Dmitri Chepilov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dmitri Chepilov
Dmitri Shepilov 1955b.jpg
Dmitri Chepilov en 1955.
Fonction
Parlementaire du Soviet suprême de l'Union soviétique
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Allégeance
Formation
Faculté de droit de l'université d'État de Moscou (d)
Institut des professeurs rouges
Université d'État de MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Académie des sciences de l'URSS (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Grade militaire
Conflits
Distinctions
Liste détaillée
Médaille pour la victoire sur l'Allemagne dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945
Médaille du 30e anniversaire de la Victoire sur l'Allemagne
Médaille du Jubilé des « 20 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Médaille pour la capture de Vienne
Médaille pour la capture de Budapest
Médaille du Jubilé des « 40 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Jubilee Medal "50 Years of the Armed Forces of the USSR" (en)
Médaille du Jubilé des « 30 ans de l'Armée et la Marine soviétique » (en)
Jubilee Medal "70 Years of the Armed Forces of the USSR" (en)
Jubilee Medal "60 Years of the Armed Forces of the USSR" (en)
Médaille du 800e anniversaire de Moscou (en)
Médaille de Vétéran du Travail (en)
Médaille pour la Défense de Moscou
Médaille pour la Défense de Stalingrad
Médaille du Jubilé des « 50 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Ordre du Drapeau rouge ()
Ordre de la Guerre patriotique de 1re classe ()
Ordre de Bohdan Khmelnytsky de 1re classe ()
Ordre de l'Étoile rouge ()
Ordre de Koutouzov, 1re classe ()
Ordre de Souvorov, 2e classe ()
Legion of Merit ()
Ordre de Lénine ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Dmitri Trofimovitch Chepilov (en russe : Дмитрий Трофимович Шепилов), (-), est homme politique, économiste, journaliste et diplomate soviétique qui occupa le poste de ministre des Affaires étrangères en 1956-1957.

Une carrière multi-facettes[modifier | modifier le code]

Dmitri Trofimovitch Chepilov est né à Achgabat, dans l'Oblast de Transcaspienne, au sein d’une famille ouvrière. Après des études en droit à l'Université d'État de Moscou, il sert dans divers postes dans l’appareil judiciaire soviétique, d'abord à Iakoutsk ensuite à Smolensk. Diplômé d'agronomie de l'Institut des professeurs rouges en 1933, il s'illustre par ses articles sur la question agraire, ce qui lui vaut d’attirer l’attention des dirigeants soviétiques qui font de lui un des spécialistes des sciences agricoles au sein du comité central du Parti communiste.

À la suite de l'invasion de l'URSS par l'Allemagne nazie, Chepilov rejoint la milice populaire Narodnoïe Opolchenie (en), et y sert comme commissaire politique durant la bataille de Moscou. Terminant la guerre avec le rang de major-général, il fait ensuite partie de l’équipe soviétique qui dirige la capitale autrichienne occupée. En 1946 il est d'abord nommé second en chef du département de propagande et d'agitation au sein du principal directorat politique de l'Armée rouge, ensuite responsable du département de propagande de la Pravda.

Dans les hautes sphères de l'État soviétique[modifier | modifier le code]

Membre du PCUS depuis 1926, Chepilov devient à la fin des années 1940 un des théoriciens économiques les plus en vue du parti. Protégé d'Andreï Jdanov, il survit à la mort de ce dernier et se maintient en grâce auprès de Staline, qui le charge d'écrire un manuel théorique économique basé sur le traité que ce dernier vient de publier sur les problèmes économiques en Union soviétique. En , il est nommé éditeur-en-chef de la Pravda et en est élu membre correspondant de l'Académie des sciences d'URSS.

À la mort de Staline, il se range derrière Nikita Khrouchtchev qui le nomme en juin 1956 ministre des Affaires étrangères à la place de Molotov dans le contexte de la crise du canal de Suez et de la révolution hongroise. En , il est remplacé par Andreï Gromyko. Malgré son apparente proximité avec Khrouchtchev, il s'oppose en à celui-ci lors de l'affaire du groupe anti-parti, ce qui lui vaut d'être démis du Politburo, dont il faisait partie depuis en tant que membre suppléant. Envoyé au Kirghizistan, il est exclu du parti en février 1962, mais il est réintégré en 1976 lors de la période brejnevienne.

Il meurt dans l'anonymat en 1995. Il est inhumé au cimetière de Novodevitchi, à Moscou.

Liens externes[modifier | modifier le code]