Discussion:Plante dépolluante

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

A sourcer[modifier le code]

L'ajout de sources plus convaincantes serait bienvenu. Quelles publications scientifiques attestent le rôle dépolluant des plantes, en dehors des sites partisans ? Si le rôle dépolluant des plantes est mis en évidence au moyen d'expériences, il devrait être attesté quelque part dans les publications scientifiques officielles, indépendamment des entreprises d'horticulture et des considérations écologistes subjectives. Si cela n'est pas le cas, alors le rôle dépolluant des plantes est soit une hypothèse non vérifiée, soit une affirmation gratuite recopiée par des partisans dans de nombreux forums (mécanisme des légendes urbaines). Ce qui manque clairement ici, ce sont des liens vers des résultats expérimentaux quantitatifs qui pourraient rendre l'article crédible. Sans évaluation des projets scientifiques, ceux-ci ont une pertinence qui reste discutable. Sceptique lundi 5 novembre 2007

Document de la Nasa[modifier le code]

J'ai trouvé un pdf du rapport effectué par la NASA au sujet des plantes dépolluantes mais je n'ai pas les compétences nécessaires pour rédiger un article à partir de celui-ci. Rapport de la NASA

J'ai ajouté en référence le lien qui mêne sur le site de la NASA. On peut y trouver de nombreux textes relatant les études et résultats très probants. Il y a de quoi interpréter sans difficulté grace aux nombreux graphiques même si on ne connait pas trop la langue. Je crois qu'il s'agit d'une base scientifique permettant le développement de l'article sur les plantes dépolluantes fort intéressant et dont le développement doit être encouragé. Enfin je pense qu'il existe des essais plus récents d'autres origines d'après ce que j'ai pu voir lors d'une recherche. A développer. Je n'ai pour ma part pas de temps actuellement à y consacrer. Bon travail et encouragements à tous.

[Ajouté le 29/03/2010 par CdeMills] A mon sens, il y a un biais dans les publications de la NASA. Le système permet de mettre en évidence une décroissance d'une produit polluant, ce qui est fort bien, mais ne s'attache aucunenemt à élucider les mécanismes : est-il absorbé par la plante ? Par des bactéries ? Adsorbé dans le sol ? Dégradé sous l'effet de la lumière ? Une vérification minimaliste aurait consisté à comparer deux systèmes identiques, l'un avec plante, l'autre sans, mais avec le même contenu : pot, substrat de culture, ...

Véracité des informations[modifier le code]

Les publications scientifiques ne sont pas nombreuses, mais les expériences restent d'une simplicité enfantine. Quatre plaques de verre, une plante absorbante, de quoi mesurer la quantité d'un polluant facile à mesurer comme le benzène par exemple. Il ne reste plus qu'à polluer l'air, et mesurer l'efficacité de la chose. J'ai pu observer des résultats sur des émissions dont le nom m'échappe malheureusement. Mais il est vrai qu'une bonne base scientifique manque à l'appel pour voir nos maisons se remplir de belles plantes...

Pour le soursage, c'est genre "j'ai vu ça à la télé, un jours", mais ton mode opératoire était justement contesté. En gros, un pot plein de terre avait exactement le même effet et la conclusion était que le filtrage était effectué par les bactéries dans la terre.
Au final, mieux vaut mettre les plantes sur le balcon et le compost dans ton appart Clin d'œil --Madlozoz (d) 24 mars 2010 à 10:19 (CET)

Radiations dues aux écrans et cactus[modifier le code]

Hello, juste pour dire qu'en Amérique Centrale & du Sud, les gens croient fermement que les radiations dues aux écrans (TV, moniteurs etc...) sont nettement atténuées par un cactus en pot placé à proximité. Y a-t-il une base scientifique ? Bien cordialement, Arapaima (d) 25 mars 2010 à 09:56 (CET)

Que les plantes dévient un faisceau d'électrons ? C'est quand même difficile à croire. De toute façon, les écran LCD n'en émettent plus. --Madlozoz (d) 25 mars 2010 à 15:38 (CET)
Les seuls rayons électromagnétiques émis par les écrans TV et moniteurs d'ordinateurs sont le spectre optique (les couleurs visibles de la lumière), et autrefois quelques rayons X (écrans cathodiques) qui n'existent plus avec l'avènement des écrans plats. Les plantes ne dévient ni n'absorbent les couleurs émises par un écran : les plantes ne sont pas transparentes, elles réfléchissent la lumière reçue (sinon les plantes seraient invisibles). Les plantes ne sont pas opaques aux rayons X : seuls les métaux et les os et certains minéraux peuvent l'être, bref les rayons X traversent les plantes comme n'importe quelle matière non opaque. Quand au faisceau d'électrons, dans un tube cathodique, il est émis par la cathode et attiré par l'anode sur laquelle il s'arrête pour produire un rayonnement : ainsi, le faisceau d'électrons ne sortait pas de la TV. Seul du métal ou un champ électrique peut dévier des électrons. Souvent la méconnaissance de la physique fait croire n'importe quoi... Giordano Bruno - (d) 1 octobre 2011 à 22:20 (CEST)

Scepticisme[modifier le code]

Les sources servant de références pour cet article ne sont pas neutres, ni même objectives. La biologie est une science, et dans ce contexte il faut nécessairement des sources scientifiques indépendantes issues du milieu académique afin de confirmer ou réfuter l'affirmation selon laquelle les plantes sont dépolluantes. Ici, il n'y a pas de preuves expérimentales solides. En général, des substances comme les solvants organiques, voire certains produits irritants comme l'ammoniac et le formaldéhyde, sont complètement incompatibles avec le métabolisme des plantes, la plupart de ces produits brûlent les feuilles. En l'état, l'article ressemble plus à un programme marketing qu'à de la recherche scientifique. Il faut se souvenir que le métabolisme des plantes vertes est essentiellement basé sur la photosynthèse. Giordano Bruno - (d) 29 septembre 2011 à 10:03 (CEST)


Huit mois plus tard après mon dernier commentaire, je constate l'insuffisance de sources scientifiques sérieuses par rapport au contenu actuel de l'article qui reste partial. En outre, quelqu'un a ajouté un paragraphe qui contient des affirmations non sourcées.

  • Soit on a le devoir d'ajouter des références scientifiques rigoureuses ;
  • Soit on supprime tout texte dont les affirmations partisanes, et peu objectives, restent indéfiniment invérifiables.

Wikipedia doit servir à présenter des informations fiables, pas à promouvoir de possibles légendes urbaines. Ensuite, le métabolisme naturel de photosynthèse des plantes vertes est basé sur l'utilisation de l'oxygène et du dioxyde de carbone présents dans l'air, mais en aucun cas les plantes vertes ne peuvent métaboliser directement via les feuilles des substances nocives et/ou irritantes comme le formaldéhyde (nommée aussi méthanal, et formol sous sa forme hydratée), le monoxyde de carbone, l'ammoniac (très irritant, ça brûle les feuilles), le benzène (molécule trop grosse, et effets mutagènes) et le trichloréthylène (les molécules halogénocarbonées sont chimiquement trop stable pour être biodégradables). Le public peut être dupé par le pouvoir dépolluant miraculeux des plantes, mais pas les chimistes qui voient dans un tel article une forme de promotion des pseudo-sciences. Pseudo-science ou pas, on peut se tromper, mais en l'état, l'article éveille des soupçons qu'il convient d'atténuer par des SOURCES OBJECTIVES empiriques... Dans l'article anglophone de Wikipedia, je m'aperçois que le travail de Wolverton est publié sur son propre site, ainsi il ne fait que se citer lui-même. Dans les sciences, les travaux scientifiques sont couramment évalués par les pairs lors d'expériences reproductibles. Mais là, c'est un champ de recherches plutôt creux, par exemple il manque des détails essentiels comme ceux-ci : quelle est la proportion de substances ayant disparu par rapport à la quantité initiale de polluants ?, en combien de temps ?, qui a fait les expériences, où, comment et quand ?, a t-on pris soin de réduire au mieux les biais expérimentaux possibles ?, a t-on utilisé des échantillons témoins (polluants sans plantes) par rapport aux échantillons avec plantes ?... Je viens de voir via Google que ce que l'on appelle NASA Clean Air Study n'est présente que dans deux pages de la NASA. Pire, je ne trouve aucune trace de ce genre d'étude dans le site nature.com. J'ai cependant trouvé via scholar.google.com des références sur les travaux de Wolverton, datés de la fin des années 70 et du début des années 80, où l'on apprend que le chercheur parle d'une méthode de traitement des eaux polluées par l'utilisation de micro-organismes et de plantes aquatiques (ce n'est donc pas pareil à ce qui est raconté dans l'article ici) : là http://www.jstor.org/discover/10.2307/25039826?uid=3738016&uid=2&uid=4&sid=47698977858317 et là https://www.agronomy.org/publications/jeq/abstracts/12/2/JEQ0120020236 Ainsi, à la base, il s'agit de recherches vraisemblables (mais anciennes) en agronomie mais je ne trouve aucune source actuelle qui soit convaincante. On ne sait même pas si les recherches actuelles, si elles existent, présentent une évolution (c'est-à-dire s'il existe des recherches actuelles qui fournissent un accroissement des connaissances depuis les premiers travaux de Wolverton). En dehors des sites web du chercheur lui-même, tout contributeur wikipédien aura une intervention utile en retrouvant des références scientifiques en provenance de sites universitaires (avec l'extension .edu) et de publications scientifiques à comité de lecture (nature.com, sciencemag.org). En l'état, l'article reste insuffisant, il faut le sourcer par des références scientifiques fiables et récentes donnant lieu à une description empirique précise du mécanisme dépolluant prétendu ! De plus, dans Google, je remarque plutôt une bibliographie qui promeut une purification de l'air des maisons plutôt que des protocoles expérimentaux validés, on voit aussi des sites d'écologie orientée sur le développement durable mais je n'aperçois pas de publications scientifiques qui attestent actuellement la crédibilité de recherches concrètes sur les plantes dites dépolluantes. L'incertitude du contenu de l'article incite à apposer un bandeau de controverse de neutralité ou de partialité. En effet, quiconque attribue des vertus extraordinaires à quelque chose doit pouvoir être en mesure de prouver par des sources, or je constate la difficulté de trouver de telles sources, à moins que les partisans connaissent eux-mêmes ces sources, donc à eux de les mentionner. Giordano Bruno - (d) 7 mai 2012 à 15:40 (CEST)

« l’ADEME considère que l’argument «plantes dépolluantes » n’est pas validé scientifiquement » (source) Sub (discuter) 26 février 2014 à 21:22 (CET)

Article très partial[modifier le code]

L'article est partial, les sources ne sont pas académiques. Une entreprise, la société Phyt'air, sous couvert d'expériences de phytoremédiation, essaie de faire le buzz sur les plantes dépolluantes. Wikipedia doit rester vigilant face à ces tentatives d'autopromotion.

Ce qui ne va pas du tout :

Principe de base : les plantes vertes utilisent le dioxyde de carbone et le dioxygène pour leur respiration.

  • Le formaldéhyde est irritant et nocif pour les plantes, le monoxyde de carbone n'est pas absorbé par les plantes ou alors il est potentiellement toxique (le monoxyde de carbone est toxique pour les mammifères qui ont du sang composé de porphyrine de fer mais la chlorophylle est à base de porphyrine de magnésium).
  • Le benzène, hydrocarbure aromatique, n'est pas absorbé par les plantes.
  • Le trichloréthylène est un solvant organique pas recommandé pour les plantes. De plus, la molécule de trichloréthylène est chimiquement stable, les plantes n'ont pas une énergie suffisante pour la métaboliser. Les xylènes et le toluène sont des dérivés du benzène.

Précisons que la phytoremédiation ne s'applique qu'à des concentrations en phase gazeuse très faible, les variation sont de l'ordre du ppm (parties par million), est-ce que les variations sont statistiquement significatives ? Existe t-il des expériences sérieuses et indépendantes ?

Comment peut-on laisser des inepties dans un tel article ? Dès qu'on a le dos tourné et si l'article reste peu surveillé, les contributions des sceptiques sont remplacées par des interventions partiales en faveur de la phytoremédiation.

À l'exception des recherches (authentique mais assez anciennes) de Wolverton (de la NASA), dont les travaux sérieux n'ont été reproduits que de façon discrète de nos jours, les autres sources du web sont plutôt très orientées et fonctionnent selon le principe du bouche à oreille via les médias sans même que les allégations soit validées empiriquement par des organismes universitaires de recherche scientifique !

Une simple question : que disent les sources en provenance de scholar.google.com ? Dans la revue scientifique Nature, on trouve 121 articles. Il est question de phytoremédiation des métaux lourds, et quand il s'agit de molécules organiques, c'est à l'état de sels solubles absorbables par les plantes.

Pour les articles scientifiques, il faut préférer scholar.google.com pour fournir des sources fiables.

Monsieur Spock (discuter) 2 novembre 2015 à 20:54 (CET)