Djebel Ousselat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Djebel Ousselat
Silhouette du djebel Ousselat.
Silhouette du djebel Ousselat.
Géographie
Altitude 895 m, Djebel Chaïb
Massif Dorsale tunisienne
Coordonnées 35° 45′ 22″ nord, 9° 41′ 06″ est
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Kairouan
Géologie
Roches Calcaire
Géolocalisation sur la carte : Tunisie
(Voir situation sur carte : Tunisie)
Djebel Ousselat

Le djebel Ousselat ou djebel Ousselet (arabeجبل وسلات) est une montagne calcaire située en Tunisie, au sein de la dorsale tunisienne. Elle culmine à 895 mètres d'altitude et reçoit des précipitations plus abondantes qu'en plaine, ce qui permet le développement d'une flore plus riche, protégée, et la présence de populations avérée depuis plusieurs millénaires.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Le djebel Ousselat est situé au centre de la Tunisie et rattaché à la dorsale tunisienne.

Il est localisé à environ 35 kilomètres à l'ouest de Kairouan et au nord de Haffouz. Il se prolonge vers le nord par le djebel Bou Zabouss. Le point culminant de la montagne est le djebel Chaïb (895 mètres). La ville de Oueslatia se situe sur son versant nord-est ; les plaines d'Oueslatia et de Kairouan l'encadrent.

Géologie[modifier | modifier le code]

La montagne est composée de calcaire.

Climat[modifier | modifier le code]

La moyenne des précipitations atteint environ 500 millimètres par an.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La végétation, dominée par le pin d'Alep, se compose principalement de marrube blanc, de pistachier lentisque, de laurier-rose et de genévrier de Phénicie et de romarin dans la partie basse, d'où s'étend ensuite une steppe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des vestiges d'une occupation humaine remontant au Néolithique y ont été découverts, en particulier des peintures rupestres dans plusieurs abris peints dont Aïn Khanfous, Oued Majel et Oued Chara[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En mars et avril 1943, le djebel Ousselat est l'objet de combats meurtriers dans le cadre de l'opération Pugilist de la campagne de Tunisie. Le 9e corps d'armée britannique, le 19e corps d'armée américain et la division de Constantine de l'armée française d'Afrique tiennent en échec la 164e division d'infanterie allemande et la 21e Panzerdivision[2]. Le général Welvert, qui commande la division de Constantine, meurt tué par l'explosion d'une mine dans le secteur[3].

Activités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le romarin, distillé par les habitants, constitue une source de revenus complémentaire.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

La région a été déclarée réserve naturelle par le gouvernement.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jaâfar Ben Nasr, « Quatre abris peints découverts au Jebel Ousselat (Tunisie centrale) », Préhistoires méditerranéennes, nos 10-11,‎ , p. 159-166 (ISSN 2118-8211, lire en ligne, consulté le 26 décembre 2019).
  2. Pierre Montagnon, La France dans la guerre 39-45, Paris, Pygmalion, coll. « Histoire », , 938 p. (ISBN 978-2-7564-0044-0).
  3. Marcel Lerecouvreux, Résurrection de l'armée française, Paris, Nouvelles Éditions latines, , 478 p., p. 332.
(ca) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en catalan intitulé « Djebel Ousselat » (voir la liste des auteurs).