Docilité insulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Illustration représentant une chasse aux dodos sans nécessité de faire feu.

La docilité insulaire est la propension de nombreuses espèces animales dont l'habitat est une île ou un site isolé à perdre, du fait de l'évolution insulaire, la crainte de ses prédateurs potentiels. Elle réduit par exemple la distance de fuite des individus[1],[2].

La docilité insulaire se rencontrait par exemple chez le dodo, dont les récits de voyage signalent que la chasse était aisée tant cet oiseau par ailleurs devenu incapable de voler était peu farouche lors de l'arrivée de l'Homme à l'île Maurice. Dans la culture populaire, son éventuelle extinction demeure présentée comme une résultante d'une forme de stupidité dont témoignerait sa docilité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ed Yong, « Islands make animals tamer », Nature,‎ (DOI 10.1038/nature.2014.14462, lire en ligne)
  2. Sandra Besson, « Les îles rendent les animaux plus dociles » Accès libre, sur actualites-news-environnement.com, (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William E. Cooper, Jr, R. Alexander Pyron et Theodore Garland, Jr, « Island tameness: living on islands reduces flight initiation distance », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences,‎ (DOI 10.1098/rspb.2013.3019, lire en ligne Accès libre)