Doctolib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Doctolib
logo de Doctolib
Logo de Doctolib

Création 05-08-2013
Fondateurs Stanislas Niox-Chateau[1], Steve Abou Rjeily, Jessy Bernal et Ivan Schneider
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Stanislas Niox-Chateau
Directeurs Stanislas Niox-Chateau (d)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Eurazeo, Accel Partners, Bpifrance, Pierre Kosciusko-Morizet, Nicolas Brusson, Antoine Freysz, Pierre Krings, Bertrand Jelensperger, Ludwig Klitzsch, Olivier Occelli, Maxime Forgeot
Activité Programmation informatique
Produits Santé, Internet, Prise de rendez-vous en ligne
Société mère Niox Chateau (holding) 823025101
Effectif 800[3]
SIREN 794598813Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.doctolib.fr

Chiffre d'affaires Comptes non disponibles

Doctolib est une startup française fondée en 2013 qui fournit un service en ligne de prise et de gestion de rendez-vous médicaux mettant en relation des patients et des professionnels de la santé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Doctolib est créé, fin 2013, par Stanislas Niox-Chateu, Jessy Bernal, Ivan Schneider et Steeve Abou-Rjely PierreYves Morvan qui en détiennent toujours la majorité du capital en 2018. Stanislas Niox-Chateau, après une carrière de joueur de tennis de haut niveau jusqu'à une blessure à 16 ans et un bégaiement tenace, avait eu l'occasion de mesurer le manque de fluidité du parcours de soin. À sa sortie d'HEC, avec le cofondateur du fonds d'investissement Otium, Antoine Freysz, il rachète La Fourchette, fin 2008, et s'initie au monde internet[4]. Le service se développe d'abord en France, principalement auprès des professionnels de santé libéraux et des grands groupes de cliniques privées[5],[6]. Entre fin 2013 et début 2017, la société lève 61 millions d'euros auprès d'investisseurs tels que Accel Partners et Bpifrance[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13].

En juin 2016, Doctolib étend ses activités en Allemagne en ouvrant un nouveau siège à Berlin[14],[15],[16],[17].

Fin 2016, la société remporte un appel d'offres de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et devient le premier acteur de son secteur en Europe à permettre la prise de rendez-vous en ligne pour les hôpitaux publics[18],[19]. En mai 2017, le service de prise de rendez-vous en ligne Doctolib est disponible dans 9 des 39 établissements de l'AP-HP[20]. Tous les établissements de l'AP-HP doivent disposer du service Doctolib dès juin 2018[21].

Le 28 novembre 2017, Doctolib boucle une levée de fonds de 35 millions d’euros auprès de Bpifrance et Eurazeo afin de se développer en Allemagne[22]. Doctolib est dans le top 10 des levées de fond en 2017 avec 61 M€[23].

En juillet 2018, Doctolib acquiert MonDocteur[24]. Le nouveau groupe compte ainsi 600 employés. Ses services sont utilisés par 55 000 professionnels de santé, 1 200 établissements de santé et ses sites et applications enregistrent 20 millions de visites de patients chaque mois[25].

En janvier 2019, Doctolib annonce le déploiement auprès des praticiens de son service de téléconsultation[26].

En mars 2019, une nouvelle levée de fonds de 150 millions d'euros valorise la startup à un milliard d'euros, ce qui lui permet d'entrer dans le cercle très fermé des licornes[27],[28],[29].

En mars 2019, Doctolib compte 75 000 professionnels et 1 400 établissements partenaires, tout en générant 30 millions de visites chaque mois sur sa plate-forme.[30]

En 2019 Doctolib intègre le Next40[31].

Le service de prise de rendez-vous[modifier | modifier le code]

À l'instar de ZocDoc (en) aux États-Unis ou Practo[32] en Asie, Doctolib propose de faciliter la recherche et la prise de rendez-vous auprès des professionnels de santé[33],[34],[35]. Un abonnement mensuel de 109 € (en 2019) permet aux professionnels de santé de gèrer en ligne leur agenda par internet à travers une solution SaaS propriétaire et aux patients de consulter les créneaux d'ouverture et de réserver gratuitement un rendez-vous[36].

Doctolib permet également aux patients de s'informer sur les professionnels de santé en ayant accès à un résumé de leur parcours universitaire et professionnel, à leur spécialité médicale, à des photographies, aux avis d'autres patients ainsi qu'à des informations pratiques concernant l'accès au lieu de consultation. Il permet en retour au praticien d'être informé du motif de consultation du patient.

Controverse sur le service[modifier | modifier le code]

En octobre 2018, certains médecins, comme Jérôme Marty et Bertrand Legrand s'opposent au site de prise de rendez-vous en ligne, selon Le Journal Du Dimanche[37]. Ils reprochent à Doctolib que les noms de certains professionnels de santé apparaissent toujours alors qu'ils ont quitté le site et que les patients soient reconduits vers des confrères toujours abonnés au site.

En réponse à cette controverse, Stanislas Niox-Chateau, fondateur et président de Doctolib, a publié un article sur Medium[38], dans lequel il affirme que « nous ne mettons en avant aucun praticien par rapport aux autres sur Doctolib »[39]. Le 30 octobre 2018, Jérôme Marty a remercié Doctolib « pour avoir agi promptement suite à ce qu'il avait signalé avec Bertrand Legrand »[40].

Selon Johanna Habib, la plate-forme permet de rendre des plages horaires accessibles uniquement pour certains motifs de consultation ce qui revient à sélectionner les patients[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raphael Hasenknopf, « Stanislas Niox-Château, président de Doctolib », sur La Croix,
  2. « https://about.doctolib.fr/equipe/ »
  3. « Cédric O dévoile une feuille de route confuse », sur Maddyness,
  4. Stanislas Niox-Chateau, service gagnant, Keren Lentschner, Le Figaro, 23 mai 2019
  5. « Doctolib reçoit le prix de l'innovation BFM Business », sur bfmbusiness.bfmtv.com, (consulté le 12 juillet 2017).
  6. « Doctolib : il vous trouve un rendez-vous chez le médecin en un clic », sur capital.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  7. « La plateforme de gestion des RDV médicaux Doctolib lève 18 millions », sur challenges.fr, .
  8. « L'équipe Doctolib ».
  9. (en) « France’s Doctolib raises $20.5M from Accel and BlaBlaCar founder to fuel European expansion », sur venturebeat.com, .
  10. (en) « A French startup that helps people find doctors just raised £13 million », sur businessinsider.com, .
  11. (en) « Doctolib Grabs $20 Million For Its Booking Platform For Doctors », sur Techcrunch.com, .
  12. « Doctolib part à la conquête de l'Europe », sur https://www.lesechos.fr/, .
  13. (en) Romain Dillet, « Doctolib raises another $42 million for its medical care scheduling service », TechCrunch,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2017).
  14. « Doctolib se développe en Allemagne », sur Le Figaro, (consulté le 31 mai 2016).
  15. « Doctolib part à la conquête du marché allemand », sur Frenchweb, (consulté le 31 mai 2016).
  16. « Rendez-vous médicaux en ligne : Doctolib veut s'implanter en Allemagne », sur Le Quotidien du Médecin, (consulté le 31 mai 2016).
  17. « Rendez-vous médicaux : Doctolib choisit l'Allemagne pour ses premiers pas à l'étranger », sur La Tribune, (consulté le 31 mai 2016).
  18. « Prise de rendez-vous en ligne : l’AP-HP sélectionne Doctolib », sur www.aphp.fr (consulté le 26 janvier 2017).
  19. « L’AP-HP délègue ses prises de rendez-vous à Doctolib », sur Challenges, (consulté le 17 janvier 2017).
  20. « Doctolib met les médecins hospitaliers à portée de clic », sur leparisien.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  21. « Les Hôpitaux de Paris vont proposer la prise de rendez-vous en ligne avec Doctolib », sur lemonde.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  22. Vincent Fagot, « Doctolib lève 35 millions d’euros pour accélérer à l’international », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 28 novembre 2017).
  23. « Top 10 Des Levées De Fonds En 2017 », sur www.forbes.fr,
  24. Cassini, « Doctolib rachète son concurrent direct Mondocteur », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2018)
  25. Stanislas Niox-Chateau, « Pourquoi Doctolib et MonDocteur se rapprochent », sur Doctolib, (consulté le 12 juillet 2018)
  26. « Doctolib deploie son service de téléconsultation », sur L'ADN,
  27. Louise Millon, « Doctolib entre finalement dans le cercle privé des licornes », sur Presse-Citron, (consulté le 20 mars 2019)
  28. « Start-up : Doctolib lève 150 millions d'euros pour grandir », sur Les Echos,
  29. « Les ambitions mondiales de Doctolib et de son fondateur, Stanislas Niox-Chateau », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2019)
  30. GUILLAUME BREGERAS ET DAVID BARROUX, « Doctolib : le patron dévoile les plans de la nouvelle licorne française », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  31. « Qui sont les 40 startups du Next40 ? », sur FrenchWeb.fr, (consulté le 19 septembre 2019)
  32. « [Asie] Prise de RDV médicaux en ligne : Practo lève 30 millions de dollars », sur frenchweb.fr,
  33. « Ces metiers qui pourraient bientot etre uberises », sur nouvelobs.com,
  34. « Doctolib, le futur Google français de la santé? », sur lemonde.fr
  35. « Ubérisation : quand internet supprime les intermédiaires », sur https://www.francetvinfo.fr/,
  36. Le Figaro, Stanislas Niox-Chateau, service gagnant, Keren Lentschner, 29 mai 2019
  37. « Des médecins déclarent la guerre à Doctolib », sur Le Journal Du Dimanche,
  38. « Ma réponse au docteur Bertrand Legrand », sur Medium,
  39. « Quand des médecins s'attaquent au site Doctolib », sur Le Point,
  40. « Ces médecins qui passent à l'offensive contre Doctolib », sur Capital, 28 octobre 2018
  41. « Doctolib bouscule les professionnels de la santé », sur Alternatives Economiques (consulté le 30 avril 2019)

Lien externe[modifier | modifier le code]