Djémil Kessous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Djémil Kessous, ancien fonctionnaire du Conseil d'État né en 1946, militant et auteur d'essais, tente à travers ses articles et ses livres une approche du monde moderne. Il explique ce dernier en établissant une relation entre la géographie et surtout l'histoire. L'humanité a connu deux accélérations, celle, lente, du néolithique et celle bien plus fulgurante de la Modernisation, dont le fondement est la révolution industrielle, à partir de la fin du XVIIIe siècle. Ce monde moderne, cette "modernité" repose sur deux piliers : le libéralisme, terme selon lui plus large que celui de capitalisme et le nationalisme.

Auteur de nombreux articles mêlant la politique, l'économie et la philosophie, Djémil Kessous a collaboré à plusieurs revues de langue française comme La Grande Relève, journal pour l'Économie distributive, différents journaux de la presse révolutionnaire marxistes ou libertaires ainsi qu'à Alternative syndicaliste, ultérieurement devenu Syndicaliste, revues du courant syndicaliste révolutionnaire. Dans La théorie générale de l'évolution publié chez L'Harmattan en 1994 il s'élève notamment contre une certaine forme d'Indéterminisme qui marque l'idéologie contemporaine.

En 1997, il publie, chez Acratie, L'Universalisme. Cette même année il apprend l'espéranto, et collabore aux revues de l'association anationale mondiale Sennacieca Asocio Tutmonda, Sennaciulo (l'Anational) et Sennacieca Revuo ((revue anationale). En 2002, l'Universalisme est publié en espéranto, sous le titre la Universalismo (trad. Jacqueline Lépeix).

Rédacteur en chef de L'Universaliste, il milite aussi au sein de l'association "Pour un seul État en Palestine-Israël".

En 2004, il se présente aux élections européennes sur liste d'Europe Démocratie Espéranto.

Djémil Kessous est le fils de Mohamed El Aziz Kessous.

Publications[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Plaro, aù la flava terpomo (Plaro, ou la pomme de terre jaune) article sur la mégalopole Paris, Londres, Amsterdam, Rhin Ruhr, Monato, 2011,lire en ligne
  • L’avenir de Saint-Imier et les espérantophones, Le Monde libertaire, n°1677, 14 juin 2012, lire en ligne.
  • Albert Camus était-il raciste ?, Le Quotidien d'Oran, 29 décembre 2014, lire en ligne</samll>

Notices[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]