Diviseur de courant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Un diviseur de courant est un montage électronique simple permettant d'obtenir un courant proportionnel à un autre courant. Le circuit est constitué de branches parallèles et s'étudie grâce aux lois de Kirchhoff et notamment à la loi des nœuds.

Généralités[modifier | modifier le code]

La formule du diviseur de courant permet de calculer l'intensité du courant dans une résistance lorsque celle-ci fait partie d'un ensemble de résistances en parallèle et lorsque l'on connaît le courant total qui alimente cet ensemble. C'est le montage dual du diviseur de tension.

En régime continu[modifier | modifier le code]

Pont à deux branches[modifier | modifier le code]

Exemple de pont diviseur de courant.

Soit un nœud simple et deux branches dont les résistances et . On peut montrer que, si on note respectivement et les conductances des deux branches (), alors l'intensité du courant dans la branche 1 est donnée par :

La démonstration de résultat peut se faire ainsi : soit la tension aux bornes de et de . On a :

Soit :

Ainsi, en remplaçant U dans la première équation :

On obtient le résultat :

Pont à trois branches[modifier | modifier le code]

Exemple de pont diviseur de courant.
Circuit équivalent au précédent, ramené à deux branches grâce à l'association en parallèle de deux branches.

Si on cherche , on ne peut pas appliquer directement la formule obtenue dans le cas du circuit à deux branches. Il faut calculer la valeur de la résistance équivalente aux deux résistances R2 et R3, pour pouvoir appliquer la formule. Cela nous donne :

En régime sinusoïdal[modifier | modifier le code]

Le même raisonnement peut s'appliquer pour un ensemble d'impédances en parallèle à condition de remplacer les conductances par les admittances complexes et de remplacer les intensités et par les nombres complexes associés et (voir transformation complexe). Les résultats sont alors généralisables à des circuits comportant des condensateurs et des bobines, par exemple.

En reprenant l'exemple du pont à deux branches

Démonstration :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]