Aller au contenu

Appel du pied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dog whistle)

En politique, un appel du pied, dilogie[1] ou sous-discours[1] (en anglais : dog whistle, sifflet à chien[2]), est l'utilisation d'un langage codé ou suggestif dans les messages politiques pour obtenir le soutien d'un groupe particulier sans provoquer d'opposition. Un appel du pied utilise un langage qui semble normal à la majorité mais adresse des messages spécifiques au public visé. Ils sont généralement utilisés pour porter des notions sur des sujets susceptibles de susciter la controverse sans attirer une attention négative. Ainsi l'expression « valeurs familiales » aux États-Unis pour signaler aux chrétiens qu'un candidat soutient des politiques promouvant les valeurs chrétiennes sans s'aliéner les partisans non chrétiens[3]. Un autre exemple est l'utilisation de l'expression « banquiers internationaux » pour signaler aux racistes qu'un candidat est lui-même antisémite sans s'aliéner les partisans non racistes[4].

Description

[modifier | modifier le code]

Selon William Safire, le terme dog whistle en référence à la politique pourrait provenir de son utilisation dans le domaine des sondages d'opinion. Safire cite Richard Morin, directeur des sondages pour le Washington Post, écrivant en 1988, « des changements subtils dans la formulation des questions produisent parfois des résultats remarquablement différents… Les chercheurs appellent cela « l'effet de sifflet de chien » : les répondants entendent quelque chose dans la question que les chercheurs n'entendent pas »[5]. Il spécule que les travailleurs de la campagne ont adapté l'expression des sondeurs politiques[incompréhensible][5].

Dans son livre de 2006, Voting for Jesus: Christianity and Politics in Australia, l'universitaire Amanda Lohrey écrit que le but du sifflet est d'attirer le plus grand nombre possible d'électeurs tout en s'en aliénant le plus petit nombre possible. Elle prend comme exemple des politiciens choisissant des mots largement attrayants tels que « valeurs familiales », qui ont une résonance supplémentaire pour les chrétiens, tout en évitant une moralisation chrétienne manifeste qui pourrait décourager les électeurs non chrétiens[6].

Le théoricien politique australien Robert E. Goodin soutient que le problème de l'appel du pied est qu'il sape la démocratie, car si les électeurs ont entre eux une compréhension différente de ce qu'ils soutenaient pendant une campagne, le fait qu'ils semblaient soutenir la même chose est « démocratiquement dénué de sens » et ne donne pas à celui qui utilise ce procédé un mandat politique[7].

Histoire et utilisation

[modifier | modifier le code]

En , Gérald Darmanin, alors ministre de l'intérieur s'adresse à la journaliste Apolline de Malherbe en lui disant « Calmez-vous, ça va bien se passer », ce qui est présenté comme un appel du pied vers les « antiféministes » et « les électeurs de Zemmour et de Le Pen »[8].

Dans le Journal du Dimanche du , Gérald Darmanin dénonce le « terrorisme intellectuel de l'extrême gauche ». Ce concept d'extrême droite a été forgé par Jean Sévilla et popularisé dans le discours politique par Nicolas Sarkozy, Jean-Marie Le Pen, Éric Zemmour, Marine Le Pen et Marion Maréchal[9].

Lors de son audition au Sénat le sur sa gestion du maintien de l’ordre lors des manifestations de Sainte-Soline, Gérald Darmanin, attaque la Ligue des Droits de l'Homme en menaçant du lui couper ses subventions[10]. Cela fait écho aux attaques de la liberté d'association de la LDH par des élus RN[11].

Lors du Congrès du Parti communiste français, le , Fabien Roussel avance que les frontières ont été transformées en passoires[12], reprenant une formulation chère à l'extrême droite[13].

Dans la nuit du , le député LFI David Guiraud réagit sur Twitter à un tweet mentionnant une plainte émise à son encontre par l’Observatoire juif pour « apologie du terrorisme »[14] en publiant un extrait vidéo du manga One Piece faisant référence aux « dragons célestes ». Ces personnages fictifs privilégiés et immensément riches sont régulièrement utilisés par les internautes pour publier des messages antisémites, sans en avoir l'air, et devient donc un appel du pied[15]. Ce tweet déclenche une polémique et il est par la suite accusé par plusieurs médias d'antisémitisme. Il affirme en retour ne pas connaître cette référence et n'avoir voulu « heurter personne ». Une tribute signée par l'historienne Ludivine Bantigny, le militant juif décolonial Simon Assoun, l'historien Johann Chapoutot et d'autres affirme que cette accusation « portée contre David Guiraud nous paraît absolument injuste » et sert à discréditer Guiraud et, a fortiori, la LFI[16].

Le terme a été repris pour la première fois dans la politique australienne au milieu des années 1990 et a été fréquemment appliqué à la campagne politique de John Howard[17]. Tout au long de ses onze années en tant que Premier ministre australien et en particulier au cours de son quatrième mandat, Howard a été accusé d'avoir communiqué des messages attrayants pour les électeurs australiens anxieux en utilisant des mots de code tels que « non australien », « grand public » et « illégaux »[18],[19].

Un exemple notable est le message du gouvernement Howard sur les arrivées de réfugiés. La position dure de son gouvernement sur l'immigration était populaire auprès des électeurs, mais il a été accusé d'utiliser la question pour envoyer en outre des messages voilés de soutien aux électeurs à tendance raciste[20], tout en maintenant un déni plausible en évitant un langage ouvertement raciste[21]. Un autre exemple a été la publicité du test de citoyenneté australienne en 2007[21]. On a fait valoir que le critère[Lequel ?] peut sembler raisonnable à première vue, mais qu'il vise en fait à plaire à ceux qui s'opposent à l'immigration en provenance de régions géographiques particulières[22].

Lors des élections fédérales canadiennes de 2015, le parti conservateur dirigé par le premier ministre sortant Stephen Harper a été accusé d'avoir employé des mots « codés » dans un débat pour s'adresser aux partisans de base de son parti. Au milieu de la campagne électorale, le Parti conservateur a embauché le stratège politique australien Lynton Crosby comme conseiller politique lorsqu'il est tombé à la troisième place dans les sondages derrière le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique[23]. Au cours d'un débat électoral télévisé, Stephen Harper, tout en discutant de la décision controversée du gouvernement de retirer à certains immigrants et demandeurs d'asile l'accès au système de soins de santé du Canada, a fait référence aux « Canadiens de souche » comme étant favorables à la position du gouvernement. Les chefs de l'opposition, dont l'ancienne députée libérale du Québec Marlene Jennings, ont qualifié ses propos de racistes et de diviseurs, car ils sont utilisés pour exclure les Canadiens de couleur[24].

Royaume-Uni

[modifier | modifier le code]

Lynton Crosby, qui avait auparavant dirigé les quatre campagnes électorales de John Howard en Australie, a travaillé comme conseiller du Parti conservateur lors des élections générales britanniques de 2005, et le terme a été introduit dans le débat politique britannique à cette époque[5]. Dans ce que Goodin appelle « le cas classique » du sifflement de chien[7], Crosby a créé une campagne pour les conservateurs avec le slogan « Êtes-vous en train de penser à ce que nous pensons ? » : une série d'affiches, de panneaux publicitaires, de publicités télévisées et de publicités directes dans des courriers contenant des messages tels que « Ce n'est pas raciste d'imposer des limites à l'immigration » et « comment vous sentiriez-vous si un type en liberté anticipée attaquait votre fille[25] ? » s'est concentrée sur des questions controversées telles que les hôpitaux insalubres, l'accaparement des terres par les squatters et les restrictions imposées au comportement de la police[26],[27].

La députée travailliste Diane Abbott a décrit la campagne publicitaire de 2013 pour les camionnettes « Go Home » du ministère de l'Intérieur britannique comme un exemple de politique de sifflet de chien[28],[29].

En , le maire de Londres et député conservateur Boris Johnson a été accusé de « dog whistle racism » par le chancelier fantôme de l'Échiquier et député travailliste John McDonnell lorsque Johnson a suggéré que le président des États-Unis Barack Obama en voulait au Royaume-Uni en raison de son « aversion ancestrale pour l'Empire britannique » en raison de son héritage « en partie kenyan », après qu'Obama eut exprimé son soutien au vote du Royaume-Uni pour rester dans l'Union européenne avant le référendum au Royaume-Uni sur l'adhésion à l'UE[30],[31].

Lors de l'élection du maire de Londres en 2016, le candidat conservateur Zac Goldsmith a été accusé d'avoir mené une campagne de dog whistle contre Sadiq Khan du parti travailliste, jouant sur la foi musulmane de Khan en suggérant qu'il ciblerait les hindous et les sikhs avec une « taxe sur les bijoux » et en tentant de le lier aux extrémistes[32],[33].

On a reproché à Theresa May une politique de sifflet de chien pendant la période précédant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, après avoir affirmé que les citoyens de l'UE « sautaient la file d'attente »[34].

Le Parti travailliste dirigé par Jeremy Corbyn a été accusé d'avoir toléré l'antisémitisme « au sifflet » au sein du parti alors qu'il était à la tête du parti[35]. Les 28 députés conservateurs qui ont signé une lettre au National Trust l'accusant de « marxisme culturel » ont également été incriminés pour sifflement d'antisémitisme, car ce terme est une renaissance d'un terme de l'époque nazie « bolchevisme culturel » utilisé souvent par la droite dure.

États-Unis

[modifier | modifier le code]

XXe siècle

[modifier | modifier le code]

L'expression « droits des États », faisant littéralement référence aux pouvoirs des gouvernements des États — par opposition à l'État fédéral — aux États-Unis, a été décrite en 2007 par David Greenberg dans Slate comme des « mots codes » pour la ségrégation institutionnalisée et le racisme[36]. Les droits des États est la bannière sous laquelle des groupes comme les Défenseurs de la souveraineté de l'État et des libertés individuelles ont plaidé en 1955 contre la déségrégation scolaire[37]. En 1981, l'ancien stratège du Parti républicain Lee Atwater, lors d'une interview anonyme sur la stratégie du Sud de l'ancien président Richard Nixon, a émis l'hypothèse que des termes tels que « droits des États » étaient utilisés pour « siffler des chiens »[38],[39],[40],[41]. Atwater met en rapport cela avec la campagne du président de l'époque, Ronald Reagan, qui, selon lui, « était dépourvue de toute forme de racisme, de toute sorte de référence ». Cependant, Ian Haney López, professeur de droit américain et auteur du livre de 2014 Dog Whistle Politics, décrit Reagan comme « sifflant un chien » lorsque le candidat racontait des histoires sur « la conduite de Cadillac comme Welfare queen » et « l'achat de biftecks d'aloyau avec des coupons alimentaires » alors qu'il faisait campagne pour la présidence[42],[43],[44]. Il soutient qu'une telle rhétorique pousse les Américains blancs de la classe moyenne à voter contre leur intérêt économique personnel afin de punir les « minorités indignes » qui, selon eux, reçoivent trop d'aide publique à leurs dépens. Selon López, les blancs conservateurs de la classe moyenne, convaincus par de puissants intérêts économiques que les minorités sont l'ennemi, soutiennent les politiciens qui ont promis de freiner l'immigration illégale et de réprimer la criminalité, mais votent également sans en être conscients pour des politiques favorisant les extrêmement riches, comme la réduction des impôts pour les tranches de revenus les plus élevées, en donnant aux entreprises un contrôle réglementaire accru sur l'industrie et les marchés financiers, en brisant les syndicats, en réduisant les pensions des futurs employés du secteur public, en réduisant le financement des écoles publiques et en réduisant l'État-providence social. Il soutient que ces mêmes électeurs ne peuvent pas lier la montée des inégalités qui a affecté leur vie aux programmes politiques qu'ils soutiennent, ce qui a entraîné un transfert massif de richesse vers les 1 % les plus riches de la population depuis les années 1980[45],[46].

XXIe siècle

[modifier | modifier le code]

Le journaliste Craig Unger écrit que le président George W. Bush et Karl Rove utilisaient un langage codé de dog whistle dans leurs campagnes politiques, s'adressant à l'ensemble de l'électorat tout en délivrant un message assez différent à une base politique chrétienne évangélique ciblée[47]. William Safire, dans le dictionnaire politique de Safire, donne l'exemple de la critique de Bush pendant la campagne présidentielle de 2004 contre la décision Dred Scott de 1857 de la Cour suprême des États-Unis refusant la citoyenneté américaine à tout Afro-Américain. Pour la plupart des auditeurs, la critique semble anodine, écrit Safire, mais les observateurs avisés ont compris que la remarque était le rappel que les décisions de la Cour suprême peuvent être annulées et un signal que, s'il était réélu, Bush pourrait nommer à la Cour suprême un juge qui renverserait Roe v. Wade[5]. Ce point de vue est repris dans un article du Los Angeles Times de 2004 par Peter Wallsten[48].

Pendant la campagne et la présidence d'Obama, un certain nombre de commentateurs de gauche ont décrit diverses déclarations à propos de celui-ci comme des sifflets racistes. Lors des primaires démocrates de 2008, l'écrivaine Enid Lynette Logan a critiqué le recours de la campagne d'Hillary Clinton aux mots codés et aux insinuations apparemment conçues pour qualifier la course de Barack Obama de problématique, affirmant qu'il était caractérisé par la campagne de Clinton et de ses partisans éminents comme anti-blancs en raison de son association avec le révérend Jeremiah Wright, aussi capable d'attirer que des votes noirs, comme antipatriotique, toxicomane, peut-être vendeur de drogue, et marié à une femme noire en colère et ingrate[incompréhensible][49]. Un article de 2008 d'Amy Chozick dans le Wall Street Journal demandait si Obama était trop maigre pour être élu président, étant donné le poids moyen des Américains ; le commentateur Timothy Noah a écrit qu'il s'agissait d'un sifflet raciste, car « lorsque les Blancs sont invités à réfléchir à l'apparence physique d'Obama, le principal attribut sur lequel ils sont susceptibles de s'attarder est sa peau foncée »[50]. Dans un discours de 2010, Sarah Palin a critiqué Obama, disant « nous avons besoin d'un commandant en chef, pas d'un professeur de droit debout au pupitre. » Le professeur de Harvard (et allié d'Obama) Charles Ogletree a qualifié cette attaque de raciste, car la véritable idée communiquée était qu'« il n'est pas l'un des nôtres »[51]. Le commentateur de MSNBC Lawrence O'Donnell appelle un discours de 2012 de Mitch McConnell, dans lequel McConnell critique Obama pour avoir trop joué au golf, un sifflet raciste parce qu'il estime que cette remarque était destinée à rappeler aux auditeurs le golfeur noir Tiger Woods, qui à la le temps traversait un scandale d'infidélité[incompréhensible][52].

En 2012, la campagne d'Obama a diffusé une publicité dans l'Ohio qui disait que Mitt Romney n'était « pas l'un des nôtres »[53]. La journaliste du Washington Post Karen Tumulty a écrit : « Ironiquement, cela fait écho à un slogan qui a été utilisé comme code racial au cours du dernier demi-siècle au moins »[54].

Au cours de la campagne électorale présidentielle de 2016 et à plusieurs reprises tout au long de sa présidence, Donald Trump a été accusé par des politiciens et de grands médias d'utiliser des techniques raciales et antisémites de dog whistle[55],[56],[57],[58],[59].

Au cours de la course au poste de gouverneur de 2018 en Floride, Ron DeSantis a été critiqué pour des commentaires considérés comme racistes, en disant: « La dernière chose que nous devons faire est de régler cela en essayant d'adopter un programme socialiste avec d'énormes augmentations d'impôts et la faillite de l'État. Cela ne marchera pas. Ce ne sera pas bon pour la Floride »[60]. DeSantis a été accusé d'avoir utilisé le mot « singe » comme sifflet de chien raciste ; son adversaire, Andrew Gillum, était afro-américain. DeSantis a nié que son commentaire ait été raciste[61].

Certains ont fait valoir[Qui ?] qu'il est difficile de dire si les prétendus dog whistles en sont réellement. Robert Henderson et Elin McCready soutiennent que le déni plausible est une caractéristique clé des sifflets pour chiens[62]. Mark Liberman remarque qu'il est courant que la parole et l'écriture transmettent des messages qui ne seront captés que par une partie de l'auditoire, mais que cela ne signifie généralement pas que l'orateur émet délibérément un message à double sens[63]. Steven Pinker affirme que le concept de sifflement de chien permet aux gens de « prétendre que n'importe qui dit n'importe quoi parce que vous pouvez facilement entendre les prétendus sifflets de chien qui ne sont pas dans le contenu littéral réel de ce que la personne dit »[64].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b « dilogie », Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française.
  2. En anglais, le concept tire son nom des sifflets à ultrasons pour chiens, qui sont audibles pour les chiens mais pas pour les humains.
  3. (en) Bethany Albertson, « Dog-Whistle Politics: Multivocal Communication and Religious Appeals », Research Gate (consulté le ) (« religious appeals that signal particular faith communities may not be persuasive. Indeed, people may even develop more negative attitudes towards a politician who makes an overt religious appeal when it is clear that they are not part of the ingroup.... Given that there is religious diversity in the United States, the unique appeal of multivocal language is that it allows politicians to speak directly to like-minded others, communicating to them common ground and shared values, while those who do not share this perspective remain oblivious. »).
  4. (en) Ian Olasov, « Offensive political dog whistles: you know them when you hear them. Or do you? », Vox, (consulté le ) : « While many people might hear "international banks" quite literally... antisemites hear something very different. After all, the supposed existence of a cabal of international Jewish bankers working to undermine US democracy is a recurring theme in American antisemitism. ».
  5. a b c et d (en) William Safire, Safire's Political Dictionary, New York, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-534334-2), p. 190.
  6. (en) Amanda Lohrey, Voting for Jesus: Christianity and Politics in Australia, Melbourne, Black Inc., , 48–58 p. (ISBN 1-86395-230-6).
  7. a et b (en) Robert E. Goodin, Innovating Democracy: Democratic Theory and Practice after the Deliberative Turn, Reprint, , 224–228 p. (ISBN 978-0-19-954794-4).
  8. « "Calmez-vous, ça va bien se passer” : une longue tradition de sexisme et d’antiféminisme », sur huffingtonpost.fr, .
  9. « Darmanin utilise un concept d’extrême droite, le « terrorisme intellectuel » », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  10. « En faisant pression sur la LDH, Gérald Darmanin « menace notre démocratie » », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  11. « Nouvelles agressions inacceptables de l’extrême droite contre la liberté associative - LDH », sur www.ldh-france.org, (consulté le )
  12. Thomas Legrand, « «Ils ont transformé nos frontières en passoires» : Fabien Roussel joue avec les mots », sur Libération (consulté le )
  13. « Marine Le Pen : l'Union européenne "est une passoire à gros trous" pour les produits comme pour l'immigration », sur Europe 1 (consulté le )
  14. « La référence douteuse de David Guiraud à « One Piece » suscite la polémique », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  15. « La référence douteuse de David Guiraud à « One Piece » suscite la polémique », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  16. Tribune collective, « Réponse collective à une infamie : Sur l’accusation d’antisémitisme portée contre la France insoumise » Accès libre, sur Au poste, (consulté le ).
  17. (en) Grant Barrett, The official dictionary of unofficial English, McGraw-Hill Professional, 2006, p. 90
  18. (en) Tim Soutphommasane, Reclaiming Patriotism: Nation-building for Australian Progressives, Melbourne, Cambridge University Press, , 19–20 p. (ISBN 978-0-521-13472-9)
  19. (en) Katharine Gelber, Speech Matters: Getting Free Speech Right, St Lucia, Qld., University of Queensland Press, , end–notes (ISBN 978-0-7022-3873-4).
  20. (en) Robert Garran, True believer: John Howard, George Bush and the American Alliance, Allen & Unwin, (ISBN 978-1-74114-418-5, lire en ligne), 18.
  21. a et b (en) Josh Fear, « Under the Radar: Dog-whistle Politics in Australia », TAI.org.au, The Australia Institute, .
  22. (en) « No Question About a Citizenship Test », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. (en) Steven Chase, « Controversial Australian strategist to help with Tories' campaign », (consulté le ).
  24. (en) « Harper's 'Old-stock Canadians' Line is Part Deliberate Strategy: Pollster », sur Canadian Broadcasting Corporation, (consulté le ).
  25. (en) Jennifer Lees-Marshment, Political Marketing: Principles and Applications, London, Routledge, , 169 p. (ISBN 978-0-415-43128-6).
  26. (en) J. F. O. McCallister, « Whistling in the Dark? », Time,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  27. (en) David Seawright, The British Conservative Party and One Nation Politics, London, Continuum, (ISBN 978-0-8264-8974-6), p. 134.
  28. (en) Matthew Taylor, Mirren Gidda et Rajeev Syal, « 'Go home' Ad Campaign Targeting Illegal Immigrants Faces Court Challenge », The Guardian, (consulté le )
  29. (en) James Legge, « Government's 'Go Home' Vans Backed by Immigration Minister Mark Harper », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. (en) johnmcdonnellMP, « Mask slips again. Boris part-Kenyan Obama comment is yet another example of dog whistle racism from senior Tories. He should withdraw it. », sur Twitter, .
  31. (en) Ashley Cowburn, « Boris Johnson accused of 'dog whistle racism' over controversial Barack Obama Kenya remarks », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. (en) « The Deafening Dogwhistle of Zac Goldsmith's London Mayoral Campaign Leaflets », New Statesman,
  33. (en) Adam Bienkov, « Ethnic Minority Tories Say Zac Goldsmith's Dog-whistle Campaign Badly Damaged Party », .
  34. (en) « Theresa May's Dog-whistle Rhetoric on EU Citizens Jumping the Queue – and its effect on my four-year-old », TheConversation.com, (consulté le ).
  35. (en) Kimiko de Freytas-Tamura, « For U.K.'s Labour, Anti-Semitism and Corbyn Are as Divisive as Brexit », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  36. (en) David Greenberg, « Dog-Whistling Dixie: When Reagan said "states' rights," he was talking about race », Slate, (consulté le ).
  37. (en) « A Plan for Virginia Presented to the People of the Commonwealth by the Defenders of State Sovereignty and Individual Liberties », sur Old Dominion University Libraries Digital Collections, Defenders of State Sovereignty and Individual Liberties, (consulté le ).
  38. (en) Alexander P. Lamis, The Two Party South, Oxford University Press,
  39. (en) [vidéo] Exclusive: Lee Atwater's Infamous 1981 Interview on the Southern Strategy sur YouTube
  40. (en) You start out in 1954 by saying, "Nigger, nigger, nigger." By 1968, you can't say "nigger" – that hurts you. Backfires. So you say stuff like forced busing, states' rights and all that stuff. You're getting so abstract now, you're talking about cutting taxes. And all these things you're talking about are totally economic things and a byproduct of them is [that] blacks get hurt worse than whites. And subconsciously maybe that is part of it. I'm not saying that. But I'm saying that if it is getting that abstract, and that coded, that we are doing away with the racial problem one way or the other. You follow me – because obviously sitting around saying, "We want to cut this," is much more abstract than even the busing thing, and a hell of a lot more abstract than "Nigger, nigger".
  41. Craig S. Pascoe, Karen Trahan Leathem et Andy Ambrose, The American South in the Twentieth Century, University of Georgia Press, (ISBN 978-0-8203-2771-6, lire en ligne), 230
  42. (en) Ian Haney López, Dog Whistle Politics: How Coded Racial Appeals Have Reinvented Racism and Wrecked the Middle Class, New York, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-996427-7), p. 4.
  43. (en) Ian Haney López on the Dog Whistle Politics of Race, Part I. Moyers & Company, February 28, 2014.
  44. (en) Kevin Yao, « A Coded Political Mantra », Berkeley Political Review, University of California Berkeley, (consulté le ).
  45. (en) « Ian Haney López on the Dog Whistle Politics of Race, Part I », Moyers & Company, sur BillMoyers.com, .
  46. (en) Dog Whistle Politics: How Coded Racial Appeals Have Reinvented Racism and Wrecked the Middle Class, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-996427-7, lire en ligne).
  47. (en) Craig Unger, The Fall of the House of Bush: The Untold Story of How a Band of True Believers Seized the Executive Branch, Started the Iraq War, and Still Imperils America's Future, Simon & Schuster, , 172–173 (ISBN 978-0-7432-8075-4, lire en ligne), « 11. Dog Whistle Politics ».
  48. (en) Peter Wallsten, « Abortion Foes Call Bush's Dred Scott Reference Perfectly Clear », Los Angeles Times, (consulté le ).
  49. (en) Enid Lynette Logan, 'At This Defining Moment': Barack Obama's Presidential Candidacy and the New Politics of Race, New York University Press, , 62 p. (ISBN 978-0-8147-5298-2).
  50. James Taranto, « Noah's Shark », The Wall Street Journal, .
  51. (en) James Taranto, « Hot Enough for You? », The Wall Street Journal, .
  52. (en) Nick Gillespie, « MSNBC's Lawrence O'Donnell: Mocking Obama's Golfing is an Attempt to Portray Him as an Oversexed Black Man », Reason, .
  53. (en) [vidéo] Made in Ohio – Obama for America TV Ad sur YouTube.
  54. (en) Karen Tumulty, « Obama's 'not one of us' attack on Romney echoes racial code », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  55. (en) Eli Stokols, « Jeb: Trump using racial 'dog whistle' », Politico.com, (consulté le ).
  56. (en) Cheryl Greenberg, « Donald Trump's conspiracy theories sound anti-Semitic. Does he even realize it? », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. (en) David Bernstein, « On anti-Semitism and dog whistles », The Washington Post, (consulté le )
  58. (en) Michael Memoli, « Condemning Trump's 'dog-whistle' campaign, Clinton cites endorsement in KKK newspaper », Los Angeles Times, (consulté le ).
  59. (en) Jonathan Capehart, « Trump's white-nationalist dog whistles in Warsaw », washingtonpost, the Washington Post,‎ (lire en ligne).
  60. (en) « Gillum responds to 'monkey this up' comment: DeSantis is joining Trump 'in the swamp' », sur NBC News.
  61. (en) « Florida's Ron DeSantis Doubles Down on 'Monkey This Up' Comment », Roll Call, .
  62. (en) Robert Henderson et Elin McCready, « How Dogwhistles Work », New Frontiers in Artificial Intelligence, lecture Notes in Computer Science, vol. 10838,‎ , p. 231–240 (ISBN 978-3-319-93793-9, DOI 10.1007/978-3-319-93794-6_16, lire en ligne).
  63. (en) Mark Liberman, « The comma was really a dog whistle », University of Pennsylvania, (consulté le ).
  64. (en) Ronald Bailey, « Steven Pinker Beats Cancel Culture Attack », Reason magazine, (consulté le ).

Bibliographie

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]
  • Conditionnement classique – Procédure d'apprentissage dans laquelle un stimulus biologiquement puissant est associé à un stimulus neutre (« réponse pavlovienne »).
  • Novlangue – Langage qui déguise, déforme ou inverse délibérément le sens des mots.
  • Euphémisme - Mot ou expression anodin utilisé à la place d'un terme qui peut être trouvé offensant.
  • Cadrage (décision) – Effet sur la perception de la manière dont l'information est présentée.
  • Déni plausible – Capacité à nier la responsabilité.
  • Empoisonnement du puits – Type d'erreur logique.
  • Politiquement correct : mesures visant à éviter d'offenser ou de désavantager des groupes particuliers.
  • Queerbaiting : dans les médias, faire allusion à des relations homosexuelles sans les décrire.
  • Incitation à la haine : Infraction pénale dans plusieurs pays.
  • Schibboleth : coutume ou tradition qui distingue un groupe d'un autre.
  • Stratégie du Sud : stratégie électorale républicaine du XXe siècle pour le sud des États-Unis.
  • Message subliminal : stimuli sensoriels inférieurs au seuil de perception consciente d'un individu.
  • Politique de la division : problème politique ou social qui divise.