Dmitri Beliaïev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beliaïev.
Dmitri Konstantinovitch Beliaïev
Naissance
Protasovo, Gouvernement de Kostroma (Drapeau de l'Empire russe Empire russe)
Décès (à 68 ans)
Novossibirsk, RSFSR (Drapeau de l'URSS Union soviétique)
Nationalité soviétique
Champs zoologie, génétique
Institutions Division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie
Diplôme Académie agricole nationale d'Ivanovo (ru)
Distinctions ordre de Lénine

Dmitri Konstantinovitch Beliaïev (en russe : Дми́трий Константи́нович Беля́ев, 1917 — 1985) est un scientifique soviétique et russe. Doktor nauk en biologie en 1973. Il est surtout connu pour avoir travaillé sur la domestication, en sélectionnant des lignées de renards communs (Vulpes vulpes) sur le seul critère d'agressivité face aux humains[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Dmitri Beliaïev est né dans la famille de Konstantin Pavlovitch Beliaïev, prêtre du village Protasovo, et son épouse Evstolia Aleksandrovna, institutrice à l'école paroissiale. Après deux années à l'école du village, Dmitri est envoyé chez son frère ainé à Moscou, où il va à l'école no  7[2].

Il poursuit ses études à l'Académie agricole nationale d'Ivanovo (ru) dont il est diplômé en 1938, avec mention[2]. Il commence à travailler à la section d'élevage d'animaux à fourrure du laboratoire de recherche central du Ministère du Commerce extérieur d'URSS.

Lors de la Seconde Guerre mondiale il est mobilisé et combat au Front de Kalinine. Du soldat mitrailleur il parvient au grade de majeur. Blessé à deux reprises, il est décoré de l'Ordre de l'Étoile rouge et deux Ordres de la Guerre patriotique[2].

À partir des années 1950, Beliaïev et son équipe ont passé plusieurs années à élever des renards communs et à sélectionner les individus craignant le moins les humains. En définitive, l'équipe de Beliaïev a sélectionné les renards ayant la réponse la plus positive aux humains. Il finit par obtenir une population de renards à l'apparence et au comportement modifiés. Après environ dix générations de sélection, les renards ne montrent plus de peur des humains et souvent remuent leur queue et lèchent les humains s'occupant d'eux pour montrer leur affection. Leur pelage change également et la robe pie apparaît, les oreilles deviennent tombantes et la queue torsadée et dressée.

À cette époque, les biologistes ne comprennent pas comment le pelage des chiens a pu évoluer pour devenir différent de celui des loups. Beliaïev affirme que ses renards sont une opportunité pour découvrir ce qui est arrivé. Lui et ses collègues commencent des tests sur les animaux. Lorsqu'ils mesurent l'adrénaline des renards domestiqués, ils découvrent que le taux est plus bas que celui d'un renard sauvage, ce qui est logique car les renards domestiqués n'ont plus peur des humains. Ceci explique la docilité des renards mais pas leur pelage multicolore. Les scientifiques pensent que l'adrénaline partage une voie de biosynthèse avec la mélanine qui contrôle la production des pigments.

Dmitri Beliaïev est également directeur de l'Institut de biologie cellulaire et génétique de la Division sibérienne de l'Académie des sciences de Russie (ru) de 1959 à 1985. Il contribue fortement au développement de l'institut[2].

Il contribue activement à la reconnaissance du travail de Nikolaï Vavilov à qui il déduit le 5e volume de la série Héritage scientifique (Научное наследство) co-écrit avec Semion Mikoulinski et Vladimir Essakov[3].

L'élevage de Beliaïev est encore maintenu en 2012 mais connaît d'importantes difficultés financières[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]