Doburoku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Doburoku, nigorizake
Image illustrative de l’article Doburoku
Nigori.

Pays d’origine Chine, Corée, Japon
Ville d’origine Chang'an
Date de création dynastie Tang

Le doburoku ou dakushu (濁酒?), prononciation japonaise du chinois zhuojiu (浊酒 / 濁酒, zhuójiǔ, « vin trouble »), également écrit nigorizake (濁り酒?, abrégé en nigori) en japonais et également appelé en chinois zhuolao (浊醪 / 濁醪, zhuóláo) ou laoli (醪醴, láolǐ) est une variété régionale de vin de riz consommé en extrême orient. La plus ancienne trace semble être en Chine, le choujiu consommé sous la dynastie Tang à Chang'an (aujourd'hui Xi'an), sa capitale, et décrit par le poète Li Bai sous le terme láolǐ (醪醴) ou yùjiāng (玉浆 / 玉漿). En Corée, cette boisson est appelée makgeolli (막걸리), takju (탁주 濁酒 ; lit. « vin opaque »), nongju (농주, 滓酒 ; lit. « vin fermier »), hoeju (회주, 灰酒 ; lit. « vin poussière ou chaux »).

Contrairement au saké, le doburoku n'est pas filtré et nombre de grains de riz mélangés à de la levure y flottent encore, après fermentation, dans un liquide à l'apparence laiteuse, ou boueuse (d'où son nom).

Le doburoku est un alcool de riz produit à la maison ou dans les campagnes. Il est sucré et a une saveur assez forte ; sa consistance varie de celle d'un sirop à celle du porridge. Il a une durée de vie assez restreinte et doit donc être consommé rapidement en prenant soin de le secouer avant de le servir glacé.

De ce fait, le doburoku a longtemps été interdit de commercialisation et la fabrication fut réservée à l'usage dans les temples shintos et aux festivals ruraux de fertilité liés à la plantation du riz.

Depuis 2010, on en trouve une variété sombre à Akita par l'adjonction de poudre de charbon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]