Django (film, 1966)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Django (film))
Django
Description de l'image DjangoTitle.png.

Réalisation Sergio Corbucci
Scénario Sergio Corbucci
Bruno Corbucci
Acteurs principaux
Sociétés de production B.R.C. Produzione S.r.l.
Tecisa
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Western Spaghetti
Durée 97 minutes
Sortie 1966


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Django est un film italo-espagnol réalisé par Sergio Corbucci, sorti en 1966.

Ce western spaghetti rencontre un énorme succès et gagne la réputation d'être l'un des westerns les plus violents jamais tournés. Il sera même interdit de diffusion au Royaume-Uni jusqu’en 1993 et dans d’autres pays.

Entre sa date de sortie et le milieu des années 1970, une trentaine de films reprendront ce titre en essayant de profiter du succès du film[1], mais aucune de ces « suites » ne sera officielle jusqu'en 1987Franco Nero reviendra avec la suite officielle Django 2, Il grande ritorno.

Le film étant tombé dans l’oubli, il réapparaît en 2012 grâce à sa reprise par Quentin Tarantino avec Django Unchained.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Près de la frontière entre le Mexique et les États-Unis, un homme solitaire - Django -, traînant un cercueil, trouve des bandits mexicains en train de torturer une prostituée - Maria. Les brigands sont chassés par les hommes de main du major Jackson - un ex-officier confédéré suprémaciste. Comme ces derniers se préparent à leur tour à tuer Maria, Django les abat avec facilité. Offrant à Maria sa protection, il l'emmène dans le saloon d'un village abandonné. Là, le tenancier Nathaniel explique que l'endroit est un terrain neutre dans le conflit qui oppose les Chemises Rouges du major Jackson aux révolutionnaires du général mexicain Rodriguez.

Lorsque les hommes de Jackson viennent racketter Nathaniel, Django les provoque. Il en abat certains et met Jackson au défi de revenir. Jackson revient en effet avec une quarantaine d'hommes. C'est là que le mystère du contenu du cercueil se dissipe : Django en sort une mitrailleuse avec laquelle il décime la troupe, laissant vivant Jackson et une poignée de confédérés.

Aidant Nathaniel à enterrer les cadavres, Django se recueille sur la tombe de Mercedes Zaro, son amante que Jackson avait tuée. Le général Hugo Rodriguez et ses révolutionnaires arrivent. Ils capturent Frère Jonathan, un espion de Jackson, lui coupent une oreille et le forcent à la manger avant de l'achever. Django propose à Hugo d'attaquer ensemble Fort Charriba où le major Jackson se retranche, afin de lui voler son or.

Nathaniel, dans un chariot où il prétend amener des prostituées aux soldats, introduit dans le fort Django, Hugo et quelques hommes. Utilisant la mitrailleuse, ils se fraient un chemin jusqu'à l'or puis s'échappent, poursuivis jusqu'à la frontière américaine par Jackson. Mais lorsque Django réclame sa part, le général Rodriguez refuse car il compte l'utiliser pour financer sa guerre au Mexique. Il promet de le rétribuer plus tard lorsqu'il sera au pouvoir.

Django fait semblant d'accepter. Mais il s'empare de l'or, le charge dans le cercueil et s'enfuit sur un chariot, accompagné par Maria. Sur le pont où ils se sont rencontrés, ils se disputent et le cercueil et l'or tombent et disparaissent dans des sables mouvants. Les Mexicains retrouvent la trace de Django. Il lui brisent les mains, blessent Maria qui voulait venir à son aide puis repartent vers le Mexique. Là, ils sont surpris par l'armée de Jackson et massacrés.

Django et Maria reviennent auprès de Nathaniel. Malgré ses blessures aux mains, Django dit vouloir en finir avec Jackson. Il s'en va l'attendre au cimetière de Tombstone. Jackson et ses hommes passent par le saloon où ils tuent Nathaniel, qui avait juste eu le temps de cacher Maria.

Scène finale du film à la croix de Tombstone

Au cimetière de Tombstone, Django ne peut utiliser son arme avec ses mains mutilées. Il s'agenouille devant la croix de Mercedes Zaro et dispose son revolver dessus. Jackson apparaît avec cinq de ses hommes. Croyant que Django prie et voulant l'humilier, il tire sur les branches de la croix. Mais Django se sert de la croix pour actionner la gâchette et le chien de son arme, et tue Jackson et ses hommes avec les six balles de son barillet. Laissant son pistolet sur la tombe, il quitte le cimetière pour une nouvelle vie avec Maria.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Franco Nero dans le rôle de Django

Corbucci avait initialement prévu de donner le rôle principal de Django à Mark Damon mais ce dernier, ayant un empêchement, dut décliner. Sergio Corbucci se tourna alors vers Franco Nero.

Le tournage commença en décembre 1965 dans la réserve naturelle de Tor Caldara en Italie, où existait une structure construite pour les productions de westerns. Bien que le décor fût alors extrêmement boueux à cause de l'hiver, Corbucci rejeta la proposition de son chef décorateur Giancarlo Simi de tout nettoyer car cela correspondait à l'atmosphère qu'il voulait donner au film. Le tournage eut aussi lieu dans différentes localités proches de Madrid alors que les scènes d'intérieur furent filmées au Studios Elios dans une banlieue de Rome. Le tournage s'acheva fin février 1966.

D'après Alex Cox, le nom de Django serait une blague de Sergio et Bruno Corbucci faisant référence au guitariste de jazz Django Reinhardt qui selon lui pouvait jouer de la guitare alors qu'il lui manquait plusieurs doigts d'une main. Django Reinhardt avait en fait plusieurs doigts paralysés mais arrivait à surmonter ce handicap tout comme le personnage de Django qui arrive à se servir de son pistolet bien que ses mains soient cassées.

Autour du film[modifier | modifier le code]

La mitrailleuse que Django utilise est la même que celle de Ramon Rodos dans Pour une poignée de dollars.

Durant le tournage, Enzo Barboni, qui était cadreur, a écrit le scénario de ce qui allait devenir On l'appelle Trinita. Cette première monture étant une histoire sérieuse, il l'a proposé à Franco Nero mais l'acteur n'était pas intéressé. Plus tard, Barboni modifiera l'histoire pour en faire une comédie autour du duo Terence Hill-Bud Spencer.

Un passage de Django apparaît dans le film The Harder They Come, quand le héros est au cinéma.

Tom Novembre a parodié le film dans sa chanson "Djimbo", en y incluant quelques-unes des répliques du film.

L’acteur Franco Nero fera un cameo dans Django Unchained au côté de Django.

Selon Télé 7 jours le film comporte des "scènes épouvantables, des jeux cruels" et est à réserver "aux endurcis du western sanglant." [2]

Reprises[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Ce film ne doit pas être confondu avec d'autres portant le nom de Django dans leur titre, tel que Viva Django (également connu sous le titre Trinita, prépare ton cercueil), western spaghetti réalisé en 1968 par Ferdinando Baldi, avec Terence Hill, Horst Frank, George Eastman, Barbara Simon, Pinuccio Ardia et Lee Burton.

En fait, c'est plutôt le nom de Django qui sert d'accroche dans les titres que réellement une série d'aventures attribuées à un même personnage. Il est arrivé que des traductions de titres attribuent le nom de Django à des protagonistes qui portaient un nom différent dans la version originale italienne.

Viva Django (1972) : une scène avec Glauco Onorato.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Title Chaos », sur The Spaghetti Western Database (consulté le 23 novembre 2019)
  2. Télé 7 jours numéro 1684, du 5 au 11 septembre 1992 page 77

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]