Doëtte Angliviel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Doëtte Angliviel
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Odette Mathilde Fourgassié, dite Doëtte Angliviel, née le à Castres et morte le à Toulouse, est une femme de lettres française, poétesse et romancière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née à Castres, avenue Albert Ier[1]. Très tôt attirée par l'écriture, en 1919, elle devient vice-présidente de la société « Les Jeunes », qui crée une revue, L'Expansion. Elle épouse Charles Bauby, fondateur de La Tramontane (revue française, puis bilingue catalan/français)[2] ; ils résident à Saint-Simon, propriété Les cigales[3]. Ils auront trois enfants, dont un fils en 1925 à qui Doëtte dédie un poème [4]. Elle perd sa première fille Yolaine alors que celle-ci est encore en bas âge[5]. Elle collabore à La Semaine de Suzette[6], écrit des recueils de poèmes et des romans. Membre de la Société des poètes français [7], elle est élue en 1938 à l'Académie des Poètes de Bruxelles. Elle meurt le 20 mars 1948[8].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Liste de ses prix et distinctions dans diverses revues[9] ; en particulier :

  • Primevère d'argent pour l'idylle Jeux au jardin
  • 1928, prix Pujol pour Jardins sur la Garonne et Jardins sur la mer[10]
  • Lys d'or, Aplech littéraire de Font-Romeu (Voix de Catalogne, La. Année 36, no. 9399-9413, 1926) ; pour Je viens à vous, ô désaltérante fontaine[11]
  • 1935 prix de Rohan (Société des poètes français) [12]

(liste non exhaustive)

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Lune des Chats. Bois gravés de René Henry-Munsch À la Connaissance, 1923
  • Le fiancé de carton roman, suivi de La nouvelle Cendrillon Gedalge 1928[13]
  • Jeux au jardin, poèmes Dessins de Henry Rey L'Archer, 1929.
  • Instincts, poèmes Libr. du Phare, 1935.
  • Volonté de l'ombre, poèmes Éd. littéraires de France, 1939
  • L´alphabet de la mort, éd. Chantal Toulouse 1942
  • La Dernière des fées, conte par Doëtte Angliviel et Brigitte Ailly. Illustrations de Francis Prompt ed Chantal Toulouse 1943[14]
  • L'Homme au sable. Illustrations de Louis Neumann Ed. Chantal, Toulouse, 1944
  • Les chansons de l'herbe et de la rosée Paroles de Doette Angliviel. Musique de Louis Crassous. Illustrations de Maurice Tranchant. Toulouse, Paris 1945
  • Le cheval fou, fiction Éd. de la Tramontane, 1947[15]
  • La dame sans nom Encres de chine de Moussia de St-Avit Les amis de Doëtte Angliviel 1960 (édition posthume)

Un poème Automne roux... (L'Archer. Revue mensuelle de littérature et d'art 1929)

Postérité[modifier | modifier le code]

  • Hommage à Doëtte Angliviel (Collectif, Tramontane, n° 493-494, 1966)[16]
  • Stèles pour des amis et des maitres défunts Gabriel Blanc 1966 (les sites de vente donnent Gabriel Blanc comme frère de Doëtte Angliviel)
  • Prix littéraire Doëtte Angliviel[17]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Cabanel, « Ernest César André », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 68 (ISBN 978-2846211901)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]