Discussion utilisateur:Michel Louis Lévy/Gematria

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le mot Gematria (גימטריה), est dérivé du mot grec signifiant géométrie. On dit aussi « guématrie » ou « gématrie ». Dans cet article Gematria et Guématrie sont utilisés indifféremment.

Guématrie par rangs et classique[modifier le code]

“Le système talmudique appelé gematria recouvre, dans l'acception rabbinique, à la fois l'arithmétique classique et la pratique combinatoire des valeurs numériques des lettres qui composent un mot. Le traité Nidda enseigne ainsi que la durée de la grossesse est de 271 jours, parce que la valeur numérique des lettres qui composent הֵרָיוֹן, Herayon, HRYWN, "grossesse", donne 5 + 200 + 10 +6 + 50 = 271." [1]


Une valeur numérique est attribuée à chaque lettre de l'alphabet, selon l'ordre alphabétique[2]  :

Rang et Nom Valeur numérique Graphie
1 aleph 1 א
2 beth 2 ב
3 ghimel 3 ג
4 daleth 4 ד
5 he 5 ה
6 vav 6 ו
7 zayin 7 ז
8 het 8 ח
9 tet 9 ט
10 yod 10 י
11 kaf 20 כ
12 lamed 30 ל
13 mem 40 מ
14 nun 50 נ
15 samech 60 ס
16 ayin 70 ע
17 pe 80 פ
18 tsade 90 צ
19 qof 100 ק
20 resh 200 ר
21 shin 300 ש
22 tav 400 ת

On fait correspondre à chaque mot,

  • soit la somme des rangs de ses lettres (guématrie par rangs) ;
  • soit la somme de leurs valeurs (guématrie classique).

Ces deux sommes sont égales si le mot est composé de lettres prises parmi les dix premières : par ex. le Tétragramme יהוה YHWH vaut 26), mais diffèrent dans le cas contraire. Ainsi la somme des rangs de Elohim, אלהים, est 41 (1+12+5+10+13) et la somme des valeurs 86 (1+30+5+10+40).

À noter que le rang et la valeur de chaque lettre ont même reste de la division par 9, donc même somme des chiffres. Par exemple le Mem, מ, est de rang 13 et de valeur 40, avec 1+3 = 4+0= 4. On appelle valeur réduite ce reste commun. Tous les mots peuvent donc se classer selon neuf valeurs réduites de 1 à 9, celle-ci pouvant être calculée sur la somme des rangs ou la somme des valeurs. Par exemple Elohim, אלהים , 41/86, a pour valeur réduite 4+1 = 5 (8+6 = 14, 1 + 4 = 5).

Exemples[modifier le code]

Dans la suite de cet article, on utilise la translittération de l'alphabet hébreu suivante :

  • Les neuf premières lettres de l'alphabet hébreu (voir ci-dessus) sont translittérées : A B G D H W C Z t
  • Les neuf suivantes : Y K L M N X O F Z
  • Les quatre dernières : Q R S T

Le Tétragramme[modifier le code]

YHWH vaut 10 + 5 + 6 + 5 = 26. C'est le double de ABY, אבי, Aby, mon Père, de AED, אחד, E'had','Un, (YHWH AED, Adonaï E'had vaut 39, 3 fois 13), de AHBH, אהבה, Ah'ava, Amour, qui valent chacun 13. C'est la moitié de BN, בן, Ben, Fils, qui vaut 52 en guématrie classique.

(Cité par Georges Ifrah)

Note : Jésus est cité 26 fois (25 nommément, une fois désigné par 'il') dans le Coran.

Guématrie classique[modifier le code]

Le mot Père, AB, אב, Ab vaut 3 ; le mot Mère, AM, אם, Em, vaut 41. 3 + 41 = 44. Le mot Enfant, YLD, ילד, Yeled, vaut 44.

In Vino Veritas : les mots YYN, יין, Yayin, Vin, et XWD, סוד,Sod, Secret, ont même guématrie, 70. (Cité par Georges Ifrah).

La Force du Lion : les mots ARYH, אריה, Aryieh, Lion, et GBWRH, גבורה, Guevurah, Force, Puissance ont même guématrie 216 ( Moïse Cordovero cité par Georges Ifrah).

Le mot Vérité אמת, Emet, AMT, vaut 441 (1+40+400). Le mot Mensonge , שקר Sheqer, SQR, vaut 600 (300+100+200). L'addition des deux nombres fait 1041. Le nombre 141 contenu dans le résultat est la valeur du mot zéro ou néant אפס, Efess, AFS, (1+80+60). Il reste l'image (0) qui donne une forme à son propre résultat. La vérité et le mensonge néantisent leurs oppositions dans l'infini. (Reporté de Gematria)

Hénoch, ENWK (8 + 50 + 6 + 20) a pour valeur 84, 7 fois 12, comme Yada’, YDŒ, « connaître » au sens biblique ( 10 + 4 + 70 ).

GRTY, גרתי, Garty, j'ai séjourné (Jacob à propos de son séjour chez Laban, Genèse 32,5) vaut 613, le nombre traditionnel de Commandements (midrach cité par Rachi)

BRWK MRDKY, ברוך מרדכי, Baroukh Mordekhaï (« béni soit Mardochée », l'un des héros du Livre d'Esther) et ARWR HMN, ארור המן, Arour Haman (« maudit soit Haman », le planificateur de l'extermination des Juifs dans le même Livre) ont la même valeur, savoir 228 + 274 = 407 + 95 = 502 (Interprétation de T.B. Meguila 7b par le Be'er Hagolah et le Magen Avraham pour statuer qu'on ne doit boire de vin lors du festin de Pourim que jusqu'à être incapable de calculer ces valeurs numériques, et non jusqu'à ne plus distinguer entre les deux phrases, ce qui correspondrait à un état d'ébriété plus profond).

MSH RBYNW, Moché Rabbénou, Moïse notre maître, vaut 40 + 300 + 5 + 200 + 2 + 10 + 50 + 6 = 345 + 268 = 613, le nombre des commandements

Patriarches[modifier le code]
  • Isaac, Yts'haq, , YZEQ = 208 = 8 fois 26 (26, c'est YHWH)
  • Jacob, Yaaqov, YŒQB = 182 = 7 fois 26
  • Joseph, Yosef, YWXF = 156 = 6 fois 26

Source : Chalom_Leubmen

D'Adam à Ève[modifier le code]

Adam, Adame, אדם, ADM = 45 - Ève, Hawah, , EWH = 19 - D'Ève à Adam, la différence est 26. (Source : A.D. Grad)

Shoa[modifier le code]

La Guematria d'Amalek, ennemi juré du peuple hébreu, est עמלק (Ayn + Meme + Lamed + Qof <=> 70 + 40 + 30 + 100 =) 240. Or le mot Hitler écrit en hébreu, אטלר, (Alef + Tete + Lamed + Reche <=> 1 + 9 + 30 + 200 =) 240.

Guématrie par rangs[modifier le code]

  • YLD, ילד,yeled, Enfant, vaut 26 (10 + 12 + 4), comme YHWH, יהוה.
  • MSH, משה, Moché, Moïse, et son inverse HSM, השם, haChem, le Nom, valent 39 (13 + 21 + 5), comme YHWH AED, יהוה אחד, Adonay E'had, l'Eternel Un.
  • MSYE, Machia'h, משיח, Messie vaut 13 + 21 + 10 + 8 = 52
  • YWENN, יוחנן, Yo'hanan, vaut aussi 10 + 6 + 8 + 14 + 14 = 52 (Cité par Bernard Dubourg)
  • NZR, Notser, rameau, vaut aussi 52 (14 + 18 + 20) (Cité par Félix Perez)

“Le total des générations est donc : d’Abraham à David, quatorze générations ; de David à la déportation de Babylone, quatorze générations ; de la déportation de Babylone au Christ, quatorze générations”. (Matthieu, 1, 17)

  • 42, c’est trois fois 14.
  • 14, c’est DWD, David, et c’est YD, Yad, main.
  • 14, c’est aussi le rang du N dans notre alphabet, et du Noun dans l’alphabet hébreu. Josué (Jésus) est fils de Noun.
  • 42, c’est BN YHWH, 16 + 26, fils de YHWH. C’est aussi BYD YHWH, beYad Adonaï, “dans la Main de YHWH”.
  • La formule du Buisson Ardent, Ehyéh Acher Ehyéh, אֶהְיֶה אֲשֶׁר אֶהְיֶה, AHYH ASR AHYH, "Je suis Qui Je suis", est formée de trois mots commençant par la lettre Alef, qui vaut Un. Or la guématrie classique du mot Alef, ALF, est 1 + 30 + 80 = 111, Un Un Un GR = 30). Par ailleurs la guématrie de AHYH est 1 + 5 + 10 + 5 = 21. Répété deux fois, cela fait 42. Or la guématrie par rangs du mot central, אֲשֶׁר, ASR, est 1 + 21 + 20 = 42. AHYH ASR AHYH = 21 + 42 + 21 = 84
  • 84 = 2*42 = 12*7 Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge, et elle avait vécu sept ans avec son mari depuis sa virginité. Restée veuve, et âgée de quatre vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le temple, et elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière. (Luc 2, 36-37)

Guématries mixtes[modifier le code]

Au Nom du Lieu[modifier le code]
  • MQWM, מקום, Maqom, Lieu, Place, est un des Noms de Dieu dans le judaïsme. 40 + 100 + 6 + 40 = 186. La somme des carrés des valeurs de YHWH, יהוה, est 100 + 25 + 36 + 25 = 186. (Cité par Georges Ifrah). La somme des carrés des rangs (1, 4, 13) de ADM, אדם, Adam, est aussi 1 + 16 + 169 = 186.
  • 186 + 14 = 200. 14 est le rang de la lettre N, נ, Noun, et la valeur de YD, יד, Yad, Main, et de DWD, דוד, David. En multipliant par 5, on obtient 930 + 70 = 1000. Or Adam vit 930 ans (Genèse 5,5) et David vit 70 ans.
La Sagesse[modifier le code]
  • EKMH, Hokhmah, חכמה, Sagesse, vaut 37 en Guématrie par rangs (8 + 11 + 13 + 5), et 73 en Guématrie classique ( 8 + 20 + 40 + 5).
  • GLYL, גליל, Galil, Galilée, vaut 37 en Guématrie par rangs (3 + 12 + 10 +12), et 73 en Guématrie classique (3 + 30 + 10 + 30).
  • ANY HWA, אני הוא, Any Hou, Moi Lui (= Moi suis Lui), vaut 37 en Guématrie par rangs (1 + 14 + 10 + 5 + 6 + 1), et 73 en Guématrie classique ( 1 + 50 + 10 + 5 + 6 + 1). La formule de Deutéronome 32,39 est reprise par Isaïe 43, 10 et 13, et 46, 4.

37 fois 3 = 37 + 74 = 111, valeur de ALF, אלף, Aleph.

37 fois 18 = 666, Nombre triangulaire, somme des nombres entiers jusqu'à 36, « Nombre de la bête ».

37 fois 73 = 2701, Nombre triangulaire, somme des nombres entiers jusqu'à 73 (= 73 * 74/2 = 73 * 37), est la valeur en Guématrie classique du premier verset de la Torah. (Voir aussi Bernard_Dubourg#Exemple_de_la_méthodologie_de_Dubourg

(D'après Paul Vulliaud, Bernard Dubourg et Roland Tournaire).

Notes et références[modifier le code]

  1. Sylvie Anne Goldberg La Clepsydre II, Albin Michel, 2004, p. 123. Le mot הֵרָיוֹן figure dans le verset 4, 13 du Livre de Ruth : "Boaz prit Ruth, et elle devint sa femme ; il vint vers elle, et YHWH lui accorda une grossesse, et elle enfanta un fils". "
  2. Source : Bernard Dubourg : L'Invention de Jésus, tome 1, p. 207 à 211. L'Infini, Gallimard, 1987

La Gematria mystique[modifier le code]

Dans la numération hébraïque, les neuf premières lettres ont les valeurs 1 à 9, les neuf suivantes ont les valeurs 10 à 90, et les quatre dernières ont les valeurs 100 à 400. 27 lettres seraient nécessaires pour couvrir l'éventail jusqu'à 900. La Gematria mystique fait remarquer qu'aucune valeur n'est attribuée aux lettres finales (kaf, mem, nun, pe et tsadi sofit), et leur donne donc les valeurs « manquantes », de 500 à 900, alors que ces valeurs ne sont pas utilisées dans la Guématria classique.

Nom Valeur numérique Graphie
Tav Qof ou Kaf Sofit 500 ת"ק ou ך
Tav Resh ou Mem Sofit 600 ת"ר ou ם
Tav Shin ou Nun Sofit 700 ת"ש ou ן
Tav Tav ou Pe Sofit 800 ת"ת ou ף
Tav Tav Kof ou Tsadi Sofit 900 תת"ק ou ץ

Le procédé par intégration « Millouï »[modifier le code]

De même que toutes choses sont contenues de manière latente dans les Sephiroth, de même les nombres et les lettres enferment-ils des ramifications spirituelles et numérologiques sans fin.

Ainsi, la lettre Aleph (א), ne vaut pas seulement 1 mais aussi 111, puisqu'elle contient en elle la valeur des lettres qui composent son nom complet (אלף : 1 + 30 + 80 = 111)

Il en va de même pour toutes les autres lettres de l'alphabet. Les kabbalistes appellent ce procédé par le nom de « Millouï » ou valeur pleine ou « plérôme ».

Ainsi, נתן, Natan, donner, a une guématrie par rangs de 50 (14 + 22 + 14), une guématrie classique de 500 (50 + 400 + 50) (et une valeur réduite de 5), mais a une Guématria mystique de 1150 (50 + 400 + 600).

Guématrie et Herméneutique[modifier le code]

D'un point de vue herméneutique, les rabbins mettent en relation les mots de la Bible ayant une même valeur numérique et s'interrogent sur la ou les relations que peuvent avoir entre eux les passages qui les contiennent. Exposant les règles de l'herméneutique talmudique, Marc-Alain Ouaknin (Le livre brulé) passe successivement en revue les sept règles de Hillel, les règles de Nahoum de Gamzo, les règles de Rabbi Akiba, les 13 règles de Rabbi Ichmaël, enfin les 32 règles de Rabbi Eliezer ben Rabbi Yossi le Galiléen, dont "la liste apparaît pour la première fois dans un texte du Xe siècle qui a pour auteur Abou Walid ibn Janah. (...) Les principales nouvautés sont (...) la Guématria (...) et le procédé appelé Notarikon (...) . Ces deux derniers procédés sont directement inspirés de procédés d'origine grecque. Dans la Aggada talmudique et dans le Midrach, ce sont essentiellement toutes les règles autres que celles de Hillel et de Rabbi Ichmaël qui sont utilisées. ''"

Guématrie et Kabbale[modifier le code]

A partir du 16ème siècle, spécialement du fait de l'intervention d'humanistes, comme Pic de La Mirandole, la guématrie devient une forme de numérologie appliquée à l'alphabet hébreu et au texte biblique.

Les correspondances entre mots/valeurs numériques, en Guématria « mystique », sont censées partager des qualités similaires tout en « révélant d'autres aspects du Divin ». Ce système est fort utilisé dans des ouvrages majeurs du mysticisme Juif, comme le Zohar.

La guématrie devient, avec Abraham Aboulafia, un exercice spirituel de préparation à la vision extatique. La Guématria, le Notarikon et la Temourah, sont les trois outils du Tserouf, une discipline de méditation propre au judaïsme basée sur la respiration. Le Tserouf ou "combinaison" est un ensemble de techniques d'accès à l'extase par la contemplation d'objets abstraits en vue de la libération de l'âme. Dans sa théorie de l'âme, Aboulafia est très plotinien. Le Tserouf n'est pas une jonglerie de lettres, de chiffres et de mots mais une technique progressive permettant au disciple de libérer son âme dans une extase provoquée dont il pourra contrôler le déroulement. "Or Ha Sechel", son maître livre, est un "traité de yoga judaïsé" comme le dit Gershom Scholem.

Raymond Lulle, un courtisan de la cour de Jacques d'Aragon à Gérone au 13ème siècle qui devint plus tard Franciscain qui invente cette méthode herméneutique à partir des méthodes de calcul abstrait de Aboulafia. Il nomme cela son grand Art et qui consiste à :

"Combiner les noms exprimant les idées les plus abstraites et les plus générales par des procédés mécaniques, afin de juger par là de la justesse des propositions et de découvrir des vérités nouvelles"

Notes et références[modifier le code]

Articles connexes[modifier le code]

Lectures[modifier le code]

  • Marc-Alain Ouaknin Le livre brûlé, Lire le Talmud, éd. Lieu Commun (1986); éd. Seuil (1992). Voir notamment ; "Les mots dans le mot", p. 112 à 116.
  • Guy Casaril - "Rabbi Simeon Bar Yocchaï et la Cabbale", collection "Maîtres Spirituels" Le Seuil, 1977

Liens externes[modifier le code]


de:Gematrie el:Γεματρία en:Gematria es:Gematría fa:گماتریا fi:Gematria he:גימטריה ja:ゲマトリア pl:Gematria pt:Gematria ru:Гематрия sk:Gematria sl:Gematrija sv:Gematri tr:Gematria yi:גימטריא zh:希伯來字母代碼