Djéser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Djoser)

Djéser
Image illustrative de l’article Djéser
Statue de Djéser au Musée égyptien du Caire.
Période Ancien Empire
Dynastie IIIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Khâsekhemoui
Dates de fonction env. entre -2691 et -2625
Successeur Sanakht ou Sekhemkhet
Famille
Père Khâsekhemoui
Mère Nimaâthâpy
Conjoint Hétephernebty
Enfant(s) Initkaes
Niânkh-Hathor
Fratrie Hétephernebty
Sépulture
Nom Complexe funéraire de Djéser
Type Pyramide à degrés
Emplacement Saqqarah
Fouilles Jean-Philippe Lauer

Djéser (ou Djoser) est le premier roi de la IIIe dynastie égyptienne. Il est également considéré comme le fondateur de l'Ancien Empire. Il succède à son père Khâsekhemoui et précède le roi Sanakht. Curieusement, le nom de Djéser ne lui est pas contemporain, mais il avait pour nom d'Horus Netjerikhet. Il fut le commanditaire de la première construction en pierre de grande taille : la Pyramide à degrés de Saqqarah.

Identité[modifier | modifier le code]

Noms dans la documentation postérieure[modifier | modifier le code]

Le nom d'Horus du roi est Netjerikhet, tandis que le nom sous lequel il sera connu aux époques postérieures (au moins à partir du Moyen Empire) est un Nom de Sa-Rê, Djéser, totalement absent de la documentation de l'époque. Une documentation postérieure relativement abondante permet d'associer ces deux noms au même souverain avec certitude. Par exemple, des inscriptions du Nouvel Empire associent le nom de Djéser à la pyramide à degrés de Saqqarah, tandis que d'autres datant de l'époque Saïte associent ces deux noms. La raison de ce glissement de Netjerikhet vers Djéser est inconnue.

Dans les listes royales ramessides, il est nommé Djésersa (Liste d'Abydos), Djéser (Table de Saqqarah) et Djéserit (Canon royal de Turin). Dans les écrits grecs de Manéthon, il est nommé Tosorthros (ou Sesorthos).

Position dans la dynastie[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, la thèse communément acceptée dans le monde de l'égyptologie était que Djéser était le deuxième roi de la IIIe dynastie, et qu'il succédait à un roi nommé Nebka, lui-même successeur de Khâsekhemoui. La raison en était que dans les listes royales ramessides et dans les écrits de Manéthon, héritiers de ces mêmes listes, la succession était ainsi décrite. Ces listes faisaient force de loi pour les premiers égyptologues[1].

Cependant, des découvertes faites à Abydos et à Saqqarah ont remis en cause cette hypothèse. En effet, en 1920, Cecil Mallaby Firth trouva des sceaux et des objets appartenant à Sanakht dans le complexe funéraire de Djéser à Saqqarah. Elles étaient destinés au culte funéraire de Djéser, ce qui prouve que Sanakht rendait un culte à celui-ci[1]. Les découvertes d'Abydos établissent que Khâsekhemoui, le dernier roi de la IIe dynastie, était le père de Djéser et que ce dernier avait organisé ses funérailles[2]. Ainsi, le consensus scientifique actuel va dans le sens d'une succession directe entre Khâsekhemoui et Djéser, tandis que Sanakht serait l'un des successeurs de Djéser, voire son successeur direct [1]. Quant au roi Nebka, il est associé à l'Horus Sanakht par Wilkinson, Seidlmayer et Stadelmann[3],[4], sans certitude.

Famille[modifier | modifier le code]

Djéser est lié à Khâsekhemoui, le dernier roi de la IIe dynastie, par son épouse la reine Nimaâthâpy, attestée par l'intermédiaire de sceaux trouvés dans la tombe de Khâsekhemoui à Abydos et à Beit Khallaf. Le sceau d'Abydos nomme Nimaâthâpy la « mère des enfants royaux ». Sur le mastaba K1 à Beit Khallaf, la même personne est mentionnée comme la « mère du roi » ou la « mère du roi de Haute et de Basse-Égypte ». La datation d'autres sceaux sur le site de Beit Khallaf les place sous le règne de Djéser. Cette preuve suggère que Khâsekhemoui est le père direct de Djéser. L'égyptologue allemand Günter Dreyer a trouvé les sceaux de Djéser sur la tombe de Khâsekhemoui, suggérant en outre que Djéser était le successeur direct de Khâsekhemoui et qu'il a terminé la construction de sa tombe[5],[1].

Hétephernebty est identifiée comme l'une des reines de Djéser et une fille de Khâsekhemoui sur une série de stèles-bornes de l'enceinte de la pyramide à degrés (aujourd'hui dans divers musées) et un fragment de relief d'un bâtiment d'Héliopolis. En effet, elle y porte les titres de « celle qui voit Horus », caractéristique du statut d'épouse du roi, et de « fille du roi ». Dans la sphère royale de l'époque, les mariages entre frères et sœurs étaient courants, ainsi donc il est plus probable que Djéser et Hétephernebty étaient frère et sœur, ou demi-frère et demi-sœur, plutôt que père et fille[1].

Djéser et Hétephernebty ont eu au moins deux filles :

  • Initkaes, qui est attestée sur les stèles-bornes de l'enceinte du complexe funéraire de Djéser et sur un fragment d'une chapelle construite par Djéser à Héliopolis[1] ;
  • sur cette même chapelle apparaît le nom d'une autre fille, partiellement détruit ; Ann Macy Roth a reconstitué ce nom comme étant Niânkh-Hathor[1].

Les relations entre Djéser et ses successeurs, Sanakht, Sekhemkhet et Khaba ne sont pas connues. L'omniprésence des femmes (reine, filles) dans les représentations du règne contraste avec l'absence systématique de tout personnage masculin excepté le roi lui-même.

Règne[modifier | modifier le code]

La stèle de la famine, sur l'île de Sehel.

Durée du règne et datation absolue[modifier | modifier le code]

Manéthon accorde vingt-neuf ans de règne à Djéser, tandis que le Canon royal de Turin lui en compte dix-neuf et un mois. En raison de ses nombreux projets de construction, notamment à Saqqarah, certains chercheurs pensent que Djéser a dû régner près de trois décennies. Le chiffre de Manéthon serait plus juste, si l'on en croit Wilkinson et sa reconstitution des annales royales tirées de la pierre de Palerme. Wilkinson reconstitue les annales comme donnant à Djéser vingt-huit années complètes ou partielles. Il note que les comptages de bétail enregistrés sur le registre V du fragment de Palerme et sur le fragment I du Caire, faits au début et à la fin du règne, concernent très probablement ses années 1 à 5 et 19 à 28. Malheureusement, toutes les cases ne sont pas lisibles aujourd'hui. L'année du couronnement est préservée, suivie des événements de l'année recevant les piliers jumeaux et étirant les cordes pour la forteresse Qaou-Netjerou (collines des dieux)[6]. De plus, une stèle trouvée dans l'île de Sehel, au Sud d'Assouan, évoque une famine qui a frappé l'Égypte en l'an XVIII du règne de Djéser, famine qui dura sept ans. Mais cette stèle ne date probablement que de l'époque ptolémaïque.

D'après des recherches récentes, il est possible de dater le règne de Djéser avec une infime marge d'erreur, entre 2691 et 2625 av. J.-C.[7]. Les prédictions d'Allen, (2630 à 2611 av. J.-C.), et celles d'autres spécialistes comme Màlek (2628 à 2609 av. J.-C.) ou celles de Krauss (2720 à 2700 av. J.-C.), apparaissent quelque peu dépassées, sinon totalement fausses. Quelques-uns avaient vu plus juste : 2667 à 2648 av. J.-C. (Ian Shaw), 2687 à 2668 av. J.-C. (Donald Bruce Redford), 2665 à 2645 av. J.-C. (Jürgen von Beckerath).

Activité[modifier | modifier le code]

Djéser a envoyé plusieurs expéditions militaires dans la péninsule du Sinaï, au cours desquelles les habitants locaux ont été soumis. Il y envoya également des expéditions à la recherche de minéraux précieux comme la turquoise et le cuivre. Ceci est établi par des inscriptions trouvées dans le désert, parfois avec la bannière de Seth aux côtés des symboles d'Horus, comme c'était déjà le cas sous Khâsekhemoui. Le Sinaï a également joué un rôle stratégique en tant que tampon entre la vallée du Nil et l'Asie.

Djéser, nom qui signifie « le saint » en égyptien ancien, serait à l'origine d'une grande réforme religieuse dans tout le pays. Roi à l'image pacifique, il est considéré comme le « bâtisseur » de l'Ancien Empire, non par la grandeur de ses œuvres mais par les innovations qu'il a introduites, avec l'aide de l'architecte Imhotep qui occupait également les fonctions de grand chancelier d'Égypte, de prince royal, de grand prêtre d'Héliopolis et de médecin royal. Le règne de Djéser connut une réelle prospérité économique et culturelle avec des ouvertures sur l'Orient.

Quelques reliefs fragmentaires trouvés à Héliopolis et datant de l'époque ptolémaïque mentionnent le nom de Djéser, et suggèrent qu'il a commandé des projets de construction dans ces villes. En outre, il a peut-êtrer fixé la limite sud de son royaume à la première cataracte. Une inscription connue sous le nom de stèle de la famine et située sur l'île de Sehel évoque le règne de Djéser, mais fut probablement taillée sous la dynastie ptolémaïque. Elle raconte comment Djéser a reconstruit le temple de Khnoum à Éléphantine, près de la première cataracte, mettant ainsi fin à une famine de sept ans. Certains considèrent cette ancienne inscription comme une légende, mais elle montre que plus de deux millénaires après son règne, les Égyptiens se souvenaient encore de Djéser.

Bien qu'il semble avoir commencé une tombe inachevée à Abydos (Haute-Égypte), Djéser fut finalement enterré dans sa célèbre pyramide à degrés, première construction en pierre de taille, située à Saqqarah en Basse-Égypte. Comme Khâsekhemoui fut le dernier roi à être enterré à Abydos, certains égyptologues en déduisent que le passage à une capitale plus au nord s'est fait à l'époque de Djéser.

Plus de deux millénaires plus tard, Manéthon fit allusion aux avancées architecturales de son règne, mentionnant que Tosorthros a inventé la construction en pierre de taille. Il est aussi connu que le médecin Esculape et aurait réformé l'écriture. Les chercheurs modernes pensent que Manéthon avait à l'origine attribué ces exploits à Imouthes, qui fut ensuite déifié comme Esculape par les Grecs et les Romains, et qui correspond à Imhotep, le ministre de Djéser qui a conçu la pyramide à degrés. Imhotep a effectivement choisi la pierre pour ses monuments d'éternité, avec des représentations de végétaux[8] : colonnes-papyrus, colonnes cannelées et colonnes fasciculées (rappel de colonnes formées de tiges de roseaux ou de palmes réunies en faisceaux).

Dans ce complexe funéraire a été découverte la plus ancienne statue égyptienne grandeur nature connue : une statue peinte de Djéser, placée dans le serdab et aujourd'hui conservée au Musée égyptien du Caire[9]. Aujourd'hui, sur le site où elle a été trouvée en 1924-1925, une copie en plâtre de la statue remplace l'originale. Le culte de Djéser semble avoir été encore actif sous le règne de Snéfrou.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Djéser a été inhumé dans la célèbre pyramide à degrés à Saqqarah. Celle-ci fut conçue d'abord comme un mastaba presque carré, auquel cinq autres mastabas ont été rajoutés, littéralement empilés les uns sur les autres. Chaque niveau était plus petit que le précédent, jusqu'à ce que le monument devienne la première pyramide d'Égypte. L'organisatseur de la construction était le grand prêtre Imhotep. Le complexe de Saqqarah a été restauré sous la direction de Jean-Philippe Lauer, surnommé « l'oublié de Dieu » par les Égyptiens en raison de son grand âge et de son dynamisme. Architecte de formation, l'égyptologue œuvra sur le site entre 1926 et 2001, année de son décès.

La pyramide à degrés[modifier | modifier le code]

Pyramide à degrés de Djéser à Saqqarah
Pyramide à degrés de Djéser à Saqqarah.

Lauer affirme que tout est parti d'un simple mastaba, sans doute jugé trop petit en regard de la personnalité du roi, et probablement masqué par l'enceinte du complexe funéraire. Imhotep rajouta donc trois niveaux supplémentaires, puis suréleva encore de deux nouveaux degrés, en agrandissant un des côtés, en s'appuyant sur la pyramide déjà existante.

La pyramide à degrés est en calcaire, elle est massive et ne contient qu'un seul couloir étroit menant au milieu du monument. Ce conduit se termine dans une chambre grossière où l'entrée du puits de la tombe était cachée. Cet espace intérieur fut plus tard rempli de gravats car il ne servait plus à rien. À l'origine, la pyramide mesurait 62 mètres de haut et sa base mesurait environ 125 × 109 mètres. Elle était recouverte de calcaire blanc finement poli[10].

La structure souterraine[modifier | modifier le code]

Vue axonométrique des infrastructures (en orange, accès et galerie d'époque tardive).

Sous la pyramide à degrés, un grand labyrinthe de couloirs et de chambres fut creusé. La chambre funéraire se trouve au milieu du complexe souterrain ; un puits de vingt-huit mètres de profondeur mène directement de la surface à l'enfouissement. L'entrée du puits fut rendue étanche par un couvercle en pierre d'un poids de 3,5 tonnes. Le labyrinthe funéraire souterrain contient quatre galeries de revues, chacune pointant droit vers un des points cardinaux. La galerie orientale contenait trois reliefs de calcaire représentant le roi Djéser lors de la célébration de la fête-Sed (fête du rajeunissement). Les murs autour et entre ces reliefs étaient décorés de carreaux de faïence bleus. On pensait qu'ils imitaient les tapis de roseaux, comme une allusion aux eaux mythologiques du monde souterrain. Les autres galeries sont restées inachevées.

Du côté est de la pyramide, tout près des chambres bleues, onze puits funéraires descendent en ligne droite sur trente à trente-deux mètres, puis dévient à angle droit vers l'ouest. Les fosses I - V ont été utilisées pour l'inhumation des membres de la famille royale ; les fosses VI - XI ont été utilisées comme tombes symboliques pour les tombes des ancêtres royaux des Ire et IIe dynasties. Plus de 40 000 récipients, bols et vases en pierre de toutes sortes ont été trouvés dans ces galeries. Des noms royaux tels que ceux des rois Den, Sémerkhet, Ninetjer et Sekhemib étaient gravés sur ces récipients. On pense aujourd'hui que Djéser a restauré les tombes originales des ancêtres, puis a scellé les objets funéraires dans les galeries pour tenter de les sauvegarder.

Le complexe funéraire[modifier | modifier le code]

Plan du complexe funéraire de Djéser (d'après Cécil M. Firth) Sud → Nord.

L'ensemble funéraire est le premier projet architectural construit entièrement en pierre. Ce complexe avait quatorze entrées, dont une seule était fonctionnelle. Il se compose, entre autres, de la grande cour sud (5) et de la cour nord (11) avec au centre la pyramide à degrés de Djéser (1), entourée d'un mur d'enceinte en pierre de 10,5 mètres de haut. À côté des cours principales, une entrée à colonnade couverte (10) mène à la cour sud et à une chambre Serdab (14) qui abrite la statue assise du roi Djéser.

La statue du serdab de Djéser[modifier | modifier le code]

La statue de Djéser, découverte par Cecil Firth, en 1924, dans son serdab (mot arabe signifiant couloir, et désignant une salle murée sur le côté sud du mastaba, où se trouvait la (ou les) statue funéraire, communiquant par un soupirail avec la salle des offrandes), est exposée au Musée égyptien du Caire, tandis que celle qui est visible dans le serdab est une copie.

La statue de Djéser était murée dans le serdab. Le but principal de la statue était de permettre au roi de se manifester et de pouvoir voir les rituels exécutés dans et hors du serdab. Cette statue peinte est plâtrée et réalisée en pierre calcaire. Chaque caractéristique de la statue représente quelque chose. La perruque tripartite striée qu'il porte l'assimile au monde vivant comme un roi mort. Le couvre-chef rayé qui recouvre la perruque couvre tous ses cheveux. C'était un rituel qui fut pratiqué à partir des rois de la IVe dynastie. Le corps est enveloppé sous une longue robe, ses mains sont placées d'une manière spécifique. Son bras droit est replié horizontalement sur sa poitrine, et son bras gauche repose sur sa cuisse. La position de ses bras ressemble au siège de Khâsekhemoui[11],[12].

Titulature[modifier | modifier le code]

Le nom de Sa-Rê[13] de Djéser apparaît seulement à la XIIe dynastie. Aujourd'hui, il est identifié sans aucun doute avec l'Horus Netjerikhet grâce à de nombreux documents connus.

Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Michel Baud, Djéser et la IIIe dynastie, Pygmalion, , 304 p. (ISBN 978-2-7564-1753-0 et 2-7564-1753-X).
  2. Toby Alexander Howard Wilkinson, Early Dynastic Egypt. Strategies, Society and Security, Routledge, London u. a. 1999, (ISBN 0-415-18633-1), p. 83 & 95.
  3. Toby Alexander Howard Wilkinson, Early Dynastic Egypt. Strategies, Society and Security, Routledge, London 1999, (ISBN 0-415-18633-1), p. 101 – 104.
  4. Kenneth Anderson Kitchen, Ramesside Inscriptions, Translated and Annotated Notes and Comments, vol. 2, Blackwell, Oxford 1999, (ISBN 063118435X), p. 534 – 538.
  5. Bard 2015, p. 140.
  6. Wilkinson 2000, p. 79 & 258.
  7. Égypte Ancienne : Établissement de la première chronologie absolue de l'Égypte dynastique.
  8. Rappel probable des matériaux périssables autrefois utilisés dans les temples, en même temps qu'une naissance d'un art architectural.
  9. Berrett 1996, p. 265.
  10. Lauer, Histoire..., p. 69-74.
  11. Robins 2014, p. 44.
  12. Baker et Baker 2001, p. 17–19.
  13. Ce nom de fils de Rê, entouré d'un cartouche, n'existait pas à l'époque de Djéser ; il apparaît pour la première fois au Moyen Empire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :