District de Muzaffargarh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
District de Muzaffargarh
Le district de Muzaffargarh (en orange) au sein du Pendjab et du Pakistan.
Le district de Muzaffargarh (en orange) au sein du Pendjab et du Pakistan.
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Province Pendjab
Chef-lieu Muzaffargarh
Démographie
Population 2 635 903 hab. (1998)
Densité 320 hab./km2
Langue(s) pendjabi
Géographie
Superficie 824 900 ha = 8 249 km2

Le district de Muzaffargarh (en ourdou : ضِلع مُظفّرگڑھ) est une subdivision administrative de la province du Pendjab au Pakistan. Constitué autour de sa capitale Muzaffargarh, le district est entouré par le district de Layyah au nord, les districts de Khanewal, de Multan et de Bahawalpur à l'est, le district de Rahim Yar Khan au sud, et enfin les districts de Rajanpur et de Dera Ghazi Khan à l'ouest.

Le district est situé dans le sud rural et peu développé de la province du Pendjab. Il est entouré par la rivière Chenab et le fleuve Indus. Sa population vit principalement de l'agriculture mais le district est également stratégique en ce qui concerne la production énergétique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région de Muzaffargarh a été sous la domination de diverses puissances au cours de l'histoire. Elle a notamment été conquise par l'Empire sikh en 1818, puis en 1848, elle est conquise par le Raj britannique. La ville de Muzaffargarh a été fondée en 1794 par Nawab Muzaffar Khan, gouverneur de Multan. En 1864, la ville devient capitale du district nouvellement créé qui prend alors son nom.

Lors de l'indépendance vis-à-vis de l'Inde en 1947, la population majoritairement musulmane soutient la création du Pakistan. De nombreuses minorités hindoues et sikhes quittent alors la région pour rejoindre l'Inde, tandis que des migrants musulmans venus d'Inde s'y installent.

Géographie et climat[modifier | modifier le code]

Le district de Muzaffargarh est situé entre la rivière Chenab à l'est et le fleuve Indus à l'ouest[1]. L'Indus est rejoint par son affluent la Chenab au sud du district. Cette géographie aggrave les risques d’inondations. Ainsi, lors des inondations de 2010 au Pakistan, qui ont été particulièrement destructrices et meurtrières, le district a été plus particulièrement touché.

Le climat du district est semi-aride, avec un hiver doux et un été particulièrement chaud. Le temps est surtout sec, à l'exception de la saison des pluies entre juillet et août.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 1998, la population du district a été évaluée à 2 635 903 personnes, dont environ 13 % d'urbains, contre 33 % au niveau national. Le taux d'alphabétisation était de 29 % environ, nettement inférieur à la moyenne nationale de 44 %. Il se situait à 41 % pour les hommes et 15 % pour les femmes, soit un différentiel de 26 points de pourcentages, supérieur à la moyenne nationale qui se situe à 23 points[2].

La langue la plus parlée est le pendjabi, mais le district se trouve à la limite géographique entre plusieurs dialectes différents. Au nord, on parle surtout le thalochi et au sud le multani. Ces divers dialectes originaires du sud du Pendjab sont souvent regroupés sous le nom seraiki, parfois considéré comme une langue à part entière par ses locuteurs. Le mahji, qui est considéré comme le dialecte standard du pendjabi, est surtout parlé dans les grandes villes du district.

Économie et transports[modifier | modifier le code]

Plantation de coton près de Ghazi Ghat, à l'ouest de Muzaffargarh.

La population principalement rurale du district vit principalement de l'agriculture. Y sont notamment cultivés du blé, de la canne à sucre, du coton, du riz, des mangues, des dattes, du citron, des oignons, etc. On trouve également une petite industrie, principalement liée à l'agriculture : des usines de coton, des moulins à farine et à huile notamment[3].

Toutefois, le district produit aussi du pétrole raffiné grâce à la raffinerie « Pak-Arab » qui s'est installée en 2000. On trouve également une centrale thermique à Muzaffargarh construite entre 1993 à 1995. Elle fonctionne au mazout et produit 1130 MW[4]. En 2014, le Wall Street Journal a reporté que le gouvernement pakistanais avait l'intention d'installer une centrale nucléaire en coopération avec la Chine dans le district de Muzaffargarh[5].

Le district est relativement bien desservi par le réseau de transport pakistanais. La route nationale N-5 passe par Muzaffargarh entre Multan et Dera Ghazi Khan. La ligne de chemin de fer reliant ses deux dernières villes passe aussi par Muzaffargarh.

Administration[modifier | modifier le code]

Gare ferroviaire de Muzaffargarh.

Le district est divisé en quatre tehsils (Alipur, Jatoi, Kot Adu et Muzaffargarh) ainsi que 93 Union Councils[3]. Seulement trois villes dépassent les 30 000 habitants : Muzaffargarh, Kot Adu et Jatoi. La plus importante est la capitale Muzaffargarh, qui regroupe à elle seule près de 5 % de la population totale du district et 36 % de la population urbaine. Ces trois villes réunies regroupent quant-à elles plus de 9 % de la population du district et près de de 70 % de la population urbaine, selon le recensement de 1998.

Ville Population (est. 2009)[6]
Muzaffargarh 162 696
Kot Adu 120 479
Jatoi 52 439

Politique[modifier | modifier le code]

Le district est représenté par les onze circonscriptions no 251 à 261 à l'Assemblée provinciale du Pendjab. Lors des élections législatives de 2008, elles sont remportées par quatre candidats de la Ligue musulmane du Pakistan (Q), quatre du Parti du peuple pakistanais, un de la Muttahida Majlis-e-Amal et deux indépendants[7], et durant les élections législatives de 2013 elles ont été remportées par cinq candidats de la Ligue musulmane du Pakistan (N) et cinq indépendants[8].

À l'Assemblée nationale, il est représenté par les cinq circonscriptions no 176 à 180. Lors des élections législatives de 2008, elles ont toutes été remportées par des candidats du Parti du peuple pakistanais[9], et durant les élections législatives de 2013 elles sont remportées par deux candidats de la Ligue musulmane du Pakistan (N) et trois indépendants[10].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]