Aller au contenu

Divine Bergère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Divine Bergère, couvent du Sanctissime Christ d’El Pardo (es), Madrid. Mariano Bellver y Collazos (es) (1817-1876).

La Divine Bergère (également connu sous le nom de Divine Bergère des Âmes ou Mère du Bon Pasteur) est un vocable marial associé à la représentation de la Vierge Marie comme bergère, dont l'image fut répandue par les Frères mineurs capucins. Elle est particulièrement vénérée en Andalousie, bien qu'elle soit aussi connue en Espagne et en pays hispanophone.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de la dévotion sont imprécises jusqu'au XVIIIe siècle. Il existe des références à la Vierge Marie comme bergère dans la vie et les écrits de Jean Géomètre, saint Jean de Dieu, saint Pierre d'Alcantara, la vénérable María de Ágreda, sainte Marie-Françoise des Cinq-Plaies.

C'est surtout grâce au frère Vicente Gregorio Rodríguez de Medina (es) (1662-1750), envoyé à Séville en 1703 par ses supérieurs, qui a l'inspiration de représenter la Vierge en habit de bergère. Ce capucin commande une toile avec une telle représentation à l'artiste Alonso Miguel de Tovar (es) de l'École sévillane de peinture (es).

Le , lors de la fête de la Nativité de la Vierge, a lieu la première procession où la toile est montrée aux fidèles. Plus tard, Francisco Ruiz Gijón (es) sculpté la première image de la Divine Bergère. Cette image est portée en procession en avec une grande solennité jusqu'à l'église paroissiale de Santa Marina, qui à l'époque était le neuvième siège de la Confrérie du troupeau de Marie (en espagnol : Hermandad del Rebaño de María).

À partir de 1705, l'image commence à se répandre dans les territoires du royaume d'Espagne et d'Amérique. Le bienheureux Diego Joseph de Cadix, religieux capucin, joue un rôle important dans la propagation de cette dévotion.

Institut religieux[modifier | modifier le code]

La Divine Bergère est patronne de plusieurs instituts religieux, par exemple :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]