Discussion:Résistance thermique de conduction

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Résistance thermique dans le batiment[modifier le code]

Il y a un problème concernant un certain nombre d'ouvrages du batiment : ceux-ci parlent de R-value ne tenant pas compte de la surface du matériau. l'unité de la "résistance" est alors en K.m²/W au lieu d'être (en toute logique) en K/W. Quelqu'un aurait-il des informations "officielles" à ce sujet ? --Zedh msg 21 octobre 2007 à 23:20 (CEST)

Il y a cela [1] mais dans quelle mesure c'est officiel ? Peut-être citer aussi cette forme comme « usuelle » dans le bâtiment. Daniel•D 21 octobre 2007 à 23:59 (CEST)
Fait, merci --Zedh msg 22 octobre 2007 à 00:31 (CEST)

Unité[modifier le code]

Tchô,

Tu parles de l'unité, et donc de K/W, je suis assez d'accord. Cependant tu mets une note disant : ou bien en degré Celsius par watt (°C/W). C'est assez délicat. Du fait que tu considères le delta T entre les parois, cette différence de température qu'elle soit en kelvin ou en degré Celsius est la même. Cependant, parler de (°C/W) laisse penser que tu puisses raisonner globalement les problèmes de thermique en degré Celsius, ce qui est plus que casse gueule. Ludo Bureau des réclamations 26 mars 2009 à 10:42 (CET)

+1, vue qu'il faut refondre cette article, autant utiliser les unités internationales. Cdlt, VIGNERON * discut. 26 mars 2009 à 10:47 (CET)
Il n'empêche que par exemple en électronique c'est le °C/W qui est majoritairement utilisé. Cdlt, Daniel*D 27 mars 2009 à 15:13 (CET)
C'est propablement le °C/W qui est majoritairement présent sur de la documentation, cependant en termes de calcul thermique l'unité utilisé est le kelvin et non le °C qui n'est pas adapté. Ludo Bureau des réclamations 27 mars 2009 à 15:34 (CET)
Mais si (compte tenu de mon passé, qui, bien sûr est sans intérêt sur WP). Daniel*D 27 mars 2009 à 15:41 (CET)
Absolument pas. As-tu déjà tenté de résoudre l'équation de la chaleur avec un des °C ? C'est impossible. Et si tu viens à parler du passé, j'ai étudié cela 5 ans à un niveau universitaire. Ludo Bureau des réclamations 28 mars 2009 à 10:48 (CET)
Du fait qu'une variation de 1 kelvin soit égale à une variation de 1°C, °C/W est égale à 1K/W. Cependant, nous sommes ici dans un cas particulier. Dans sa généralité la thermique s'étudie en kelvin et non en °C. Ludo Bureau des réclamations 28 mars 2009 à 11:15 (CET)
En termes de calcul thermique, dans le cas particulier du dimensionnement en électronique de puissance (dont j'ai fait mention en écrivant : « Il n'empêche que par exemple en électronique c'est le °C/W qui est majoritairement utilisé ») le °C/W est tout ce qu'il y a d'adapté (absolument), surtout que le résultat est une température de jonction maximum à ne pas dépasser et s'exprime bien entendu en °C, comme d'ailleurs toutes les températures : celle de l'ambiance, du dissipateur et du boîtier. Et quelques décennies d'applications et quelques 3 000 MW dimensionnés me confortent dans cette appréhension de la question. N'ayant pas préjugé de ton niveau d'études je ne ferais pas état du mien. On ne va pas se battre pour deux termes équivalents, la plupart du temps... : « L'unité de température Celsius est le degré Celsius, symbole °C, égal à l'unité kelvin par définition. Une différence ou un intervalle de température peut s'exprimer aussi bien en kelvins qu'en degrés Celsius (13e CGPM, 1967/68, Résolution 3, mentionnée ci-dessus), la valeur numérique de la différence de température étant la même. Cependant, la valeur numérique de la température Celsius exprimée en degrés Celsius est liée à la valeur numérique de la température thermodynamique exprimée en kelvins par la relation : t/°C = T/K - 273,15. ». Cdlt, Daniel*D 28 mars 2009 à 16:11 (CET)
Je crois qu'on se comprend mal. Le °C/W peut être tout à fait utilisé pour donner des valeurs de résistances thermiques, notamment de part le fait qu'une variation de 1°C revient à une variation de 1K.
Ce que j'ai voulu dire initialement, c'est l'unité de température de base pour du calcul thermique est le kelvin, ce que ton document du BIPM dit très bien. Après, il existe plusieurs cas particuliers où le fait de travailler avec des variations de tempérautres faite que le kelvin et le °C reviennent au même.
Il y par contre de très nombreux cas, où cette permutation kelvin °C est source d'erreur grossière : loi de Wien, équation de la chaleur, quasi tous les calculs de rayonnement.
Il faut donc être rigoureux dans cet article et parler de l'unité de base qu'est le kelvin, tout en précisant que dans certains cas particuliers la permutation °C Kelvin n'est pas source d'erreur. Ludo Bureau des réclamations 30 mars 2009 à 18:27 (CEST)
Je suis d’accord avec Ludo. En gros : si on mets tout en kelvin, il n’y aura pas de problèmes. Si on utilise les degrés Celsius, il faut faire attention. Donc vu que dans l'article on ne peut pas utilise les deux unités, autant utiliser la plus facile, non ? De toute façon, cet article ne porte pas sur la température, inutile de s’attarder sur ce point de détail (à cet égard la note 3 ne veut rien dire !). Cdlt, VIGNERON * discut. 30 mars 2009 à 19:20 (CEST)

Mes deux centimes qui à mon avis ne vont satisfaire personne mais bon... j'aurais donné mon point de vue :)

  • Tout d'abord °C et kelvin sont tous les deux des unités du système international en ce qui concerne les différences de température : concrètement le degré Celsius a été redéfini précisément pour que la distinction ne soit plus possible. Dans tous les problèmes de résistance thermique seules les différences de températures interviennent et il est donc impossible de dire quelle unité est la plus pertinente (si tant est que répondre à cette question ait seulement un sens compte tenu de la stricte correspondance dont je viens de parler). Écrire : « dans le système international d'unité la résistance thermique est donnée en °C/W » est donc à mon sens correct mais pas plus pas moins que la version actuelle.
  • Concernant l'usage, c'est difficile, il faut regarder le contexte. Je suis à peu près certain que l'utilisation du °C/W est bien plus répandu que le K/W dans les brochures, doc techniques et dimensionnement de circuits électroniques par exemples, pour plein de raisons, notamment le fait que les objets technologiques sont généralement dans un environnement qui est décrit en °C. En revanche dans un cadre académique, et j'en suis à peu près aussi certain, l'usage du °C tend à disparaître, non par manque de pertinence dans le cas des résistances thermiques, mais par les difficultés qu'il pose dans des problèmes connexes (dont le rayonnement et les les questions d'entropie par exemples).

À mon sens l'article devrait donner en introduction les deux unités °C/W et K/W et conserver partout l'unité telle qu'elle est utilisée dans les sources. Si la valeur pour tel boîtier électronique est tirée d'une brochure qui exprime du °C/W c'est elle qu'il faut garder. Si tel autre exemple est tiré d'un bouquin universitaire usant de K/W, on le garde. Il faut faire simple et sans a priori, c'est-à-dire coller aux sources. Kropotkine_113 30 mars 2009 à 20:58 (CEST)

Contrairement à ton présupposé ton avis me satisfait parfaitement. Bien évidemment le K/W ne me gêne personnellement pas, mais il n'est pas (encore) généralisé en électronique de puissance (plutôt d'usage chez les constructeurs et distributeurs allemands) inutile donc de ne le mentionner qu'en note :
Daniel*D 31 mars 2009 à 03:20 (CEST)
J’ai modifié l’introduction, cela te convient-il ? Puisque tu t’y connais en électronique, ce serait bien que tu donnes quelques valeurs usuelles (cf. ce qui est fait dans § Dans le bâtiment). Cdlt, VIGNERON * discut. 31 mars 2009 à 11:11 (CEST)
Ok, merci. Pour les valeurs usuelles : elles y sont, mais peut-être cela n'est-il pas suffisant ? Je ne me rends pas compte (ajouter des datasheets en note risque de faire commercial). Il y a aussi ceci [2] sur Loi d'Ohm thermique, sans doute à uniformiser. Cdlt, Daniel*D 31 mars 2009 à 17:27 (CEST)
Pardon, je voulais dire : peux tu donner des sources pour les valeurs usuelles (ce que je vais faire pour celle qui concerne le bâtiment). /me est vraiment fatigué… Cdlt, VIGNERON * discut. 31 mars 2009 à 19:31 (CEST)
Fait (j'ai essayé de ne pas faire trop de jaloux). /me est également fatigué, reposons-nous Clin d'œil. Cdlt, Daniel*D 1 avril 2009 à 12:22 (CEST)

Renommage de l'article et disparition de contenu[modifier le code]

Quid de cette partie :

Résistance thermique dissipateur thermique-ambiance

Le transfert thermique entre le dissipateur et l'air ambiant se fait essentiellement par convection : l'air ambiant vient lécher le dissipateur ; l'air chauffé à son contact s'élève, il est remplacé par de l'air plus froid et ainsi de suite. La résistance thermique dépend de la surface du dissipateur, de son type (plat, à ailettes, etc.), de son orientation (les parties verticales dissipent mieux les calories que les parties horizontales), de sa couleur (le noir rayonne plus que le brillant). Elle peut être diminuée en forçant une circulation d'air (comme dans les ordinateurs personnels) ou en faisant circuler de l'eau dans des tuyaux prévus à cet effet. La résistance thermique est donnée par le constructeur.

Pour plus de renseignements détaillés concernant les ordres de grandeur des résistances thermiques et un exemple d'utilisation :

Article détaillé : Loi d'Ohm thermique.

En effet, la dissipation thermique ne se limitant pas à de la conduction (à moins d'avoir à sa disposition un dissipateur « infini », il faut bien envisager un certain moment le réchauffement de l'ambiance (l'air par exemple, et donc la planète).

Tout en signalant qu'au moment du renommage l'article ne se limitait pas à la conduction [3].

Je demande donc une légère marche arrière. Cdlt, Daniel*D 27 mars 2009 à 15:25 (CET)

[conflit de modif] Vu, [4], m'enfin, ce n'est pas ce qu'il y a de plus simple... Daniel*D 27 mars 2009 à 15:39 (CET)

Pour cela, il existe Résistance thermique de convection. Ludo Bureau des réclamations 27 mars 2009 à 15:36 (CET)

Préconisations ADEME/ RT 2000[modifier le code]

Bonjour,

Je ne sais que penser de cette partie. En fait, elle ne concerne qu'une partie des lecteurs. Pour ma part il s'agit de la SIA 380/1 qui a autorité. Doit-on mettre la législation de tous les pays ? Ludo Bureau des réclamations 11 mai 2010 à 12:40 (CEST)

Peut-être à transférer ici, mais je ne vois pas bien dans quelle section et la RT 2000 est dépassée. Daniel*D 11 mai 2010 à 15:24 (CEST)
On pourrait surement se satisfaire d'ordres de grandeurs pour différents types de matériaux ce qui résoudrait le pb de réglementations nationales. Ludo Bureau des réclamations 11 mai 2010 à 15:36 (CEST)
En effet. Daniel*D 11 mai 2010 à 15:41 (CEST)

Fusion[modifier le code]

Discussion amorcée ici : Discussion:Résistance thermique#Fusion. — Ellande (Disc.) 13 mai 2018 à 23:19 (CEST)