District de Laufon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
District de Laufon
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Bâle-Campagne Bâle-Campagne
Chef-lieu Laufon
Communes 13
N° OFS 1302
Démographie
Population 19 684 hab. (2017[1])
Densité 220 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 00″ nord, 7° 30′ 00″ est
Superficie 8 956 ha = 89,56 km2
Localisation
Image illustrative de l'article District de Laufon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
District de Laufon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
District de Laufon

Le district de Laufon, appelé aussi le Laufonnais, en allemand Laufental ou Bezirk Laufen, est un des cinq districts du canton de Bâle-Campagne. Il compte 19 684 habitants pour une superficie de 89,56 km2. Le chef-lieu est Laufon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Laufon faisait partie de 1815 à 1994 du canton de Berne. Lors de l'indépendance du canton du Jura, qui s'est séparé du canton de Berne en 1978, les habitants du Laufonnais ont choisi de rester dans le canton de Berne et le district est alors devenu une enclave. Le 18 novembre 1977, l'initiative populaire « Voulez-vous engager la procédure de rattachement du district de Laufon à un canton voisin ? » est déposée avec 4 960 signatures, soit 61,3 % du corps électoral de Laufon. L'initiative est validée par le Grand Conseil bernois le 6 février 1976 par 141 voix, sans opposition. Les Laufonnais acceptent l'initiative le 18 juin 1978 par 65,08 % (4 164 voix) contre 34,92 % (2 234 voix). La participation fut de 79 %. Le 13 janvier 1980, les Laufonnais éliminent le demi-canton de Bâle-Ville de leur choix. Avec une participation de 75,5 %, 51,50 % (3 167 voix) choisissent un éventuel rattachement au demi-canton de Bâle-Campagne, 32,51 % (1 999 voix) au canton de Soleure et 15,99 % (983 voix) à Bâle-Ville. Le 16 mars 1980, les Laufonnais décident de commencer les négociations avec Bâle-Campagne par 64,65 % (4 233 voix) contre 35,35 % (2 315 voix) pour Soleure. Le vote pour le rattachement à Bâle-Campagne a donc lieu le 11 septembre 1983. Par 56,68 % (4 675 voix) contre 43,32 % (3 575 voix), les Laufonnais préfèrent rester dans le canton de Berne. La participation atteint 93 %. Cependant, en 1985, à la suite de la révélation du scandale des caisses noires, des citoyens laufonnais déposent un recours devant le Grand Conseil bernois. Celui-ci le refusera. L'affaire passe devant le Tribunal fédéral qui ordonne une nouvelle votation. Celle-ci eut lieu le 12 novembre 1989. Cette fois-ci, par 51,72 % (4 652 voix) contre 48,28 % (4 343 voix) et avec une participation de 93,6 %, les Laufonnais décident de rejoindre Bâle-Campagne. Le 22 septembre 1991, ce sont les citoyens de Bâle-Campagne qui acceptent une deuxième fois la venue de Laufon dans leur canton. Avec un participation de 39,9 %, 59,3 % des Bâlois se prononce pour, contre 73 % en 1983. Le 26 septembre 1993, c'est le peuple Suisse qui valide l'adhésion du district de Laufon à Bâle-Campagne. Le « oui » l'emporte par 75,2 %. La participation fut de 39,5 %[2]. Le rattachement fut effectif le 1er janvier 1994.

Communes[modifier | modifier le code]

Le district compte 13 communes :

Les communes du district
Nom N° OFS[3] Population
(mars 2017)[1]
Blauen 2781 +000695,
Brislach 2782 +001 637,
Burg im Leimental 2783 +000265,
Dittingen 2784 +000746,
Duggingen 2785 +001 544,
Grellingen 2786 +001 835,
Laufon 2787 +005 568,
Liesberg 2788 +001 128,
Nenzlingen 2789 +000433,
Roggenburg 2790 +000280,
Röschenz 2791 +001 839,
Wahlen 2792 +001 406,
Zwingen 2793 +002 308,
Total +019 684,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bilan de la population résidente permanente (total) selon les districts et les communes, en 2017 », sur Office de la Statistique du Canton de Bâle-Campagne (consulté le 18 juin 2017)
  2. http://www.admin.ch/ch/f//pore/va/19930926/det395.html
  3. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2016 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 17 février 2016)