Musique diwane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Diwan Algérien)
Diwan
Image dans Infobox.
Deux gnaouas jouant du guembri dans les rues d'Oran.
Détails
Origines culturelles
Instruments typiques
Popularité
Scènes régionales

La musique diwane ou la musique gnawi algérienne est un genre musical algérien, pratiqué par des populations d'origines subsahariennes.

La musique diwane est utilisée pendant une cérémonie religieuse des Gnaouas d'Algérie. Au fil des siècles, les musiques des communautés noires d'Afrique du Nord ont divergé sur de nombreux points liés à l'histoire propre de chaque pays ainsi qu'aux spécificités humaines et culturelles où elles ont baigné.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme arabe diwân se réfère à la poésie écrite rassemblée en recueils, aux lieux où elle est dite, à la pièce où l'on se réunit pour débattre d'idées[1].

C'est le nom donné en Algérie à des cérémonies propres aux populations d'origines subsahariennes, comparable à celles menées par les Gnaouas au Maroc et par les Stambalis en Tunisie[1]. Le style porte le nom de zar en Égypte[2]

A Ghardaïa, ce style est appelé « Dendoun » ; à Constantine, on l'appelle « El Ouesfen » (esclaves ou serviteurs) ; et en Oranie « Ouled Sidi Blel », en référence à Bilal ibn Rabah, compagnon et muezzin du prophète Mahomet[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le Diwan de Biskra, lors du festival de Musiques de Rues de Besançon 2006.

Le terme diwane est utilisé quand on parle du rituel thérapeutique soufi pratiqué en Algérie par les populations d'origine africaine[4]. C'est un rite de possession syncrétique, où se mêlent à la fois des apports africains et arabo-berbères et pendant lequel des adeptes s'adonnent à la transe à des fins thérapeutiques[2]. Ce rituel est appelé diwan, hadra, lila, mbita ou nechra selon les régions[5].

La musique diwane d'Algérie et ses consœurs ont pour point commun une origine africaine sub-saharienne et certains rites[1]. On retrouve les mêmes structures de musiques et de danses dans les pratiques cérémonielles en Tunisie et au Maroc. Toutefois, ces musiques vont se spécifier en fonction des populations, et des histoires propres à chacun de ces pays ou régions et ne connaîtront pas le même parcours ou les mêmes influences[1] (habillement, danse, instruments, paroles, enseignement, place et reconnaissance dans leur société d'adoption...).

Pendant très longtemps, cette musique était presque inexistante, car réduite à un style mineur assimilé à du folklore[3]. Le diwane en tant que rituel est sorti de son cadre originel pour investir les scènes artistiques. En plus de membres de confréries qui pratiquent ce genre sur les scènes algériennes, et même parfois étrangères, de jeunes groupes ont vu le jour, et des artistes plus confirmés pratiquent ce style musical aujourd'hui. C'est principalement des expériences de fusion, et des prolongements à la musique diwane[3]. Le diwane algérien se caractérise par la présence des femmes-musiciennes, à l'instar Hasna El Bacharia[6].

Instruments[modifier | modifier le code]

Joueur de Goumbri.

Le guembri, instrument à cordes traditionnel, est à la base de cette expression artistique[7]. Autour du guembri du maâllem, on pratique le chant du Koyo bango (chanteur), et le son métallique des karkabou[5]. D'autres instruments de percussion sont utilisés : le petit, appelé kolo, joue dans l'aigu, le moyen, sereh, dans le medium et le grand, benga dans les graves[1].

Interprètes[modifier | modifier le code]

Festivals[modifier | modifier le code]

  • Festival national de la musique Diwane de Béchar, qui s'articule autour d'une compétition[10] ;
  • Festival international du Diwane d'Alger, délocalisé en 2020 à Béchar[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e François Bensignor, « Camel Zekri et le diwân de Biskra », Hommes & migrations. Revue française de référence sur les dynamiques migratoires, no 1285,‎ , p. 188–194 (ISSN 1142-852X, lire en ligne, consulté le )
  2. a et b Mohamed TEHRICHI, Musiques et danses traditionnelles du patrimoine algérien, http://www.cnrpah.org/pci-bnd/images/livre.pdf, CNRPAH, (lire en ligne), p. 42-43
  3. a b et c Zaki Mihoubi, « Le gnawa d’Algérie, une musique du monde… parallèle ! », sur Le Monde arabe, (consulté le )
  4. « 27e Festival international Nuits d’Afrique - Hasna el Becharia, la perle cachée du diwan algérien », sur Le Devoir (consulté le )
  5. a et b admin, « Thérapie par la musique, le savoir faire des ouled diwan », sur Babzman, (consulté le )
  6. a b c et d https://www.aps.dz/culture/75842-le-festival-diwane-espace-ou-l-art-et-la-culture-diwane-sont-toujours-revivifies
  7. https://www.aps.dz/culture/75715-bechar-bientot-au-rythme-du-festival-de-la-musique-et-danse-diwane
  8. https://www.aps.dz/culture/105925-bechar-hommage-a-brahim-berrezoug-un-doyen-de-la-musique-diwane-dans-le-pays
  9. « Avec Bania, réinventer la tradition de la musique Diwan d'Algérie », sur TV5MONDE, (consulté le )
  10. Khedija Arras, « Festival national de la musique diwane de Béchar : Douze troupes en compétition », sur REPORTERS ALGERIE, (consulté le )
  11. https://www.aps.dz/culture/102847-le-festival-international-de-la-musique-diwane-delocalise-a-bechar

Articles connexes[modifier | modifier le code]