Dises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dises.

Les Dises (vieux norrois : dísir ; au singulier : dís) forment, dans la mythologie nordique, un ensemble de divinités féminines, comparables aux Nornes, sur lesquelles peu de choses sont connues, à l'exception qu'elles sont associées à la mort et la déchéance. Elles coexistent avec deux autres groupes de divinités, qui sont les Ases et les Vanes. Les Valkyries sont des divinités mineures appelées "les Dises qui servaient Odin".

Termes apparentés[modifier | modifier le code]

Des érudits croient que dís est apparenté à idisi, terme trouvé dans les formules magiques de Mersebourg et à ides, un terme anglo-saxon qui désigne poétiquement une femme[1],[2].

Une étymologie possible rapproche dís de dhísanas, un groupe de divinités du Yajur-Veda[3].

Dís pourrait aussi être un titre (dame ou déesse), puisque Freyja est appelée Vanadís, c'est-à-dire « dís des Vanes »[4].

Enfin nous pouvons faire référence au dieu romain Dis Pater, apparemment une forme du dieu des enfers, comparable mais pas similaire au Hadès grec et au Pluton romain. Chez les Gaulois il était selon César[5] révéré comme dieu père, lié au côté nocturne.

 Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans l'univers romanesque de J.R.R. Tolkien, Dís est la fille de Thráin, fils de Thrór roi sous la montage, la sœur de Thorin « Écu-de-chêne » et de Frerin, et la mère de Kili et Fili, par conséquent de la prestigieuse lignée de Durin. Elle est l'unique naine célèbre.

Dans la série de livres Les Secrets de l'immortel Nicolas Flamel, les Dises sont une race de féroces guerrières nordiques appartenant à la Génération Suivante. Ce sont de farouches ennemies de Scáthach, qui possèdent le pouvoir d'invoquer Nidhogg.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gods and Myths of Northern Europe by H. Davidson, Penguin Books, 1990, pp. 62-64, (ISBN 0-14-013627-4)
  2. Calvin, Thomas. 'An Anthology of German Literature', D. C. Heath & co. ASIN: B0008BTK3E,B00089RS3K. P5.
  3. Jan de Vries, Altgermanische Religionsgeschichte, 2 vols., vol. 2, 2nd ed. Berlin: de Gruyter, 1957, repr. as 3rd ed. 1970, p.298 et p. 299, note 2 (allemand) ; l'étymologie est proposée par K.F. Johansson, Über die Altindische Göttin Dhisana und Verwandtes: Beiträge zum Fruchtbarkeitskultus in Indien, Skrifter utgifna af Kungl. Vet. Samf. i Uppsala 20.1 (1918).
  4. Gylfaginning Chapter 35, Skáldskaparmál Chapter 28; Chapter 23. La forme composée avec dís suit immédiatement après une autre avec goð, 'déité' : Vanagoð, öndurgoð.
  5. Jules César, Guerre des Gaules, Livre VI, chap 18.

Voir aussi[modifier | modifier le code]