence d'un tumulus est attestée autour du dolmen, ses vestiges étaient encore visibles en 1847[2].

Matériaux de construction[modifier | modifier le code]

Les dalles en grès sénonien qui constituent le monument sont issues de gisements locaux[2]. Un banc de ces grès, plus ou moins disloqué, existe sur les hauteurs voisines de Bournan et de Terrefort. Les dalles du dolmen venues de là étaient sans doute éparses sur les pentes du coteau où on peut encore en apercevoir. Un transport de 200 à 400 m était suffisant pour les avoir à pied d’œuvre.

Folklore[modifier | modifier le code]

Diverses traditions attribuent la construction de l'édifice tantôt aux fées, tantôt aux druides ou aux Goths[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Michel Gruet, Mégalithes en Anjou, Cheminements, (1re éd. 1967, actualisation de Charles-Tanguy Le Roux), 417 p. (ISBN 284478397X), p. 27-29 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]