Dissociation (psychologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dissociation.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

La dissociation est un état modifié de conscience caractérisé par une perturbation partielle ou complète de l'intégration des fonctions psychologiques d'un individu[1].

La dissociation décrit une large variété d'expériences qui peuvent affecter n'importe quel aspect de la fonction mentale d'un individu[2],[3],[4],[5]. Certaines incapacités dissociatives impliquent l'amnésie, tandis que d'autres ne l'impliquent pas[6]. On distingue les cas de syndrome dissociatif (schizophrénie) et les troubles dissociatifs (amnésie, dépersonnalisation, déréalisation, trouble dissociatif de l'identité).

Étymologie[modifier | modifier le code]

« Dissociation » mentale, ou psychique, s'oppose étymologiquement à association (mentale ou psychique). L'association désigne la manière, en principe, harmonieuse et coordonnée avec laquelle le cerveau fonctionne et le psychisme s'organise. Les différents appareils psychiques se coordonnent et s'échangent les informations fondamentales pour assurer une présence congruente au monde. En cas de dissociation, il y a un manque de congruence des propos ou des attitudes. Le terme de « schizophrénie » (schizo : « séparation », et phrénie, phrên, -phrène, -phrénie : « esprit ») possède la même origine étymologique. Celui de dissociation a d'ailleurs été utilisé tout d'abord pour désigner les psychoses précoces, dites « schizophrénies »[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les leçons 18 à 22 des Leçons sur les maladies du système nerveux, portant sur sept cas d'hystérie masculine, Jean-Martin Charcot (1825-1893) déclare que les symptômes hystériques sont dus à un « choc » traumatique provoquant une dissociation de la conscience, et dont le souvenir, du fait même, reste inconscient ou subconscient. Il pose là les bases de la théorie « traumatico-dissociative » des névroses, qui sera développée par Pierre Janet, Josef Breuer, Jean Leguirec et Sigmund Freud.

Le philosophe et psychiatre français Pierre Janet (1859–1947) est considéré être l'auteur du concept de la dissociation[8]. Contrairement à certaines conceptions de la dissociation, Janet ne croyait pas que celle-ci était un moyen de défense psychologique[9]. Le mécanisme de défense psychologique appartient à la théorie de la psychanalyse selon Freud, et non pas à la psychologie janétienne.

Différents types de dissociation mentale[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Recycle002.svg
Cette section doit être recyclée (septembre 2015).  
Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Aujourd'hui, on a identifié plusieurs pathologies dissociatives qui sont différentes de la schizophrénie.

Sur le plan fonctionnel, la dissociation est un processus mental complexe permettant à des individus de faire face à des situations douloureuses, traumatisantes ou incohérentes. Elle est caractérisée par une désintégration de l'ego. L'intégrité de l'ego peut être définie comme la capacité d'incorporer à la perception les évènements externes ou les expériences sociales et d'agir en conséquence. Une personne incapable de faire cela avec succès peut vivre des dérèglements émotionnels ainsi que l'écroulement potentiel de l'intégrité de l'ego. En d'autres termes, cet état de dérèglement émotionnel peut être si intense qu'il peut produire, dans les cas extrêmes, une "dissociation".

La dissociation est un écroulement de l'ego si intense que la personnalité est considérée comme littéralement cassée en morceaux. La différence entre une fugue psychotique et la dissociation est que le psychotique "part" de la réalité alors que dans la dissociation, une partie de la personne essaye de se détacher d'une situation qu'elle ne peut pas gérer tandis qu'une autre partie reste connectée à la réalité. Alors que le psychotique rompt avec la réalité, une partie de la personne dissociée y reste connectée.

Des éléments qui constituent l'esprit, comme la conception que l'on a de son corps, de la réalité, de sa conscience etc. sont, chez les personnes saines, connectés dans le cerveau, associés pour former sa personnalité. La dissociation est une perte de cette connexion pour un ou plusieurs des éléments constituant le "Moi". Ces troubles comprennent par exemple la déréalisation, dissociant la réalité qu'on a du monde : la personne vivant ces troubles témoigne vivre comme dans un rêve, dans un monde dépourvu de sens voire inexistant. Se poser des questions métaphysiques aussi intenses soient-elles est plus ou moins normal et ne correspond pas a une dissociation. La dissociation arrive quand ces doutes deviennent réellement vécus par l'individu, de manière concrète.

La dépersonnalisation correspond à une dissociation non pas de la réalité, mais de son propre corps, l'individu ne se reconnait plus dans le miroir, son corps lui semble étranger. Parfois, la pensée peut être également dissociée, la personne ressent alors un énorme recul sur sa propre pensée. Parfois l’expérience d'une dissociation peut être recherché par les toxicomanes. Certaines molécules (hallucinogènes dissociatifs) permettent dans certaines conditions d'arriver à un état plus ou moins dissocié.

Une dissociation peut survenir quelques seconde après un très grand stress ou un état émotionnel très important. Le trouble apparaît quand la dissociation persiste. C'est alors une expérience extrêmement choquante pour l'individu, le traitement médicamenteux est largement envisageable pour ce type de pathologies. On recourt souvent a des anxiolytiques benzodiazépines pour lutter contre l'angoisse engendrée par l'état dissocié puis un traitement de fond pour combattre le trouble (antidépresseurs ISRS). Celui-ci est souvent très efficace quand il est associé à un retour de l'individu à ses activités et à sa vie sociale.

Causes potentielles de troubles dissociatifs de la personnalité[modifier | modifier le code]

Les troubles dissociatifs de la personnalité sont attribués à l'interaction de différents facteurs :

  • stress trop intense,
  • capacité à se dissocier (comprenant la capacité à détacher ses souvenirs, perceptions et identités de la perception consciente),
  • mise en place de défenses dans le processus normal de développement,
  • prise de drogues (hallucinogènes dissociatifs, notamment la kétamine, le DXM, le PCP, le protoxyde d'azote...),
  • durant l'enfance, manque de soins en réponse à des expériences douloureuses ou manque de protection contre de nouvelles expériences de ce type.

Les enfants ne naissent pas avec une personnalité unifiée. Celle-ci se développe à partir de nombreuses sources et expériences. Chez les enfants subjugués, son développement est entravé et de nombreuses parties de ce qui aurait dû être incorporé à une personnalité unifiée reste séparé. Des études faites en Amérique du Nord montrent que 97 à 98 % des adultes présentant des troubles dissociatifs de l'identité rapportent avoir été victimes d'abus dans leur enfance.

Bien que ces données présentent les abus comme cause principale de la maladie, la cause peut être différente dans des cultures où les conséquences de guerres et d'épidémies jouent un plus grand rôle. De graves problèmes médicaux comme un deuil important et précoce (p.ex. la mort d'un parent) ou d'autres évènements générateurs de stress intense peuvent aussi entrer en ligne de compte.

Une amnésie de l'évènement traumatique est possible.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Beaucoup des symptômes de dissociation mentale peuvent aussi apparaître dans d'autres pathologies. Ces pathologies sont :

D'autres symptômes comprennent la dépersonnalisation, ou la déréalisation, une impression d'être irréel, détaché de soi, de se sentir comme un observateur de sa propre vie.

Tous ces symptômes ne sont que des indicateurs de possibilité de la maladie. Pour que le diagnostic soit établi, deux personnalités distinctes ou plus doivent exister.

Les personnes souffrant de troubles dissociatifs entendent souvent avoir fait des choses dont elles ne se souviennent pas mais qu'elles ont réellement faites.

Elles peuvent présenter des amnésies d’événements qui se sont produits entre le milieu de leur enfance et le début de leur adolescence. L'amnésie d'évènements antérieurs à ces périodes est considérée comme normale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dell, P. F., & O'Neil, J. A. (2009). Preface. In P. F. Dell & J. A. O'Neil (Eds.), Dissociation and the dissociative disorders: DSM-V and beyond (pp. xix-xxi). New York: Routledge.
  2. (en) PF Dell, « A new model of dissociative identity disorder », Psychiatr. Clin. North Am., vol. 29, no 1,‎ , p. 1–26, vii (PMID 16530584, DOI 10.1016/j.psc.2005.10.013)
  3. (en) LD Butler, RE Duran, P Jasiukaitis, C Koopman et D Spiegel, « Hypnotizability and traumatic experience: a diathesis-stress model of dissociative symptomatology », Am J Psychiatry, vol. 153, no 7 Suppl,‎ , p. 42–63 (PMID 8659641, lire en ligne)
  4. (en) DH Gleaves, MC May et E Cardeña, « An examination of the diagnostic validity of dissociative identity disorder », Clin Psychol Rev, vol. 21, no 4,‎ , p. 577–608 (PMID 11413868, DOI 10.1016/S0272-7358(99)00073-2, lire en ligne)
  5. (en) PF Dell, « The multidimensional inventory of dissociation (MID): A comprehensive measure of pathological dissociation », J Trauma Dissociation, vol. 7, no 2,‎ , p. 77–106 (PMID 16769667, DOI 10.1300/J229v07n02_06)
  6. (en) M. Van IJzendoorn MH et C Schuengel, « The measurement of dissociation in normal and clinical populations: meta-analytic validation of the dissociative experiences scale (DES) », Clinical Psychology Review, vol. 16, no 5,‎ , p. 365–382 (DOI 10.1016/0272-7358(96)00006-2, lire en ligne)
  7. Eugen Bleuler, Dementia praecox ou le groupe des schizophrénies (1911), EPEL-GREC, Paris, 1993
  8. (en) HF Ellenberger, The discovery of the unconscious: the history and evolution of dynamic psychiatry, New York, BasicBooks,‎ (ISBN 0-465-01673-1)
  9. Pierre Janet, L'automatisme psychologique: essai de psychologie expérimentale sur les formes inférieures de l’activité humaine, Paris, Félix Alcan,‎ 1889/2005 (ISBN 2747590488, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]