Disposition (sociologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En sociologie, les dispositions sont les structures cognitives des individus qui orientent voire déterminent leurs actions, dans un contexte donné.

La notion rejoint le concept d'hexis dans la philosophie d'Aristote. Ce terme grec se traduit par « disposition, manière d'être, état d'une personne ».[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stamatellos, Giannis (2015), "Virtue and Hexis in Plotinus", International Journal of the Platonic Tradition 9.2:129–145

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bourdieu, Savoir Faire. Contributions à une théorie dispositionnelle de l'action, Paris, Seuil, 1998.
  • Christiane Chauviré et Albert Ogien (dir.), La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.
  • Bernard Lahire, Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Nathan, 2002.
  • Bernard Courtebras, "Étude des formes de rapport au calcul des probabilités. Étude de sociologie dispositionnelle", Publibook, 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]