Dobie Gillis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gillis.

Dobie Gillis

Titre original The Many Loves
of Dobie Gillis
Genre Sitcom
Création Max Shulman
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine CBS
Nb. de saisons 4
Nb. d'épisodes 147
Durée 25 minutes
Diff. originale 8 octobre 195921 septembre 1963

Dobie Gillis (The Many Loves of Dobie Gillis) est une série télévisée américaine en 147 épisodes de 25 minutes, créée par Max Shulman et diffusée du 8 octobre 1959 au 21 septembre 1963 sur CBS.

En France, la série a été diffusée à partir du 21 octobre 1961 sur la première chaîne de l'ORTF, où elle passait le dimanche à 13h30 dans le créneau occupé précédemment par Papa a raison.


Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série met en scène les déboires amoureux du jeune étudiant rêveur, Dobie Gillis, et de son ami beatnik, Maynard G. Krebs.

La série met en scène des situations très proches de la célèbre nouvelle Love is a fallacy[1], du même Max Schulman, et le même type d'humour fataliste.

Dans les premiers épisodes, Dobie entamait invariablement l'épisode dans la position du penseur de Rodin en dessous de la statue du même nom, énonçant le contexte de celui-ci, et dans la même position à la fin, pour en tirer une sorte de moralité douce-amère, comme en une sorte de debriefing.

Distribution[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Whatever Happened to Dobie Gillis? (inédit en France)
  • 1988 : Bring Me the Head of Dobie Gillis (inédit en France)

Commentaires[modifier | modifier le code]

Dobie Gillis fut la première série télévisée centrée sur la vie et les problèmes de jeunes adultes. Son générique était un dessin animé stylisé accompagné par des chœurs sur une musique entraînante.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www1.asknlearn.com/ri_Ilearning/English/631/elang-ilearning/page3a.htm : cette nouvelle avait été traduite dans le magazine Elle sous le titre : On ne comprend jamais rien au cœur des filles