Discussion:Politique de l'enfant unique

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Effet sur le sex-ratio[modifier le code]

On lit dans le texte, Cette politique de l'enfant unique induit un déséquilibre entre les sexes. Il faudrait préciser davantage il me semble. En effet, si l'on suppose que le sexe est indépendant de l'ordre de naissance dans une famille (c'est à peu près vrai), le sex-ratio ne devrait pas changer suite à une politique d'enfant unique, même si on privilégie les garçons (dans le sens : si on a un garçon en premier, on peut avoir un autre enfant). Sans infanticides, la différence de sex-ratio me semble difficilement explicable. ApprentiMiam (d) 26 avril 2010 à 13:55 (CEST)

Bonjour. Je n'ai pas le temps d'être bref.
Les trois premières phrase sont tout à fait exactes. C'est la politique de l'enfant unique couplée à la préférence pour les garçons qui provoque un déséquilibre du taux de masculinité mesuré (et publié), par trois mécanismes principaux :
  • L'avortement sélectif (plus d'avortement de fœtus filles que de fœtus de garçons) ; c'est depuis une quinzaine d'années le facteur le plus important en Chine, en Inde, au Vietnam (plus récemment).
  • Un sous-enregistrement beaucoup plus important pour les filles que pour les garçons dans les recensements et enquêtes, d'autant plus qu'elles sont jeunes. C'était jusqu'aux années 90 - et de loin - le principal facteur en Chine. Il continue à être important, en particulier pour les enfants les plus jeunes, tendant à exagérer les taux de masculinité à la naissance. Il n'affecte pas les taux de masculinité réel.
  • Les différentes causes de surmortalité des filles : infanticide, négligence plus grande, discrimination consciente ou non dans la nutrition, les soins de santé, sevrage plus avancé, etc. Difficile à estimer, cette surmortalité a toujours été considérée par les démographes comme un facteur très faible, mais non-négligeable dans certaines régions et à certaines périodes.
Il y d'autres mécanismes qui affectent les taux mesurés. Exemple apparemment surprenant, on trouvait au recensement de 1990 en Chine 147 filles pour 100 garçons parmi les premiers enfants des femmes âgées de 45 à 49 ans. En bref, des femmes craignant de ne pas avoir d'enfant du tout déclarent comme leur propre enfant une « fille excédentaire », le plus souvent de leur propre famille, ce qui permettra à la mère biologique de faire un « nouvel essai ». Ces filles « adoptées » sont souvent, en réalité, leur petite-fille, leur petite-nièce, etc., et c'est souvent leurs vraies mères qui s'occupent d'elles.
Il y a enfin d'autres facteurs microscopiques, comme la prise en compte des variations du taux de masculinité en fonction de l'ordre de naissance, de l'âge de la mère, du sexe des naissances précédentes, etc.
Pour en revenir à la phrase d'origine, elle ressemble aux affirmations du type « Les agents pathogènes provoquent des maladies » et « Le manque d'hygiène provoque les maladies ». Les deux sont vraies, ou fausses, au choix. Ce sont les agents pathogènes combinés au manque d'hygiène qui provoquent des maladies. Salutations. André de StCoeur (d) 25 octobre 2011 à 00:21 (CEST)
Je m'apprêtais à faire la même remarque qu'ApprentiMiam mais je vois que cela été fait. Pourtant à ce jour l'article n'a pas été corrigé. Non, la politique de l'enfant unique n'induit pas le déséquilibre entre les sexes, c'est un certain nombre de comportements sociaux décrits plus haut qui en sont la cause, on peut tout juste dire que la politique de l'enfant unique, en ne laissant pas aux familles une "deuxième chance" d'avoir un garçon, a aggravé le déséquilibre des sexes. A titre général, je trouve que l'article manque de neutralité, les effets pervers du mécanisme y sont copieusement décrits alors qu'il n'y a même pas un paragraphe sur ses résultats au regard de la surpopulation. -- Jplm Répondez de préférence ici, sinon : Discussion 5 septembre 2013 à 19:31 (CEST)