Do the Right Thing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Do the Right Thing[1] est une comédie dramatique américaine réalisée, écrite et produite par Spike Lee en 1989. Ce dernier a notamment joué le rôle de Mookie dans le film. Parmi les autres membres du casting il y avait Danny Aiello, Ossie Davis, Ruby Dee, Richard Edson, Giancarlo Esposito, Bill Nunn, John Turturro et Samuel L. Jackson. Ce fut notamment le premier film de Martin Lawrence et Rosie Perez. Le film raconte l'histoire de la tension raciale grandissante dans un quartier de Brooklyn, qui atteindra son point culminant en engendrant une tragédie durant la chaleur d'un jour d'été.

Le film devint un succès commercial acclamé par la critique et reçut de nombreuses récompenses, parmi lesquelless une nomination aux Oscars de Spike Lee pour Meilleur Scénario Original et une autre de Danny Aiello pour Meilleur Acteur Secondaire suite à son interprétation de Sal le propriétaire de la pizzeria. Le film est souvent listé comme l'un des meilleurs films de tous les temps. En 1999 le film fut considéré comme « culturellement, historiquement et esthétiquement important » par la Bibliothèque du Congrès et fut sélectionné pour être préservé dans le National Film Registry.

Synopsis[modifier | modifier le code]

C'est un jour d'été torride fin juillet que les New-yorkais appellent "dog day" dans le quartier de Bedford-Stuyvesant[2] à Brooklyn. Avec la chaleur élevée, les esprits s'échauffent autour des conflits de communauté et des moyens de la lutte sociale: légitimité de la violence selon le discours de Malcom X ou pacifisme selon les principes du Docteur King.

Mookie (Spike Lee) est un livreur afro-américain de 25 ans vivant à Bedford-Stuyvesant à Brooklyn avec sa sœur Jade (Joie Lee). Sa petite amie Tina (Rosie Perez) et lui ont un fils. Il travaille à la pizzeria du quartier mais manque d'ambition. Sal (Danny Aiello), le propriétaire Italo-américain de la pizzeria vit dans le quartier depuis 25 ans. Son fils aîné Pino (John Turturro) déteste les Noirs et ne s'entend pas avec Mookie. À cause de cela, Pino est en conflit avec son père, qui refuse de quitter le quartier devenant de plus en plus peuplé par des Afro-américains, et son frère Vito (Richard Edson), qui a un comportement amical avec Mookie.

Le quartier est empli de personnalités distinctes, dont Da Mayor (Ossie Davis), un ivrogne amical local; Mother Sister (Ruby Dee), qui observe le quartier depuis un appartement en grès; Radio Raheem (Bill Nunn), qui met Public Enemy à fond sur sa radio où qu'il aille, et Smiley (Roger Guenveur Smith), un handicapé mental, qui vagabonde dans le quartier en essayant de vendre des images de Malcolm X et Martin Luther King Jr. coloriées à la main.

L'ami de Mookie, le fauteur de trouble Buggin Out (Giancarlo Esposito) étant chez Sal le questionne sur son mur des célébrités, qui est rempli de photos de célébrités italo-américaines. Il lui demande d'également accrocher des photos de célébrités afro-américaines puisque son restaurant est situé dans un quartier majoritairement Afro-américain. Sal lui répond que ça ne le regarde pas, et qu'il a le droit de mettre qui il veut sur ''son mur des célébrités''. Buggin Out est contre cela et manifeste son mécontentement, il est soutenu par Radio Raheem et Smiley.

Durant la journée la température et les tensions montent. Les jeunes du quartier cassent une bouche d'incendie et inondent les rues avant que la police n'intervienne. Mookie et Pino commencent à se disputer, ce qui mène à une série de scènes dans lesquelles on les voit crier des injures raciales à la caméra. Pino et Sal parlent du quartier, et Pino exprime sa haine pendant que Sal insiste sur le fait qu'il ne déménagera pas. Sal est à deux doigts de virer Mookie, mais Jade intervient et c'est pourquoi Mookie lui reproche d'être trop proche de Sal.

Ce soir là, Buggin Out, Radio Raheem, et Smiley vont voir Sal et lui demande de changer son mur des célébrités à cause de son manque de figures afro-américaines. La radio de Raheem hurle et Sal leur demande de baisser la musique d'abord, mais ils refusent. Buggin Out insulte Sal et ses fils et leur dit qu'ils fermeront leur pizzeria tant qu'ils n'auront pas changé ce mur. Sal dans un moment de frustration, lui dit qu'il lui « bottera ses fesses de nègre » et détruit la radio avec une batte de baseball. Raheem attaque Sal ce qui conduit à une violente bagarre qui les amène dans la rue, attirant la foule. La police arrive alors que Radio Raheem étrangle Sal. Les policiers les séparent et arrêtent Radio Raheem et Buggin Out. Mais malgré la demande des ses collègues un des officiers refuse de relâcher sa prise sur Raheem, et le tue. Réalisant que Raheem a été tué devant toute la foule, les policiers mettent son corps à l’arrière d'une voiture de police, et partent, laissant Sal, Pino et Vito sans protection.

L'assistance, enragée par la mort de Radio Raheem blâme Sal et ses fils. Mookie attrape une poubelle et la lance à travers la fenêtre de la pizzeria de Sal, entraînant ainsi la foule dans le restaurant et saccageant ce dernier, avant que finalement Smiley y mette le feu. Da Mayor retire Sal, Pino et Vito loin de la foule en colère. Les pompiers et des patrouilles anti-émeute arrivent à éteindre le feu et à disperser la foule. Après que la police a émis un avertissement, les pompiers tournent leurs lances sur l'émeute, ce qui conduit à une escalade des combats et à des arrestations. Mookie et Jade s'assoient sur le trottoir, regardant la scène avec désespoir. Smiley s'aventure dans le bâtiment fumant et accroche une de ses images sur ce qu'il reste du mur des célébrités de Sal.

Le jour suivant, après s'être disputé avec Tina, Mookie retourne chez Sal, qui pense que Mookie l'a trahi. Mookie demande sa paye de la semaine, ce qui mène à une dispute. Ils se réconcilient avec quelques réserves, et Sal le paie finalement. Monsieur Señor Love Daddy (Samuel L. Jackson), un DJ du coin, dédie une chanson à Raheem.

Le film se termine sur deux citations exprimant des idées différentes sur la violence, une de Martin Luther King et une de Malcolm X, avant de montrer une photo des deux se serrant la main. Avant le générique de fin, Spike Lee dédie le film à six familles des victimes de brutalités policières : Eleanor Bumpurs, Michael Griffith, Arthur Miller Jr., Edmund Perry, Yvonne Smallwood et Michael Stewart.  

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France : (Festival de Cannes 1989)
Drapeau de la France France :
Drapeau des États-Unis États-Unis :

Distribution[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Dans ce film Spike Lee collabore avec plusieurs acteurs de son précédent film, School Daze, ainsi qu'avec des membres de sa famille, notamment Ossie Davis, Bill Nunn, Samuel L. Jackson, Giancarlo Esposito ou encore sa propre sœur, Joie Lee, son père Bill Lee (ayant composé la musique), et sa propre compagne Rosie Perez.

Création

Les prémices du film[modifier | modifier le code]

[2] A l'époque où il n'était encore qu'étudiant à l’École de Cinéma de New York, Spike Lee avait déjà consacré un court métrage au quartier de Bedford-Stuyvesant: Joe's bed_stuy barbershop: we cut heads. Ce film avait remporté l'oscar du meilleur film étudiant.

Spike Lee écrivit le scénario en deux semaines en s'inspirant d'un court métrage qu'il avait réalisé sur le quartier du film alors qu'il était encore étudiant. Ce court métrage avait remporté notamment l'Oscar du Meilleur film étudiant. Le script original de Do the Right Thing se termine par une réconciliation plus perceptible entre Mookie et Sal [4]. Les commentaires de Sal à Mookie reflètent ceux de Da Mayor plus tôt dans le film et insinuent donc une compréhension mutuelle et probablement le fait que Sal comprend pourquoi Mookie souhaitait détruire le restaurant. Les raisons du changement de la part de Spike Lee restent inconnues.

Le film entier fut filmé dans l'avenue Stuyvesant entre la rue Quincy et l'avenue Lexington dans le quartier Bedford-Stuyvesant de Brooklyn. Les couleurs de la rue furent modifiées par l'équipe de production qui utilisa beaucoup de peinture rouge et orange afin d'accentuer la chaleur présente dans l'histoire.

Spike Lee souhaitait utiliser Robert De Niro pour l'interprétation de Sal [4], mais De Niro dut décliner car il était déjà engagé pour d'autres projets. Le personnage de Smiley n'était pas dans le scénario d'origine, il fut créé par Roger Guenveur Smith [4], qui harcelait Spike Lee pour un rôle dans le film. Quatre des acteurs étaient des comédiens de stand-up : Martin Lawrence, Steve Park, Steve White et Robin Harris.

Controverses[modifier | modifier le code]

D'après plusieurs critiques le film fut créé comme une protestation, et il fut notamment dit dans plusieurs journaux que le film pouvait inciter les spectateurs noirs à former des émeutes. Spike Lee critiqua l'insinuation des critiques blancs selon laquelle les spectateurs noirs étaient incapables de se contrôler pendant le visionnage d'un film. Dans une interview de 2014 Spike Lee dit « Cela m'ennuie encore vachement » appelant ces remarques « outrageantes, affreusement négatives et même racistes je pense » avant d'ajouter « Je ne me souviens de personne ayant dit que les gens allaient sortir du cinéma et tuer des gens après avoir vu un film de Schwarzenegger. »

L'une des questions à la fin du film est de savoir si Mookie a fait la chose juste à faire (« do the right thing ») en jetant une poubelle à travers la fenêtre, déclenchant ainsi l'émeute qui allait détruire le restaurant de Sal. Les critiques voient l'action de Mookie à la fois comme une action sauvant la vie de Sal en l'éloignant de l'attention de la foule et en la redirigeant vers son restaurant mais aussi comme un encouragement à la violence et comme une apologie irresponsable de celle-ci. Cette question est soulevée par les citations contradictoires de la fin du film, dont l'une soutient la non-violence et l'autre encourage le fait de se défendre avec violence face à l'oppression.

Spike Lee remarque que seuls les spectateurs blancs lui avaient demandé si Mookie "avait fait la chose juste" ; les spectateurs noirs ne lui posent pas la question. Spike Lee pense que le principal est que Mookie était ulcéré par la mort de Radio Raheem, et que les spectateurs questionnant les justifications de l'émeute n'arrivent pas à comprendre la différence entre la propriété d'un homme et la vie d'un homme noir.  

En juin 2006, le magazine Entertainment Weekly a placé le film au 22e rang de sa liste des 25 films les plus controversés.

Nomination[modifier | modifier le code]

Do the Right Thing fut acclamé par la critique. Toutefois le film ne fût pas récompensé au 42e festival de Cannes ou il était présenté, ce qui ne manqua pas d'agacer Spike Lee. [2]

Projet et réalisation[modifier | modifier le code]

Le film est tourné du 18 juillet au dans le quartier de Brooklyn à New York. Le film entier fut filmé dans l'avenue Stuyvesant entre la rue Quincy et l'avenue Lexington dans le quartier Bedford-Stuyvesant de Brooklyn. Les couleurs de la rue furent modifiées par l'équipe de production qui utilisa beaucoup de peinture rouge et orange afin d'accentuer la chaleur présente dans l'histoire.

Spike Lee écrivit le scénario en deux semaines en s'inspirant d'un court métrage qu'il avait réalisé sur ce même quartier alors qu'il était encore étudiant[3]. Ce court métrage remporta notamment un Oscar pour Meilleur film étudiant. Le scénario original de Do the Right Thing se termine par une réconciliation plus perceptible entre Mookie et Sal. Les commentaires de Sal à Mookie reflètent ceux de Da Mayor plus tôt dans le film et insinuent donc une compréhension mutuelle et probablement le fait que Sal comprend pourquoi Mookie souhaitait détruire le restaurant. Les raisons du changement de la part de Spike Lee restent inconnues.

Spike Lee souhaitait utiliser Robert De Niro pour l'interprétation de Sal, mais De Niro dût décliner car il était déjà engagé pour d'autres projets. Le personnage de Smiley n'était pas dans le scénario d'origine, il fut créé par Roger Guenveur Smith, qui harcelait Spike Lee pour un rôle dans le film. Quatre des acteurs étaient des comédiens de stand-up : Martin Lawrence, Steve Park, Steve White et Robin Harris.  

Dans ce film, Spike Lee collabore avec plusieurs acteurs de son précédent film[3], School Daze, ainsi qu'avec des membres de sa famille. Il travaille notamment avec Ossie Davis, Bill Nunn, Samuel L. Jackson, Giancarlo Esposito ou encore sa propre sœur, Joie Lee, son père Bill Lee (ayant composé la musique), et sa propre compagne Rosie Perez.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Bill Lee[modifier | modifier le code]

Do the Right Thing (score)
Bande originale de Bill Lee
Sortie 1989
Enregistré décembre 1988
Durée 35:36
Genre Musique de film
Compositeur Bill Lee
Producteur Spike Lee (exécutif)
Label Columbia

Bill Lee, le père de Spike Lee, compose la musique du film.

No Titre Musique Durée
1. Mookie Goes Home 1:21
2. We Love Roll Call Y-All 1:40
3. Father to Son 4:24
4. Da Mayor Drinks His Beer 1:03
5. Delivery for Love Daddy 1:08
6. Riot 1:08
7. Magic, Eddie, Prince Ain't Niggers 1:58
8. Mookie [Septet] 6:45
9. How Long? 3:43
10. Mookie [Orchestra] 6:32
11. Da Mayor Loves Mother Sister 1:23
12. Da Mayor Buys Roses 1:14
13. Tawana 1:31
14. Malcolm and Martin 1:46
15. Wake Up Finale 7:26

Soundtrack[modifier | modifier le code]

Do the Right Thing
Bande originale
Durée 53:14
Genre Rap, RnB, soul
Producteur Gregory "Sugar Bear" Elliott (exéc.), Ted Hopkins (exéc.), Mark Kibble (exéc.), Spike Lee (exéc.), Johnny Mercer (exéc.)
Label Motown

Outre les compositions de Bill Lee, un album contenant les chansons du film est sorti sur le label Motown.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

No Titre Musique Producteur(s) Durée
1. Fight the Power Public Enemy Hank Shocklee, Carl Ryder, Eric Sadler 5:23
2. My Fantasy Teddy Riley, Guy Riley, Gene Griffin 4:57
3. Party Hearty E.U. Kent Wood, JuJu House 4:43
4. Can't Stand It Steel Pulse David R. Hinds, Sidney Mills 5:06
5. Why Don't We Try? Keith John 3:35
6. Feel So Good Perri Paul Laurence, Jones 5:39
7. Don't Shoot Me Take 6 Mervyn E. Warren 4:08
8. Hard to Say Lori Perry, Gerald Alston Laurence 3:21
9. Prove to Me Perri Jones, Sami McKinney 5:24
10. Never Explain Love Al Jarreau Jones 5:58
11. Tu y Yo/We Love [Jingle] Rubén Blades Blades 5:12

Distinctions[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Do the Right Thing », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Bedford–Stuyvesant, Brooklyn », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  3. a et b AlloCine, « Do the Right Thing » (consulté le 17 novembre 2017)