Discussion:Réseau express régional d'Île-de-France

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Liens externes non-officiels[modifier le code]

Ces liens utiles mais non-officiels ont été retirés de la page principale, conformément à la politique des liens externes de Wikipedia. (voir Aide:Liens externes)

Sites ou forums de passionnés[modifier le code]

Galeries[modifier le code]

La politique ne dit rien contre les sites non officiels s'ils apportent des informations ou des photos non libres...
Gonioul 26 juin 2007 à 12:36 (CEST)
Le but ultime est quand même que ces informations soient intégrées à Wikipedia et des photos libres prises ? Clin d'œil À nous de travailler à développer les articles plutôt qu'à nous contenter de placer plein de liens externes à un article majeur... de vingt lignes. Un ou deux liens OK, mais là c'est un annuaire, avec forums, sites d'usagers mécontents, etc, donc pas uniquement un véritable plus niveau information et pas la politique de la maison. J'ai néanmoins laissé l'ensemble de ces liens ici où ils sont toujours accessibles. Clicsouris 26 juin 2007 à 17:57 (CEST)

Nom de l'article[modifier le code]

J'ai renommé cet article dont le titre (RER) ne respectait pas les conventions de nommages :

  • utilisation d'une abréviation ;
  • titre ne permettant pas l'identification non ambigüe du sujet.

Glacier 27 décembre 2005 à 12:36 (CET)

Le nom officiel du RER est simplement "Réseau express régional". Il n'est spécifié nulle part que la région en question est l'Ile-de-France. A l'origine du projet, dans les années 60, lorsque le sigle "RER" a été inventé, la région Ile-de-France n'existait même pas ! Le "régional" sous-entendait la région parisienne. 2 janvier 2006 à 13:37 (CET)

La rédaction de l'article réseau express régional suggère que cette désignation est générique, et serait donc applicable à n'importe quel réseau de même type dans le monde. Comme le réseau est « régional », il est donc logique de l'identifier par le nom de la région. D'autres réseaux font référence au nom actuel de la région, tels Transilien et Noctilien. Glacier 2 janvier 2006 à 16:02 (CET)
Transilien et Noctilien n'ont aucun lien avec le RER. Si l'est si important de distinguer le RER parisien... pourquoi ne pas appeler l'article "RER parisien" ou "RER de la région parisienne". En appelant cela Réseau Express Régional d'Ile-de-France, on a l'impression qu'il ne s'agit pas d'un transport urbain, mais d'un transport régional de même type qu'un TER. 8 janvier 2006 à 18:19 (CET)
Les RER C, D et E font partie du réseau Transilien ; votre affirmation d'« aucun lien » est on ne peut plus fantaisiste. L'organisation des transports en Île-de-France, RER compris, est de la compétence du STIF ; et il n'existe pas de « Syndicat des Transports en Région Parisienne ». S'il doit être fait mention d'une région pour désigner le RER, elle ne peut que correspondre à celle de la dénomination de l'autorité qui définit et organise ce moyen de transport. Glacier 9 janvier 2006 à 23:50 (CET)
Histoire de trancher le débat, pourquoi ne pas simplement l'appeler "Réseau Express Régional de Paris" ? Ca mettrait tout le monde d'accord il me semble. Après tout, on parle bien du "RER de Bruxelles", du "RER de Zürich", alors pourquoi ne parlerait-on pas du "RER de Paris" ? Pourquoi ce serait différent dans le cas parisien ? 12 janvier 2006 à 02:38 (CET)
Le nom le plus officiel est "Réseau express régional". Par conséquent, nous sommes libres de le compléter par ce que nous voulons afin d'éviter les homonymies. Le nom du STIF peut servir de suggestion, mais on peut aussi prendre en compte les faits suivants :
  • le RER ne dessert qu'une portion réduite de l'Île-de-France, à savoir l'agglomération parisienne. Le RER n'a pas vocation à desservir les 50 kilomètres de campagne situés à l'est de Tournan et de Meulun.
  • dans d'autres directions, en revanche, le RER dépasse les limites de l'Île-de-France : Orry-la-Ville, terminus de la ligne D1, est en Picardie.
La mission du RER est évidemment de couvrir l'agglomération parisienne (là où les gens vivent) et non pas de se limiter à des frontières administratives. Je pense donc que le nom le plus clair, le plus approprié, le plus conforme à l'usage serait Réseau express régional de la région parisienne (ou "Réseau express régional parisien", ou "... de la région de Paris", voire "... de l'agglomération parisienne", ce qui évite la répétition du mot "région"). (mais pas de l'"unité urbaine", mention qu'une IP vient de rajouter et que je vais retirer de ce pas) — Thbz (@) 1 février 2006 à 20:14 (CET)
La Région parisienne n'est plus depuis quelques dizaines d'années, et s'appelle aujourd'hui Région d’Île-de-france, comme le démontre la redirection existante. Le terme de Région parisienne n'a donc absolument pas ce caractère flou que tu lui prêtes ; il est juste obsolète.
Et si la commune d’Orry-la-Ville appartient à la Picardie, elle n'appartient absolument pas à l'« agglomération parisienne », pas plus que Dourdan, Étampes ou Melun ; ou alors, il faudrait revoir le sens du mot agglomération.
Or, comme son nom l'indique, un réseau express régional dessert une « région » ; comme la quasi-totalité du réseau du RER se trouve en Île-de-France, que le STIF organise et contribue largement au financement de ce mode de transport, je considère qu'il n'y guère de choix quant au nom de la région à utiliser, et donc pour le titre de cet article : Réseau express régional d'Île-de-France. Glacier 1 février 2006 à 21:48 (CET)
carte vue sur en:Paris ; le réseau du RER suit à peu près l'unité urbaine
. Le réseau ferroviaire qui couvre l'Île-de-France, c'est les trains de banlieue, pas le RER qui se limite à peu près à l'agglomération ou unité urbaine. Melun fait bien partie de l'unité urbaine de Paris ([1]) et les autres terminus n'en sont pas très loin.
Cela dit je ne vais pas trop insister, ce n'est pas bien important. — Thbz (@) 1 février 2006 à 23:33 (CET)
Au fait, quand on dit "région parisienne" de nos jours, personne ne pense au District de la région de Paris de Delouvrier. On pense plutôt à la portion de territoire qui entoure Paris et dont les habitants sont appelés par Parisiens par le reste de la France (comme la région de Bordeaux ou la région des vins de Bourgogne, sans limite administrative). — Thbz (@) 1 février 2006 à 23:37 (CET)
Pour être honnête, je ne suis pas totalement en accord avec la présentation actuelle de la page consacrée au RER qui semble vouloir totalement ignorer l'aspect proprement urbain de ce réseau ferré. Visiblement, les rédacteurs de cette page ne cherche pas à se mettre à la place d'un lecteur qui ne connaît absolument rien au RER. A la lecture de cette page, le RER semble en effet être un simple train régional desservant l'Ile-de-France comme d'autres desserviraient le Poitou-Charentes. Or il se trouve que le RER est bien plus que ça.
Le RER est le transport ferré disposant de la plus grande fréquence dans Paris (un train toutes les deux minutes à chaque station). Il s'agit par ailleurs d'un réseau totalement souterrain en centre-ville, servant plusieurs stations en correspondance direct avec les lignes du métro (ou d'autres lignes de RER). J'ai été très amusé de lire qu'il y avait 60 km de tunnel dans le réseau RER, je ne nie pas l'information attention, mais je préciserai juste que ces 60 km ne sont pas simplement des tunnels, mais aussi des stations. Disons-le clairement. En centre-ville, le RER a absolument tout d'un métro. Ainsi, il serait bien de présenter le RER comme un hybride, fonctionnant à la fois comme un réel métro en centre-ville, puis comme un train de banlieue au-delà. A mon sens, une telle description n'est ni factuellement fausse, ni contraire à l'idée des concepteurs de ce système. C'est pourquoi je ne comprends pas pourquoi cette dimension d'hybride est totalement ommise alors qu'elle est à la base même de la spécificité de ce système.
Enfin en ce qui concerne le nom de cette page, une fois encore, elle est sensée s'adresser à ceux qui connaissent déjà le système, et non à ceux qui n'ont jamais mis les pieds en région parisienne. Qui connaît l'Ile-de-France en Asie, en Amérique ou en Australie ? A mon sens, il s'agit d'une terrible erreur de ne pas mentionner Paris dans le titre de cet article. Peut-être s'agit-il d'une rivalité entre banlieusards et parisiens du centre-ville, je ne sais pas, néanmoins je trouve que cela manque de pertinence. Je suis personellement d'accord avec Thbz sur l'idée de "Réseau express régional de l'agglomération parisienne", néanmoins, quelque soit le titre, il me semble impératif qu'il mentionne la ville, au sens large, desservie par ce système. Je suis désolé d'avoir été un peu long, mais je voulais simplement mettre les choses au clair. Metropolitan 4 février 2006 à 04:42 (CET).
Non, de mon point de vu de Parisien, un RER n'a rien d'un métro. Une station de métro = 5min max à pied. Une station de RER = 10 min MAX à pied (10 min pour la B et 15/30 pour la A), et bien sur la vitesse en transport n'a rien à voir (facilement x2 dans Paris pour le RER).
La réelle différence qui a un intéret, c'est RER = qui traverse Paris (ou autre) avec correspondances, Transilien/TER = qui part de Paris (ou autre).
En même temps, il me semble que d'après les récentes discussions sur les forums spécisalisés au sujet de la fameuse future-éventuelle gare République TGV de la SNCF (Gare du Nord <-> Gare de Lyon), que la majeure partie des capitales européennes ont des lignes transversantes, mais pas forcément régionales, contrairement à Paris... Gonioul 4 février 2006 à 05:44 (CET)
Il s'agit encore une fois d'une vision exclusivement parisienne de ce qu'est un métro. A ce que je sache, la distance entre les stations du RER sont très similaires à celles du métro à Londres. Néanmoins, l'objectif de mon propos n'était pas de définir le RER dans son ensemble comme s'agissant d'un métro, le principe était de le décrire en tant qu'hybride métro/train de banlieue. Encore une fois, en centre-ville, le RER répond parfaitement à la définition internationale couramment admise de ce qu'est un métro. Si le RER ne peut pas être considérée comme un métro dans son ensemble, c'est parce qu'il ne roule pas uniquement sur des voies qui lui sont dédiées (certaines portions des voies du RER SNCF sont partagées avec d'autres trafics). Mais cela ne s'applique qu'à la partie du RER hors centre-ville. La description du RER comme un hybride métro/train de banlieue me semble donc parfaitement valide. Metropolitan 4 février 2006 à 06:01 (CET).
Je suis d'accord que la notion de distance est relative, mais c'est pour donner une difference de granularite au niveau des transports de proximite max a grande distance (bus - tram - metro - rer). Mais concernant la subtilite metro/RER/TER, il me semble que Lyon adhere aux memes definitions en creant ses premier RER, ie creer des lignes regionales traversant Lyon... Un metro reste definitivement un transport de plus grande proximite. Gonioul 4 février 2006 à 06:16 (CET)
Le RER joue par endroits exactement le même rôle de desserte locale que le métro : voir la ligne B entre Denfert et Saint-Michel, où le RER compte des stations très rapprochées afin de pallier l'absence de ligne de métro dans ce quartier. A comparer avec le métro 14 qui, au contraire, joue le rôle d'un RER entre Pyramides et Gare de Lyon (une seule station intermédiaire, cf. le RER A). Par ailleurs, il suffit de regarder le plan du RER pour constater que, malgré son nom de "régional", il est entièrement organisé autour de Paris : pour aller de Melun à Evry, le site Web de la RATP vous fait passer par la gare du Nord : 1h 45 de trajet, contre 22 minutes en voiture selon viamichelin.fr...) ? — Thbz (@) 4 février 2006 à 10:53 (CET)
Le temps de trajet donné par la RATP pour aller de Melun à Evry est de l'ordre de 40 à 50 minutes, suivant la gare de destination, à des heures normales de la journée, et le trajet ne passe pas par la gare du Nord.
Sinon, le renommage de l'article a largement été inspiré du changement de nom du STIF, qui s'appelait auparavent Syndicat des Transports Parisiens. Le remplacement de « parisiens » par « Île-de-France » le 14 décembre 2000 me paraît suffisamment significatif, de même que la mention « Transports en Île-de-France » au verso d'un ticket de métro ordinaire. On ne ne peut pas indéfiniment s'accrocher à des désignations qui n'ont plus cours. Glacier 4 février 2006 à 15:10 (CET)
Et bien dans ce cas... il faut aussi rebaptiser le métro parisien en tant que "métro d'Ile-de-France", et le bus parisien en tant que "bus d'Ile-de-France"... Comme tout cela est "démodé", autant aussi rebaptiser la RATP en tant que RATIF. Franchement, soyons sérieux. La banlieue fait partie intégrante de Paris. Il ne s'agit pas de différentes villes comme le sont Grenoble, Lyon ou Saint-Etienne en région Rhône-Alpes. Paris est une métropole de 10 millions d'habitants. Ses quartiers populaires ne sont plus à Ménilmontant, mais bien en Seine-Saint-Denis. Ses quartiers riches ne sont plus uniquement dans le 16em ou à Neuilly, mais aussi au Vésinet ou à Saint-Germain-en-Laye. Elle devrait enfin s'assumer en tant que telle plûtot que de toujours s'inventer des caches-sexe, le dernier en date étant "l'Ile-de-France". Metropolitan 4 février 2006 à 17:02 (CET)
Je reconnais que mon estimation pour le parcours Melun-Evry était fantaisiste et relevait plus des déficiences du formulaire de recherche de ratp.fr que du réseau lui-même... Quant au nom du STIF, ce n'est évidemment pas une raison pour choisir le nom du RER. Le STIF s'occupe de tous les transports : train, bus, etc, pas seulement du RER. Pour répondre à Metropolitan, le bus mériterait plus que le RER d'être qualifié de francilien. Le réseau du bus (et du tramway) possède en effet des lignes banlieue-banlieue et il est moins centré sur Paris. Il est vrai que, comme le RER, il se limite à l'agglomération parisienne. Tout ceci est lié au fait que Paris et sa région (pardon, l'Île-de-France) ne parviennent pas à définir un mode d'intégration à l'échelle de l'agglomération ; chaque échelon administratif veut exister de toute force, malgré la perte de visibilité que cela implique. — Thbz (@) 4 février 2006 à 18:24 (CET)
Le terme métro de Paris est cohérent avec les noms des compagnies ayant construit l'essentiel du réseau :
  • Compagnie des chemins de fer Métropolitain de Paris
  • société du Chemin de fer électrique souterrain Nord-Sud de Paris
Et il faut se rappeler que le ticket de métro ordinaire ne permet pas d'aller jusqu'aux gares RER à l'extérieur de Paris ; le métro en banlieue n'est ainsi qu'une sorte de « cadeau » aux usagers de la banlieue.
De plus, c'est un terme qui me paraît correspondre à l'usage ; je ne pense pas qu'il viendrait à l'idée de ses usagers de le qualifier de métro parisien, ou de métro d'Île-de-France. Je ne vois donc aucune raison de changer ce titre.
En ce qui concerne les bus, le terme de bus parisien est effectivement inadéquat. Car, pour la RATP, les bus parisiens correspondent aux seuls lignes dont le numéro est inférieur à 100, même si ces lignes dépassent parfois de quelques kilomètres les limites de Paris. La RATP n'a pas non plus le monopole des transports routiers dans la capitale.
Face à l'imbrication des lignes de bus et de cars, je pense qu'il faut abandonner l'idée d'avoir des articles par zones desservies, et rédiger des articles sur les exploitants principaux, ou des groupements de petits exploitants.
Pour la question du tramway, je suggère de la traiter de façon homogène avec celle des bus ; notamment, je ne trouve pas pertinent de prévoir des articles sur les arrêts de tramways. Glacier 4 février 2006 à 19:07 (CET)
Je suis désolé mais ces arguments ont peu de cohérence. A ce que je sache, le RER a été conçu par une société qui s'appelle la "Régie Autonome des Transports Parisiens". Le mot "Paris" y figure tout autant que dans le cas du métro. Enfin, en ce qui concerne l'usage, il ne me viendrait absolument jamais à l'idée de parler du RER d'Ile de France, pas plus que de parler du métro d'Ile-de-France. Néanmoins, je crois que l'essentiel n'est vraiment pas dans ce genre de détails.
Ce qui me frappe, et ce sur lequel je ne peux pas être d'accord, c'est ce discours qui cherche à donner une quelconque exclusivité au territoire administré par la ville de Paris. On aurait presque l'impression qu'un mur séparerait la ville de Paris du reste de l'agglomération. Néanmoins tout prouve que la ville et son agglomération ne font bien qu'une. Devrions-nous renommer les "Aéroports de Paris" en tant que "Aéroports d'Ile-de-France". Devrions-nous renommer le quartier d'affaire de "Paris-La Défense" en tant que quartier de "Ile-de-France - La Défense". Quant à "Disneyland Paris", faudrait-il le renommer "Disneyland Ile-de-France" ?
La banlieue n'est que l'extension hors les murs de Paris. C'est d'une évidence telle que je me sens un peu ridicule d'en arriver à devoir le dire. Metropolitan 4 février 2006 à 03:31 (CET)
Tout à fait d'accord. Mais tu verras qu'un jour Huchon réussira bien à faire rebaptiser Aéroports de Paris en Aéroports d'île-de-France. N'oublions pas que le changement de nom du STIF est une affaire tout à fait politicienne et a été voulu par Huchon puisque SA région finance le STIF. Si Delanoë décide de rebaptiser Paris en "Commune centre d'île-de-France", va-t-on aussi changer tous les articles se référant à Paris pour reprendre l'appellation officielle? Dans le cas du RER je pense que le titre le plus cohérent serait soit RER de Paris, soit RER de l'agglomération parisienne. 195.93.102.6 2 avril 2006 à 02:45 (CEST)

Points d'arrêts du RER dans Paris Intra-Muros[modifier le code]

Pour notre ami Glacier, voici la liste complète des 33 points d'arrêt du RER dans Paris Intra-Muros :

  1. Charles de Gaulle - Etoile (RER A)
  2. Auber (RER A)
  3. Châtelet - Les Halles (RER A)
  4. Gare de Lyon (RER A)
  5. Nation (RER A)
  6. Cité Universitaire (RER B)
  7. Denfert - Rochereau (RER B)
  8. Port-Royal (RER B)
  9. Luxembourg (RER B)
  10. Saint-Michel - Notre-Dame (RER B)
  11. Châtelet - Les Halles (RER B)
  12. Gare du Nord (RER B)
  13. Bibliothèque F. Mitterrand (RER C)
  14. Gare d'Austerlitz (RER C)
  15. Saint-Michel - Notre-Dame (RER C)
  16. Musée d'Orsay (RER C)
  17. Invalides (RER C)
  18. Pont de l'Alma (RER C)
  19. Champs de Mars - Tour Eiffel (RER C)
  20. Javel (RER C)
  21. Boulevard Victor (RER C)
  22. Avenue du Président Kennedy (RER C)
  23. Boulainvilliers (RER C)
  24. Avenue Henir-Martin (RER C)
  25. Avenue Foch (RER C)
  26. Neuilly - Porte Maillot (RER C)
  27. Pereire - Levallois (RER C)
  28. Porte de Clichy (RER C)
  29. Gare du Nord (RER D)
  30. Châtelet - Les Halles (RER D)
  31. Gare de Lyon (RER D)
  32. Haussmann - Saint-Lazare (RER E)
  33. Magenta (RER E)
C'est sans intérêt. Il existe déjà des listes de gares, et ces articles sont référencés dans les liens internes. Glacier 7 février 2006 à 01:10 (CET)
Qu'y a-t-il de si embarrassant à dire qu'il y a 33 points d'arrêts à l'intérieur de Paris Intra-Muros ? Je remets cet information en ligne. Par contre, je crois qu'ils ne sont pas tous souterrains. A ma connaissance Cité Universitaire et Denfert-Rochereau sur le RER B ne le sont pas. Je retire cette parenthèse. Metropolitan 7 février 2006 à 02:04 (CET)
Il n'y a rien d'embarrassant à ajouter des informations exactes, à condition qu'elles soient pertinentes à l'endroit où elles sont placées.
Or, si les articles sont organisés en sections et sous-sections, c'est justement pour éviter que toutes les informations sont placées en vrac à partir du début de l'article. Votre information ne s'insère pas dans le texte d'introduction et n'a rien à y faire : car, non seulement il existe 2 autres articles avec des listes de gares, mais il y a encore dans le même article un tableau avec le nombre de gares de chaque ligne de RER. Glacier 7 février 2006 à 03:01 (CET)

RER caractère hybride ou non ?[modifier le code]

Le caractère hybride du RER est à la base même de sa définition. Voici la version que je propose et qui est constamment effacé par Glacier : "Un RER est un moyen de transport ferré hybride consistant en l'intégration de lignes de banlieue pré-existante à un réseau souterrain moderne traversant le centre-ville. A l'intérieur de Paris Intra-muros, le RER est utilisé comme un réseau express offrant de multiples correspondances avec le métro." Si le RER n'a rien d'hybride, alors comment peut-on expliquer la raison pour laquelle le RER E est considéré comme une ligne de RER et non comme une ligne de train de banlieue ? A ce que je sache, le RER E ne raccorde pas plusieurs lignes de trains de banlieue entre elles, ce qui est pourtant la définition proposé par Glacier. Metropolitan 7 février 2006 à 12:04 (CET)

Glacier, je pense qu'il serait mal avisé de parler du caractère non encyclopédique de cette description du système. Lire l'encyclopédie risquerait de vous décevoir. Voici l'introduction de l'article consacré au RER telle qu'il figure dans l'encyclopédie Larousse en 15 volumes :
"RER (de réseau express régional), métro régional constitué de lignes au gabarit international des chemins de fer, éléctrifiés, desservant Paris et sa banlieue."
Je ne mentionne ceci pas dans le but de s'en inspirer mais simplement pour montrer le caractère parfaitement encyclopédique de ma description. Au passage, l'acronyme "RER" est utilisé en tant que tel comme intitulé de l'article. La description "réseau express régionaled d'Ile-de-France" n'a à l'opposé aucun caractère officiel. S'il y a un quelconque problème de copyright. Je suis près à effacer rapidement mon commentaire. Metropolitan 7 février 2006 à 13:02 (CET)
Le terme de « métro » signifie qu'il s'agit d'un chemin de fer urbain ; un train ne devient pas « hybride » parce qu'il traverse une ville, plutôt que la campagne ou la montagne, ou même lorsqu'il passe sous un tunnel.
De plus, vos commentaires sont inexacts, inappropriés ou mal placés, notamment :
  • les choix des exploitants ne se font pas uniquement sur des critères techniques, et ne l'ont pas été sur les critères que vous indiquez ;
  • une enyclopédie n'a pas à s'extasier sur telle ou telle réalisation technique ou architecturale ;
  • et une fois de plus, je vous rappelle que les descriptions détaillées ne se placent pas en vrac dans l'introduction, mais de façon organisée dans des sections de l'article. Glacier 7 février 2006 à 13:29 (CET)
Enfin, les descriptions du genre : « En 2006, le RER compte cinq lignes : A, B, C, D et E. » sont superflues quand un tableau parfaitement visible décrit l'ensemble de ces lignes. Vous devez aussi apprendre que, sauf mention contraire, les descriptions figurant dans un article concernent la situation actuelle ; il n'est donc pas utile de mentionner l'année en cours (la plupart des ordinateurs fournissent cette information). Glacier 7 février 2006 à 13:42 (CET)
Correction. Glacier 7 février 2006 à 13:52 (CET)
La mention "en 2006" est là pour mentionner qu'il s'agit de l'état du réseau à la date de 2006. Cela a été écrit dans l'optique que les statistiques données ne soient pas actualisées ultérieurement. Par ailleurs, il ne s'agit en rien de s'extasier, mais de décrire. La plupart des articles concernant des réseaux apportent ce genre de précisions. On peut ainsi lire dans l'article "autoroute" de Wikipedia que le réseau autoroutier français représente 9 581 kilomètres tout comme on peut lire sur la page du métro parisien que le réseau est d'une longueur de 200 kilomètres et compte 297 stations (Au passage la longueur est en fait précisement de 212,5 km en excluant l'Orlyval, mais bon). Ces informations sont tout à fait utile et pertinente pour définir un réseau. Metropolitan 7 février 2006 à 14:56 (CET)

Bandeau ?[modifier le code]

On ne pourrait pas supprimer ce bandeau de pertinence ? Franchement, il porte sur un point complètement mineur... — Thbz (@) 13 février 2006 à 07:48 (CET)

J'ai placé ce bandeau par ce qu'un contibuteur a imposé sa version de l'introduction, qui est incorrecte autant par la forme que par le fond.
Ce bandeau sera retiré quand cette introduction sera réécrite de façon consensuelle. Glacier 14 février 2006 à 01:32 (CET)
Glacier n'étant plus présent sur Wikipedia, j'ai supprimé le bandeau de pertinence. Metropolitan 27 février 2006 à 15:25 (CET)

carte RER 2025[modifier le code]

Je trouve que la carte du RER à l'horizon 2025 est un peu trop imaginaire. Je m'explique. Dejà, on peut être certain qu'un tel réseau, même si on met les meilleurs volontés, ne sera pas prêt en 2025. De plus, on ne peut guère faire passer plus de 7 - 8 trains aux 15 minutes sur une branche centrale. Par exemple, la branche est du RER E présentée rajouterait au moins 4 trains aux 15 minutes dans le tronçon central. Ceci est réalisable avec un seul point de convergence, mais dès qu'on augmente ce nombre l'exploitation d'une telle ligne est impossible. On voit bien l'erreur qui a été faite avec la ligne D au sud de Paris et je ne pense pas que l'on reproduise le même schéma de si tot.

A mon avis une carte des projets vraiment pertinents et en cours d'étude serait plus parlante avec cet article. Gglamalice 25 février 2006 à 23:46 (CET)gglamalice

Je suis assez d'accord. En plus ce plan date de 1999. Lorsqu'on voit ce qui était prévu dans le SDRIF et ce qui a réellement été réalisé, c'est le jour et la nuit. Une bonne base serait peut-être de choisir les projets validées par le contrat de plan Etat-région. Sauf qu'il va être révisé cette année, donc il faudrait peut-être attendre la nouvelle version... — Thbz (@) 26 février 2006 à 00:16 (CET)
Je pense que les plans prévus officiels sont plus utiles, surtout le plan de 1965, qui est à la fois le fondement glorieux du RER et une bonne liste de projets qu'on attend toujours...
Gonioul 26 février 2006 à 00:27 (CET)Gonioul
Une chose très intéressante, ça serait justement de mettre côte à côte (voire de superposer) un plan des projets en 1965 ou en 1995 avec le plan du RER actuel : tronçons réalisés, projets en cours, projets abandonnés... — Thbz (@) 26 février 2006 à 00:38 (CET)
Très bonne idée à creuser! En même temps il me semble que le contrat de plan de 1965 est en noir et blanc, avec des couleurs ça doit aller plus vite... RIP pour le RER F...
Gonioul 26 février 2006 à 00:49 (CET)
Je suis également d'accord. - J'ajouterais pour rejeter ce plan 2025 plutôt tentant dans sa présentation soignée, le critère du "tout RER". En effet, le but du RER n'est absolument pas de remplacer tous les trains Transilien au départ des gares de Paris mais bien d'établir un réseau ferroviaire solide, rapide et accessible au plus grand nombre, traversant la capitale en des endroits clés (commerces, bureaux, lieux culturels...). D'abord, on ne peut imaginer un futur réseau utilisant toutes les gares d'Île-de-France sans exception ; même si la SNCF, avec ses RER C, D et E priviligie (en partie) cette méthode, elle ne peut pas se le permettre indéfiniement, la vetusté de certaines sections ferroviaires (ex: après Coulommiers) n'est pas économiquement viable par la rénovation (un car revient moins cher). Puis, les fameuses tentacules du RER C doivent être remaniées avec, on l'espère, l'arrivée prochaine de la branche ouest d'EOLE à Versailles ; le RER F est donc dans l'exemple de 2025 à bannir. Enfin, le RER G est totalement improbable ; la réalisation d'un tram "Grande-Ceinture" est plus envisageable et son "bouclage" ne sera pas terminé avant longtemps. Les liaisons entre villes-nouvelles notament Cergy-Pontoise/Saint-Quentin sont encore loin : le prolongement de la Francilienne dans cette zone vient tout juste d'être examiné. Ce plan de 2025, plein de bonnes intentions porte bien son nom : une vision ! Cyrflo2000 14 mars 2006 à 19:37 (CET)

L'utilisateur "Glacier"[modifier le code]

Pour info, l'utilisateur "Glacier" a été banni a vie du Wikipédia francophone (voir le comité d'arbitrage pour les explications), en partie parce qu'il tentait d'imposer un peu trop son point de vue ! Le côté "wiki" de cet article ainsi que de tous ceux sur les transports auxquels il "contribuait" peut donc maintenant reprendre ! --Slasher-fun 26 février 2006 à 12:06 (CET)

Je trouve dommage d'en arriver la, surtout que la partie transport en commun du wikifr est plutot en mauvais etat, plusieurs convention de nommage pour les gares par exemple, je ne suis pas forcement d'accord avec tout, mais comme y'a souvent rien d'autre...
Gonioul 28 février 2006 à 00:36 (CET)
Si cela peut te rassurer, il n'a pas été banni pour ses contributions dans la partie transport mais pour la tenue de propos à caractères racistes, nombreux conflits d'édition injustifiés, non-respect de la sanction qui lui avait été imposée (2 mois d'interdiction d'accès) de par l'utilisation de son faux-nez "Glacier" (son autre nom est "Gemme") --Slasher-fun 28 février 2006 à 06:20 (CET)

Nommage et categories[modifier le code]

Il serait bien de se mettre d'accord collectivement sur le nommage et les categories des articles concernant les transports en communs, au moins franciliens, je mets ca ici car je pense qu'il y a pas mal de monde qui surveille.

Je suis perso pas trop pour le nommage 'Gare de xxx' systematiquement, car comment nomme-t-on la station rennes (l12) par exemple?

Comment nomme-t-on les stations a zone > 1 ayant un métro (donc double tarif comme la defense)

Ou meme plus generalement comment nomme-t-on une station/gare? Apres tout on peut aller du detail le plus precis (la fourche = 2 stations) a un englobage large (la defense (l1/RA) = 1 station, gare de lyon (l1/l14/RA/RD/transilien/GL) = 1 station, ...)

Gonioul 28 février 2006 à 01:03 (CET)

Je viens d'entammer une nouvelle discussion à ce sujet dans Discuter:Métro de Paris. Il serait bien que l'on se mette d'accord ensemble à cet endroit. Metropolitan 15:38 6 avril 2006 à 15:38 (CET)

gare desservie[modifier le code]

"En 2005, il comporte cinq lignes : A, B, C, D et E. Des grandes gares SNCF parisiennes, la gare Montparnasse reste la seule non desservie par une ligne de RER "

la gare de l'est ne l'est pas (enfin, si mais a pied depuis magenta...)

Projet:Transports en commun franciliens ?[modifier le code]

La version finale du SDRIF approche à grand pas, peut­-être l'occasion de lancer un projet, voire un portail?

Il y a énormément de travail de standardisation à faire sur les stations/gare/lignes, des problèmes de modèles récurrents (présentation et nombre), des photos manquantes, des plans, des articles sur les lignes de bus qui énervent les suppressionnistes, etc, etc...

Mais également un problème de visibilité qui pourrait justifier un portail.

Je pense qu'il y a de quoi s'occuper, mais j'ai peur que pour l'instant ça parte un peu dans tous les sens...

Je propose de centraliser les réponses sur Discussion Modèle:Transport parisien, qui finalement résume pas trop mal, même si un peu perdu :)

Gonioul 30 décembre 2006 à 03:19 (CET)

Liens externes[modifier le code]

Par curiosité : pourquoi avoir supprimé le lien sur l'historique des perturbation du RER ?

A mon avis (ce n'est pas moi qui l'ai enlevé) : parce qu'il s'était gentiment mis en première position des sites... Slasher-fun 6 février 2007 à 06:42 (CET)

Ok, c'est noté (je remplis trop de "changelog" en ce moment ;-)

Travaux importants[modifier le code]

Une rubrique sur les travaux importants n'aurait elle pas sa place ? Je passe par exemple souvent par Palaiseau (RER B) et je constate qu'il y a de tres importants terrasements de part et d'autre de la ligne B (au sud de Massy Palaiseau). Qqun sait il si une extention est en cours ?

LucDB 13 juin 2007 à 16:26 (CEST)

Points complémentaires à intégrer à l'article[modifier le code]

  • parler des grèves ;
  • décrire les trains du point de vue voyageur [2] : combien de passagers dans un train ? combien de voitures ? L'aménagement interne des trains, les différences de confort ;
  • parler de la vie des stations : les commerces, les musiciens, les mendiants, etc ;
  • mieux légender les cartes et schémas ;
  • parler de la maintenance du réseau ;
  • sans transformer les articles en base de données : parler de la tarification (système des zones, différentes cartes, polémiques autour de passes navigo), des horaires de fonctionnement (pas de 24h/24 contrairement au réseau équivalent new-yorkais par exemple), etc.

interconnexion[modifier le code]

Je relève cette phrase : 'On désigne sous le nom d'« interconnexion » les points où le train passe d'un exploitant à un autre' dans le 3ième paragraphe de la section Description.
Il est vrai que l'on entend souvent "L'interconnexion à Nanterre-Préfecture est supprimée" lors de conflits sociaux ou d'incidents techniques pour la ligne A. La même chose pour "L'interconnexion à Gare-de-Nord est supprimée" pour le RER B. Dans ces 2 cas, il s'agit bien des points de jonction des 2 exploitants (RATP / SNCF).
Par contre, la SNCF parle aussi de "suppression d'nterconnexion" à propos du RER D lors de services réduits (grèves, travaux, ...) pour dire que les trains n'empruntent pas les tunnels Gare-de-Lyon - Chatelet - Gare-du-nord, c-a-d que les trains sont retournés à Gare-de-Lyon pour la branche sud et à Gare-du-Nord pour la branche nord. On n'entend par là "rupture de l'interconnexion Nord-Sud". Dans ce cas, le mot « interconnexion » doit être compris par le fait qu'il s'agit de "l'exploitant" des tunnels (la RATP) et non de "l'exploitant" de la ligne (SNCF). --Poudou99 (d) 15 août 2009 à 00:11 (CEST)

Disparition de la 1ere classe dans les RER[modifier le code]

Suite aux dernières modifs dans l'article :
En fait la disparition de la 1ere classe dans les RER s'est faite en 2 temps.
- D'abord dans Paris intra-muros lorsque la 1ere classe a été supprimée dans le métro (je ne me souviens pas de la date[1]). Donc, à ce moment là, il était devenu possible de voyager dans la partie "1ere classe" des RER A et B dans Paris. Par contre, en dehors de Paris, il fallait avoir un ticket 1ere classe. Ce n'était pas le cas pour les ligne C et D, entièrement gérées par la SNCF, où la notion de 1ere classe existait même dans Paris.
- Puis, en 1999, l'ancetre du STIF a supprimé la 1ere classe sur toute la région et pour tous les trains (RER ou Banlieue). --Poudou99 (d) 5 octobre 2009 à 17:55 (CEST)

  1. c'est en 1991 (voir page 10 du doosier de presse sur l'exposition photo intitulée « 60 ans d’histoires en commun », du 15 septembre au 4 octobre 2009, organisée par la RATP sur la Piazza du Centre Pompidou). Geralix 05/10/2009 - 18:56

Ouverture de la gare de Bussy St-Georges[modifier le code]

Bonjour,

quelqu'un saurait-il quand a été ouverte la gare de Bussy St-Georges sur la branche A5 du RER A car l'on peut voir 1995 sur cet article et 1992 sur l'article concernant la gare de Bussy St-Georges. Je pose donc cette question car il y a un problème.
Bonne journée,--Ulroip (d) 23 mars 2011 à 07:14 (CET)

Dans l'article Ligne A du RER d'Île-de-France, la date indiquée est « décembre 1992 » et dans l'article Gare de Bussy-Saint-Georges, la date indiquée est « le 21 décembre 1992 ». Donc ici 1995 est manifestement une erreur typographique... que j'ai corrigée.
Geralix (d) 23 mars 2011 à 09:27 (CET)

Doublement du tunnel Châtelet - Gare du Nord[modifier le code]

La section "Doublement du tunnel Châtelet - Gare du Nord" mériterait d'être actualisée tant sur le coût estimé du doublement du tunnel, tant sur la dégradation de la régularité de la ligne B (l'expression : "la fiabilité de la ligne B s’est un peu détériorée" est un doux euphémisme). --Poudou99 (d) 25 juin 2011 à 00:32 (CEST)

Il y avait sur un de nos sites préférés une source comme quoi la signalisation rendait le RER B systématiquement prioritaire, parfois de façon idiote quand un conducteur du B était attendu alors que le D était prêt à partir.
On m'ôtera pas de l'idée que faire passer le RER D par république comme prévu au départ aurait été largement mieux, aussi bien pour la régularité que pour le maillage.
Gonioul (d) 25 juin 2011 à 00:56 (CEST)
Clin d'œil On a tant entendu et lu de choses sur ce tunnel et la gestion de la circulation ("prioritisation") des trains au départ de Gare du Nord. Dans le désordre : "la non-relève des conducteurs des rames de la B", "la D8", "la banalisation des quais à Gare du Nord pour les trains de la B", "le départ à l’orange",… Sans parler des chiffres avancés par les uns et les autres (STIF, RATP, SNCF, politiques de tous bords, journalistes,…) pour le coût du doublement du tunnel et son hypothétique tracé. J'avoue que dans tout ça, je ne sais pas quelles sources sont toujours actuelles, les quelles sont du domaine de l'utopie et lesquelles sont de l'ordre de l'effet d'annonces. --Poudou99 (d) 25 juin 2011 à 01:24 (CEST)
N'a-t-il pas été proposé de fusionner ce projet avec l'éventuel tunnel direct GDN - Gare de Lyon via République ? --Pic-Sou (d) 25 juin 2011 à 13:21 (CEST)
En l’état actuel des choses, rien ne permet de dire qu’il s’agira de ce projet qui sera retenu pour un éventuellement doublement du tunnel. Dans un cas (tunnel direct GDN — Gare de Lyon via République), il s’agissait d’un projet ancien, dans l’autre (doublement du tunnel Chatelet-GDN) il s'agit d'un souhait, de plus en plus souhaité, mais pour lequel aucune étude sérieuse n’a été entreprise et chiffrée. Le principe communément admis étant de conserver la desserte Chatelet (donc de garder la liaison Gare-de-Lyon - Chatelet ouverte en 1995). --Poudou99 (d) 25 juin 2011 à 17:46 (CEST)

Accidentologie[modifier le code]

Ne manque-t-il pas une section "accidents" ? Bourrichon 29 janvier 2014 à 16:06 (CET)

Métro express régional Défense-Etoile[modifier le code]

était le nom initial du RER avant qu'on ne s'aperçoivent que ses initiales questions marketing n'était pas très vendeuses. 1972 : les premières tours défraient la chronique— Le message qui précède, non signé, a été déposé par Skiff (discuter), le 22 juin 2016 à 21:46 (CEST)‎..

Proposition d'anecdote pour la page d'accueil[modifier le code]

Une proposition d'anecdote pour la section « Le Saviez-vous ? » de la page d'accueil, et basée sur cet article, a été proposée sur la page dédiée.
N'hésitez pas à apporter votre contribution sur la rédaction de l'anecote, l'ajout de source dans l'article ou votre avis sur la proposition. La discussion est accessible ici.
Une fois l'anecdote acceptée ou refusée pour publication, la discussion est ensuite archivée .
(ceci est un message automatique du bot GhosterBot le 05 septembre 2016 à 19:46)

Nombre de points d'arrêt et longueur du réseau[modifier le code]

Bonjour,

Dans la section de présentation des cinq lignes, il est écrit « En 2016, le réseau express régional d'Île-de-France est composé de cinq lignes, dessert au total 257 points d'arrêt dont 33 à Paris (gares et haltes confondus) répartis sur 587 kilomètres de voies, dont 76,5 kilomètres situés sous terre, et ce, principalement dans sa partie centrale. »

Or, le tableau juste en dessous avec le détail par ligne amène à 258 points d'arrêt (mais le RI et l'infobox n'en évoquent que 249) pour une longueur de 628 kilomètres.

Qui a raison ? Y a-t-il une subtilité que je ne saisis pas ?

Merci de vos réponses. — xDamx (dc) 16 octobre 2016 à 08:55 (CEST)

La situation résulte sans doute, au moins pour les nombres, de deux modifications effectuées par Cramos le , d'une part à 11 h 48 où, dans son commentaire, il explique comment il a déterminé le nombre de points d'arrêt, notamment sans compter plusieurs fois une gare commune à plusieurs lignes, d'autre part à 11 h 52 où il a modifié le RI. Pour le kilométrage, il faudrait regarder les schémas de ligne, ce que je n'ai pas la possibilité de faire à l'heure actuelle (je dois m'absenter). Cordialement. Geralix (discuter) 16 octobre 2016 à 10:29 (CEST)
Merci pour la précision. Ce serait donc 249 gares desservies par 258 points d'arrêt. En tout cas, le nombre de 257 est donc incorrect. Attendons un retour de Cramos (et d'autres contributeurs !) pour y avoir plus clair. — xDamx (dc) 16 octobre 2016 à 10:40 (CEST)
Le commentaire de diff de la modif citée par Géralix me semble clair à la signification des sigles près : le cumul bête et méchant du nombre de gares par ligne de RER (qu'il me semble avoir vérifié) est le suivant : RERA (46) + RER B (47) + RER C (84) + RER D (59) + RER E (22) = 258 ; une gare est commune à 3 lignes (Châtelet), donc il faut retrancher 2 ; 7 gares sont communes à deux lignes : Gare de Lyon, Val de Fontenay, Gare du Nord, St-Michel-ND, Massy-Verrières, Massy - Palaiseau et Juvisy, donc il faut encore retrancher 7. On arrive à 258-2-7=249. D'où la modification effectuée dans l'infobox et le RI. En revanche, je n'avais pas vu la section "5 lignes", à reprendre aussi. Je n'ai pas vérifier le kilométrage, plus compliqué car il faut se demander s'il faut compter deux fois les troncs communs tels que Gare de Lyon - Châtelet et Châtelet - Gare du Nord ? Cramos (discuter) 16 octobre 2016 à 12:59 (CEST)

Fichier proposé à la suppression sur Commons[modifier le code]

Message déposé automatiquement par un robot le 6 décembre 2016 à 02:36 (CET).

Chiffres de fréquentation journalière[modifier le code]

La compilation de ce genre de chiffres n'étant pas du tout mon domaine de compétence, je me permet les proposer avant de faire des bêtises :

  • RER A : 1 200 000 v/j ([3], 2017)
  • RER B : 862 000 v/j ([4], 2015)
  • RER C : 540 000 v/j ([5], 2012)
  • RER D : 615 000 v/j ([6], 2017)
  • RER E : 372 000 v/j ([7], 2017)

Pour un total de ~3 590 000 v/j. Ce chiffre parait-il correct ? --xif 22 septembre 2017 à 18:12 (CEST)